Top 10 des meilleurs meurtres de Freddy Krueger

Vincent Julé | 16 mai 2010
Vincent Julé | 16 mai 2010

Le nouveau Freddy, les griffes de la nuit est un vrai cauchemar, le pire remake des classiques de l'horreur des années 70 et 80. Il fallait au moins ce Top 10 des meilleurs meurtres de Freddy Krueger pour se laver les yeux, se détendre la peau et faire de beaux rêves.

1. Les griffes de la nuit - « La mort de Tina »

Avant que Freddy ne devienne une caricature de serial-killer, il foutait grave la pétoche par le fait de ses apparitions dans le monde des rêves, mais aussi en se déchaînant dans des actes meurtriers furieux, tel le charcutage en apesanteur de cette pauvre Tina qui eut l'insigne honneur d'ouvrir le bal des victimes du tueur au griffes d'acier. Tout cela sous les yeux effrayés de son petit ami qui s'attendait à une toute autre première fois mais bon on est quand même dans un (bon) film de Wes Craven, on n'est pas ici dans Twilight !

2. Freddy 3, les griffes du cauchemar - « Freddy le marionnettiste »

Véritable festival d'effets spéciaux et de cruauté, la lente mise à mort du premier des Dream Warriors transformé en marionnette humaine par ce facétieux de Freddy peut être vu comme une parabole sur une jeunesse hautement manipulable. Plus prosaïquement, cette scène-choc annonce le début de glissade de la série de l'horreur pure vers une forme de grotesque qui tache mais on a toujours autant mal pour ce pauvre somnambule de Phillip quand Freddy commence à tirer sur ses veines et tendons !

3. Les griffes de la nuit - « La liquéfaction de Glenn »

Rétrospectivement, on peut se demander si Johnny Depp n'aurait pas mieux de rester à l'état de fleuve de sang repeignant le plafond, cela nous aurait épargné Alice au Pays des Merveilles et autres Pirates des Caraïbes. Mais c'est vrai qu'il y a eu aussi Ed Wood et Gilbert Grape, donc pour un bilan qui au final est plus que positif, on peut être redevable à Wes Craven d'avoir offert sa première chance cinéma au futur Mr Vanessa Paradis. L'autre bonne idée est de faire du lieu même le plus sécurisant et douillet qui soit (le lit) un piège inextricable et sanglant, ce soir, c'est décidé, je dors sur mon canap' !

4. La revanche de Freddy - «  La résurrection de Freddy »

Souvent cité comme étant l'épisode dont le sous-texte « gay »  est le plus lisible, ce come-back de Freddy nous gratifie d'une scène homoérotique des plus saignantes avec une résurrection proprement déchirante du tueur préféré de Springwood se déroulant dans une chambre occupé par deux hommes et se concluant sur un rapide coup de griffes bien profond. De plus, la victime avait affiché ces murs de portraits du chanteur Limahl, si ça, c'est pas une preuve alors je me fais pape !

5. Freddy 5, l'enfant du cauchemar - « Héros de papier »

 Poursuivant sur la lancée du 3e épisode qui avait emmené la franchise vers le comic book, cette orientation revêt une saveur particulière par cette séquence des plus inventives où Freddy affronte le dessinateur Mark et son avatar super-héroïque Dork. Les impacts de balles arrachent des confettis au pull rayé de Freddy, qui doit réellement se transformer pour alors déchirer son adversaire de papier et lui fait perdre toute son encre, jusqu'à son assèchement fatal. Car dans le monde du cauchemar, Freddy reste le seul vrai super-héros.

6. Freddy 3, les griffes du cauchemar  - « Welcome to prime time bitch ! »

Puisque l'on vous dit que la TV, c'est la mort de l'esprit, Freddy prend cette maxime au pied de la lettre et avec beaucoup d'ironie pour propulser cette pauvre Jennifer de l'autre côté du tube cathodique, elle qui voulait rayonner comme une star. Et ceci bien des années avant l'émergence de la télé-réalité qui verra bien d'autres crash d' apprenti-vedettes blondes en mal de célébrité.

7. Le cauchemar de Freddy - « No pain ! No gain ! »

L'épisode réalisé par Renny Harlin est une forme de point de non-retour dans la série où l'overdose de SFX sert à compenser une histoire anémique. Reste que la mort de la bodybuildeuse Debbie par son découpage en trois épisodes éprouvants est des plus réussies. Séquence sportive d'abord avec cassage d'articulations digne de Steven Seagal, suivi d'un hommage à Kafka avec métamorphose cauchemardesque pour finir sur le mode d'éradication le plus commun pour un insecte, un bref et dégoûtant écrasement. Beurk !

8. Freddy sort de la nuit - « La scène de l'hôpital »

La tentative de Wes Craven de retourner aux sources avec sa version horrifique de La Nuit Américaine prend tout son sens avec cette re-création littérale du premier meurtre de la franchise. L'intrusion du rêve dans la réalité adopte un relief plus dur avec un Freddy au look écorché se comportant comme un Spider-man diabolique lardant consciencieusement l'infirmière dans tous les angles possibles d'une chambre d' hôpital, sous les yeux effarés du petit Dylan qui n'était pourtant pas un novice à l'époque : devinez qui était le bébé-zombie de Simetierre ?

9. La fin de Freddy - « Bed of nails »

Sabotée par des SFX 3D au design approximatif, cette (fausse) sortie de Freddy Krueger aligne les séquences de meurtres les plus ratées de la série où l'on peut sauver celle-ci où plane l'influence de Tex Avery. De la fuite de la maison en flammes au saut en parachute avec découpage des sangles pour finir sur un lit de clous amenés par un Freddy aussi machiavélique que Vil Coyote, la succession des rebondissements comiques se fait dans un timing parfait qui n'épargne en rien l'inéluctabilité de la mise à mort finale.

10. Le cauchemar de Freddy - « Le baiser de la mort »

Etre un rat de bibliothèque et asthmatique n'est en rien un moyen d'échapper aux griffes de Freddy, qui ici préférera donner le baiser de la mort à la petite Sheila plutôt que de se reposer sur sa technique de boucher, le tout pendant une session d'examen. Même si l'on peut préférer Mathilda May dans le même exercice dans Lifeforce, on peut toujours saluer le sens de la sentence expédiée avec mordant avec un cinglant « Tu as échouée ! » alors que la pauvre élève se retrouve à l'état de momie desséchée.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire