Palmarès Venise 2010

La Rédaction | 12 septembre 2010
La Rédaction | 12 septembre 2010

Ce samedi 11 septembre, la 67ème édition de la Mostra de Venise  a fermé ses portes et Quentin Tarantino et son jury ont livré un palmarès pour le moins discutable. En récompensant Somewhere de Sofia Coppola avec le Lion d'Or, Tarantino aura du mal à nous faire croire, et ce même s'il a signalé que ce fut un choix unanime, que le passé ne l'a pas rattrapé quelque peu. Le choix du coeur (les deux cinéastes ayant été intimes) et non de la raison serait-on tenté de d'écrire. Même quelques heures après l'annonce, on a du mal à comprendre un tel choix tant le film de Sofia Coppola ne méritait pas un tel honneur. Surtout quand on découvre qu'un Takashi Miike ou un Darren Aronofsky pour respectivement 13 assassins et Black swan, ont été purement et simplement oubliés du palmarès (si on excepte le prix jeunesse accordé à Mila Kunis).

 

 

Le reste des prix est du même acabit avec une incompréhension totale de voir certains films truster plusieurs prix alors qu'un seul était déjà largement suffisant.

Quand le Lion d'Argent pour la mise en scène va à Alex de la Iglesia pour Balada triste de trompeta, il y a une certaine évidence tant le bonhomme n'a pas son pareil pour créer des univers visuels forts. Mais qu'on le récompense également du Prix du scénario, alors que justement, son film pêche par excès de vouloir trop en faire (parabole sur l'Histoire de l'Espagne, film hommage...), il y a là une belle faute de goût. Dans le registre générosité du récit, le Tsui Hark et son Détective Dee... étaient d'une toute autre carrure.

Autre double prix pour un seul film : Essential killing du polonais Jerzy Skolimowski qui repart avec le Prix du Jury (le prix de consolation quand on n'a pas le Lion d'Or) et le prix d'interprétation pour Vincent Gallo. Ce dernier est donc récompensé pour sa capacité à faire vivre un personnage durant presque 90 minutes sans prononcer plus de trois mots. Une performance physique effectivement impressionnante mais de notre côté, on a été nettement plus touché par celle de Paul Giamatti dans Barney's version, et sa capacité à jouer sur une palette d'émotions bien plus subtile.

Quant au prix du jury, on avait déjà évoqué le fait que le film de Skolimowski était un mix entre Rambo et Into the wild et que l'on préférait nettement se faire un double programme avec ces deux films-là.

Si Natalie Portman a été scandaleusement oubliée pour le prix d'interprétation féminine, laissant à sa rivale dans Black swan, Mila Kunis empochée le prix de la meilleure jeune actrice (le Marcello Mastroianni award) alors même que la demoiselle a juste deux ans de moins, on est ravi (il faut bien arrêter de râler à un moment) que Tarantino et son jury aient récompensé la jeune actrice (française) de Attenberg, Ariane Labed. Un premier rôle à l'écran et hop la demoiselle repart avec un des prix les plus prestigieux au monde. Amplement mérité car le film repose en grande partie sur ses jeunes épaules. Et, pour nous français, c'est l'occasion de se la jouer cocorico puisque la sélection hexagonale est repartie bredouille.

Donné grand favori jusqu'à samedi, et chouchou de la presse, le film russe,  Le Dernier voyage de Tanya de Aleksei Fedorchenko doit se contenter du prix de la meilleure photo. Là encore, le 13 assassins de Miike aurait mieux faire l'affaire mais Tarantino n'a peut être pas voulu faire injute à son pote en lui attribuant un prix « mineur ».

Enfin, comme il ne pouvait décemment pas attribuer un prix à une de ses idoles, Monte Hellman pour Road to nowhere, sans se faire taxer de copinage, Tarantino a eu la bonne idée de lui offrir un Lion spécial pour l'ensemble de sa carrière. Rien à dire là-dessus mais il aurait pu tout aussi bien attendre une bonne quarantaine d'années et faire de même avec la fille de Coppola plutôt que de lui remettre l'un des Lion d'Or les plus immérités de l'Histoire.

 

Palmarès Venise 2010
 

 

Lion d'or : Somewhere de Sofia Coppola

Lion d'argent (prix de la mise en scène) : Alex de la Iglesia pour Balada triste de trompeta

Prix du jury : Essential killing de Jerzy Skolimowski

Prix du meilleur acteur : Vincent Gallo pour Essential killing

Prix de la meilleure actrice : Ariane Labed pour Attenberg

Prix de la meilleure jeune actrice : Mila Kunis dans Black swan

Prix de la meilleure photo : Le Dernier voyage de Tanya de Aleksei Fedorchenko

Prix du meilleur scénario : Alex de la Iglesia pour Balada triste de trompeta

Lion spécial pour l'ensemble de sa carrière à Monte Hellman 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire