Festival du Film Britannique de Dinard 2011 - Présentation

Vincent Julé | 5 octobre 2011
Vincent Julé | 5 octobre 2011

22, v'la le Festival du Film Britannique de Dinard ! Du 5 au 9 octobre, la ville bretonne s'habille aux couleurs du cinéma d'Outre-manche. Mais plus qu'une simple vitrine, le Festival se veut, cette année plus que jamais, un lieu d'échanges entre professionnels et publics. Avec ce qu'il faut de glamour, puisque la Présidente du jury de cette 22ème édition n'est autre que Nathalie Baye, entourée des belles actrices Jacqueline Bisset, Emmanuelle, Devos, Hayley Atwall, Jaime Winstone... et voilà c'est tout. Ah, non il y aussi le compositeur Armand Amar, l'acteur Sami Bouajila, l'écrivain Stephen Clarke, le réalisateur Eric Lartigau, l'éditeur François Verdoux et le compositeur Harry Gregson-Williams.

 

 

 

La compétition officielle regroupe six œuvres, dont quatre premiers films. Toujours sous le signe du quotidien, du social et la comédie, notons le passage de l'acteur Paddy Considine à la réalisation avec Tyrannosaur et un Peter Mullan en premier rôle. L'adjectif « loachien » pourrait prendre un nouveau sens, car si Ken se réserve plutôt pour Cannes, son fils Jim est à Dinard avec Oranges and Sunshine, dans lequel jouent Emily Watson et Hugo Weaving. Déjà prévu sur les écrans français pour le 21 décembre, L'Irlandais marque la rencontre entre Brendan Gleeson, flic amateur de Guinness et de prostituées, et Don Cheadle, agent du FBI américain en pleine enquête sur un trafic de drogues. A surveiller aussi le drôle de road trip Behold the lamb, le  rock'n'roll You Instead et le sex, alcool'n'drugs de Week End.

 

 

 

Les avant-premières couvrent tous les genres, de la musique (Everywhere and nowhere), au thriller (44 Inch Chest), en passant par le drame familial (Archipelago, Lou), le documentaire (Peter Mullan, a portrait), l'animation (The Plague Dogs) ou la cuisine (Toast, actuellement dans nos salles). Après l'Irlande en 2010 et avant le Pays de Galles en 2012, l'Ecosse est mis en avant cette année tout au long des quatre jours de festival, et même dès l'ouverture avec Perfect Sense de David Mackenzie, où Ewan McGregor et Eva Green tombent amoureux alors que le monde qui les entoure s'effondre et que les humains perdent toutes perceptions sensorielles.

 

 

 

Mais l'un des évènements du Festival de Dinard est toujours son hommage, accordée cette édition au grand John Hurt. Avec neuf de ses films et une master  class à l'issue de la projection de The Hit de Stephen Frears.

 

 

Programmation complète sur www.festivaldufilm-dinard.com

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire