Cannes 2011 : Compte-rendu jour 3

Stéphane Argentin | 14 mai 2011
Stéphane Argentin | 14 mai 2011

Cette fois, on est dans le dur ! Dur de se lever à 8h du mat pour aller découvrir Habemus Papam après seulement 3h de sommeil. À tel point que tout le monde (ou presque) passe à côté du réveil. Mais après le démarrage en trombe d'aujourd'hui, la team EL est prête pour sa reconversion chez les sapeurs-pompiers. C'est bien simple, il ne nous aura fallu en tout et pour tout que 4 minutes pour passer de la position allongée (dans le lit) à la position assise (dans la salle de projection) ; le temps de se lever, s'habiller, descendre au pas de course les 4 étages (trop lent par l'ascenseur !), traverser la rue, franchir les 5/6 contrôles de sécurité (vérification des badges, fouille des sacs, fouille corporelle, fouille rectale, détecteur de métaux). Peace of cake ! On a même le temps d'aller faire une p'tite pissouille avant de s'installer. Et tout ça pour quoi ? Pour un film pisse froid sur le Vatican ! On attendait mieux de la part de Moretti !

 


De retour à l'appart (en utilisant l'ascenseur cette fois), c'est l'heure de refaire une beauté à la homepage du site avant de renfiler la combinaison et de repartir au feu. Simon sort son plus beau caleçon pour aller découvrir Sex and zen : extreme ecstasy, le porno chinois 3D complètement barré qui a fait la nique à Avatar au box office local. Sandy sort les mouchoirs pour La guerre est déclarée, film bouleversant qui bénéficie d'un énorme buzz à la Semaine de la critique. Enfin, Stéphane, grand amateur de Kim Ki-Duk, part découvrir Arirang, la crise artistico-existentielle du cinéaste coréen. Une fois n'est pas coutume, toute la team est réunie en fin de journée pour Hearat Shulayim, film israélien en compet un poil chiant sur les relations conflictuelles père-fils. Et voilà, la troisième journée cannoise est terminée, il est grand temps de remonter à l'appart... par l'escalier. Non pas que la team EL soit beaucoup plus fraiche que le matin, non ! Tout simplement parce que l'ascenseur déconne !

 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire