Colin Firth, la cuisine pour décompresser !

Simon Riaux | 28 février 2011
Simon Riaux | 28 février 2011
Quelques minutes après avoir reçu l'Oscar du meilleur acteur, Colin Firth s'est exprimé, comme le veut l'usage, devant un parterre de journalistes. Il est revenu avec flegme sur plusieurs sujets notamment le financement du film, comme de nombreuses oeuvres britanniques, Le Discours d'un roi avait bénéficié d'une subvention importante du UK Film Council, dont les fonds proviennent pour partie de la loterie nationale. Or le gouvernement actuel de David Cameron vient de revenir sur ce dispositif.

« J'ai tendance à croire que mon insignifiante opinion recueille plus d'attention qu'elle ne le mérite, mais je suis forcé d'admettre que c'était là une décision prise sans réfléchir au long terme. »

Quand on demande au comédien s'il est impatient de pouvoir enfin quitter l'habit royal endossé depuis le tournage jusqu'à la promotion marathon du film, il répond avec malice :

« Je me suis mis à rêver de ce que je ferai prochainement, et je dois vous en parler (...) Je crois que je vais beaucoup cuisiner. Je ne pense pas être très doué pour ça, mais je vais infliger ma cuisine à quiconque s'approchera, ça me semble une très bonne façon de décompresser. »

C'est sur le nouveau montage, inetrdit aux moins de 13 ans aux États-Unis que l'acteur s'est montré le plus concerné.

« Je crois en l'intégrité du film original. Je crois que la scène incriminée est légitime. Je pense qu'elle sert un propos. Je ne me fiche pas de ce genre de langage (...) Vous savez, je n'apprécie pas non plus d'entendre ces mots résonner aux oreilles de mes enfants. Je ne prends pas ça à la légère. Mais le contexte de ce film ne pourrait être plus édifiant, plus approprié. Ce n'est pas retors. Il n'y a aucune volonté d'insulter, ou d'offenser qui que ce soit, vraiment (...) Je crois qu'on ne devrait pas toucher au film. »

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire