Die Die My Darling : bas résilles, hémoglobine et shotguns

Aude Boutillon | 7 décembre 2011
Aude Boutillon | 7 décembre 2011

Ils avaient crié leur amour pour le giallo, le cuir et les affolantes courbes féminines avec Blackaria en 2009 ; le duo Gaillard-Robin revient, porté par les mêmes obsessions, avec leur détonnant court-métrage Die Die My Darling, production School's Out et Le chat qui fume visible depuis ce matin sur la toile.

 

 

Amateurs d'effusions sanguines en tous genres, de cat-fights (très) sensuels et de poésie morbide, savourez donc sans complexe vingt minutes de glam-gore fétichiste sublimées par une photographie délicieusement rétro et rythmées par le beat entêtant de Double Dragon et des Pleureuses, qui feront sans nul doute résonner en vos mémoires nostalgiques le souvenir d'inoubliables productions transalpines. Qui sait, les plus attentifs pourraient même, entre deux bastons, reconnaître un faciès familier...

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire