Cannes 2011 : Compte-rendu jour 9, un ange (destructeur) passe

Stéphane Argentin | 20 mai 2011
Stéphane Argentin | 20 mai 2011

La 9e et antépénultième journée de ce Festival de Cannes 2011 nous réserve d'excellentes surprises. À croire que la fin de cette 64e édition bénéficie d'une homogénéité artistique qui faisait défaut aux premiers jours. Pour les rescapés de la soirée Colombiana de la veille (comprendre par là : ceux qui ne sont pas rentrés à l'appart à 6h du mat), la journée commence plutôt bien avec La Piel que habito dans lequel Pedro Almodóvar réussit un excellent mariage entre sa filmo des années 1990 et ses nouveaux désidératas de thriller hitchcockien plus ouvert au grand public (lire la critique).

 


Après Pater et La Conquête les jours précédents, le pendant politique du festival se poursuit avec L'Exercice de l'État, stupéfiant pamphlet en phase avec la décrépitude de nos institutions. Ou quand le paysage cinématographique hexagonal tient enfin son West Wing (lire la critique). À quand la série télé ? Mais le plus beau, la claque absolue de la journée (et du Festival ?) était pour la fin avec le magistral Drive de Nicolas Winding Refn que Sandy verrait bien en Palme d'Or (lire la critique). Qui sait ? Si jamais Bob et sa team se laissent séduire par cet ange destructeur...

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire