Winding Refn met du sexe dans le breakfast

Simon Riaux | 20 septembre 2011
Simon Riaux | 20 septembre 2011
Hier matin, Nicolas Winding Refn était, ainsi que son actrice Carey Mulligan, invité par le BBC's Breakfast show. Le réalisateur, sans doute euphorisé par l'accueil réservé à son film à Toronto et la pluie d'éloges qui s'est abattue sur Drive depuis quelques mois, s'est autorisé quelques libertés qui ont détonné avec le traditionnel flegme britannique.

Quand on l'interroge sur la violence de son film, le metteur en scène répond de but en blanc : « C'est un peu comme baiser. » Le présentateur l'a repris immédiatement, craignant que cette phrase d'une subversion absolue ne choque les âmes sensibles de nos amis britanniques, et Refn, un peu surpris, s'est explicité.

« Ah d'accord... La violence est en grande partie une construction sexuelle. La violence elle-même dans le film est une illusion... elle n'est pas crédible. Le boulot c'est de la rendre crédible. Pour y arriver, tout dans la construction est une question de sexe. Et tout est dans la construction. »

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire