Scorsese par Scorsese : Un livre indispensable

Laurent Pécha | 12 novembre 2011
Laurent Pécha | 12 novembre 2011

Ecrire ou pour le cas présent s'entretenir avec un cinéaste en activité, c'est prendre le risque de rendre son livre caduque à mesure où l'artiste continue à tourner. La chance, c'est aussi de pouvoir alimenter de nouveau son ouvrage et le compléter de manière suffisamment efficiente pour le proposer à nouveau à un public cinéphile avide d'en savoir toujours plus. C'est le cas pour Michael Henry Wilson, interlocuteur privilégié de Martin Scorsese depuis plus de 35 ans qui propose aujourd'hui une version optimisée de son monumental Scorsese par Scorsese. On avait laissé les deux hommes il y a encore peu après le triomphe aux Oscars des Infiltrés. L'occasion ici de découvrir le ressenti du cinéaste sur la suite de sa carrière, à commencer par son documentaire consacré aux Rolling Stones (Shine a light) et surtout Shutter Island, son plus gros succès à ce jour. Les fans de la première heure auront bien du mal à résister à l'acquisition de l'ouvrage.

 

 


 

Pour les autres, ceux qui n'ont pas eu l'opportunité de découvrir la « bête » (328 pages, 400 illustrations provenant des archives personnelle de Scorsese), l'achat n'est pas chaudement recommandé : il est indispensable. Au même titre que le sommet du genre, le livre d'entretiens qu'Alfred Hitchcock donna à François Truffaut, Scorsese par Scorsese est une plongée des plus intimes et pertinentes dans le processus de création d'un des cinéastes majeures de ces 40 dernières années.  Les entretiens de Michael Henry Wilson avec Martin Scorsese, commencés dès ses premiers films en 1974, tirent leur force de l'intimité qui s'est lié entre les deux hommes au fil du temps. On ressent la confiance qui s'installe et plus les chapitres et films passent, plus Scorsese se livre et les échanges s'approfondissent, dépassant très souvent le cadre de la simple analyse du film et sa genèse. Les chapitres restituent la chronologie de ces rencontres et chacune des interviews est remarquablement introduite pour resituer le contexte de l'entretien.

 

 

(c) Martin Scorsese Collection/Storyboards and notes by Martin Scorsese

 

 

Mais Scorsese n'est pas le seul à prendre la parole au cours du livre puisque Michael Henry Wilson a eu la superbe idée d'interroger la collaboratrice la plus proche du cinéaste depuis tant de décennies, à savoir sa monteuse, Thelma Schonmaker. En deux interventions (8 pages au total), cette dernière offre un éclairage passionnant sur le travail qui l'unit à Scorsese. A tel point que l'on regrette même que Wilson ne nous ait pas proposé des propos plus récents de la dame.

 

(c) Andrew Cooper/Initial Entertainment Group

 

 

D'une rare beauté (le genre qui en fait un cadeau de Noël idéal), Scorsese par Scorsese se dévore comme peu de livres sur le cinéma ont su le faire avant lui. Et surtout, et c'est sans doute le plus beau des compliments que l'on puisse faire à une telle œuvre, il donne envie de se replonger immédiatement dans les films du cinéaste, armé d'un regard nouveau et enrichi pour les (re)découvrir.

Seule ombre au tableau, le père Scorsese ne semble pas prêt de s'arrêter de filmer et la probabilité de voir une nouvelle édition du livre faire son apparition dans quelques années, est sacrément élevée. 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire