Deauville 2010 : Le secret de Charlie avec Zac Efron

Vincent Julé | 13 septembre 2010
Vincent Julé | 13 septembre 2010

EN COMPÉTITION

Zac Efron a secoué Deauville. La moyenne d'âge est descendue d'un coup. Les adolescentes crient souvent pour rien, mais il faut bien avouer que l'effet produit par le jeune homme va au-delà d'une hystérie prépubère. Il faudrait utiliser cette incontestable présence et -disons-le- cette beauté (lisse) dans autre chose que des films à sa gloire où l'héroïne au physique quelconque donne de l'espoir aux minettes du monde entier.

Il le sait, il ne va pas être jeune et beau toute sa vie, donc il cherche à diversifier ses rôles. Charlie St.Cloud, comédie dramatique, lui donne l'occasion d'élargir son registre. Il s'en sort pas mal mais le film est un navet dans lequel Kim Basinger et Ray Liotta, caution casting sérieux, jouent platement les utilités.

Il n'y a pas grand chose à sauver, sinon les jolis décors naturels et une représentation presque troublante de l'au-delà. Charlie, jeune homme beau et brillant, perd tout quand son petit frère meurt. Le drame le rend légèrement agité du bocal puisqu'il parle aux morts, métaphore de son incapacité à faire le deuil. Il fait même l'amour à une morte, plutôt audacieux dans un film grand public. Le réalisateur Burr Steers a par ailleurs le mérite de ne pas en faire des tonnes dans l'émotion.

Maverick

www.leblogbuster.fr

 

Conférence de presse avec Zac Efron

 

Ce rôle, c'est un tournant dans votre carrière ?

Ces rôles ne correspondaient pas à l'évolution de carrière que les gens attendaient me concernant. C'était peut-être un peu plus risqué. Mais finalement, ce sont des rôles que j'ai adoré jouer. J'ai de la chance de pouvoir les choisir. Espérons que je pourrai continuer.

Comment vivez-vous la célébrité ?

C'est surréaliste. J'ai un peu perdu la main. C'est une chose aux Etats-Unis mais ici, en France, c'est plus impressionnant. C'est un accueil plutôt spectaculaire. Tout ça me rend un peu nerveux.

La voile que vous pratiquez dans le film, vous avez dû vous y mettre?

Je m'assure toujours d'être en bonne condition physique parce que vous ne savez jamais ce qu'on va vous demander sur un tournage. Je m'arrange pour être prêt physiquement parce que ça m'aide à être confiant mentalement et la confiance, c'est tout au cinéma comme dans la vie. Trois semaines avant le tournage, j'ai suivi des cours intensifs de voile pour apprendre à en faire et pas seulement avoir l'air de savoir en faire. Maintenant, j'aime à penser que je suis un navigateur accompli. Mais ne me mettez pas sur un bateau !

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire