Cannes 2010 : Compte-rendu jour 5

Stéphane Argentin | 17 mai 2010
Stéphane Argentin | 17 mai 2010

La cinquième journée cannoise avait selon les goûts des uns et des autres plus ou moins bien commencé à la découverte de La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier, deuxième long-métrage français de la compétition. Bien pour Sandy et Stf, moins bien pour Lolo qui ne voit là qu'un luxueux téléfilm. Globalement satisfaits, les deux premiers nommés décidaient alors de poursuivre leur exploration du cinéma hexagonale avec L'Autre monde, surtout pour « voir Louise Bourgoin à poil » dixit Sandy. À l'arrivée, le mâle en rut n'en aura pas eu pour son argent, qualifiant le résultat final de ridicule.

Allait s'ensuivre une longue après-midi de léthargie : quatre heures avant de pondre quelques malheureuses lignes sur le Tavernier pour Sandy et comatage canapé pour Stf. Au cinquième jour du festival, la fatigue se fait déjà sentir alors que le plus dur reste à venir. Ça promet ! À 18h30 (soit une heure avant la projo) notre joyeuse troupe se dirige vers la file d'attente naissante pour aller découvrir Outrage. Sandy se contentant d'arriver quelques minutes avant le début comme à son habitude (aahhh le privilège du badge rose !). La salle comble se videra ensuite progressivement au fil des surenchères graphiques du nouveau Kitano, une collègue germanique outrée le qualifiant même au passage de « shitty movie » tandis que la fine fleur d'Ecran Large trouve le film hautement jouissif.

Les aventures de Lolo au marché de Cannes

Après s'être déjà fait blackboulé à Berlin, Lolo tente à nouveau sa chance pour aller découvrir And soon the darkness falls. En vain ! Ce n'est pas encore cette fois que le malheureux pourra découvrir Amber Heard dans ce remake du film éponyme de 1970. Aura-t-il plus de chance lors d'un prochain festival ? Sait-on jamais. Une belle en chassant une autre, Lolo se rabat sur Welcome to the Rileys avec Kristen Stewart, long-métrage réalisé par le fils de Ridley Scott avant de parvenir enfin à rentrer à la projo de The Reef (où il s'était fait dégager la veille). Comme quoi, il faut toujours persévérer, surtout quand le résultat final vaut le détour. En revanche, il ne servira à rien de harceler l'attaché de presse de Jean-Luc Godard pour obtenir une interview : son idole (avec Chuck Norris) ne viendra pas à Cannes.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire