Les premiers avis sur The Expendables

Eric Provot | 11 février 2010
Eric Provot | 11 février 2010

S'il y a bien un film attendu cette année, c'est The Expendables. Le pari de Sylvester Stallone réunissant une belle brochette de stars du film d'action : Stalone himself, Dolph Lundgren, Jet Li, Mickey Rourke, Jason Statham... Ainsi que Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger en invités de marque. Petit rappel de l'histoire : des mercenaires sont envoyés en Amérique du Sud pour destituer un dictateur.

Et bien, hier soir, quelques chanceux de l'autre côté de l'Atlantique on pu voir ce film lors d'une projection test. Certes, la version en salle sera surement différente, mais les critiques font saliver. Voici quelques extraits de critiques des sites Collider et Ain't it cool news. Commençons par un certain TexMexes sur Collider :

L'histoire : « Si l'intrigue vous parait simple... Elle l'est. Ce qu'on veut voir dans un tel film, c'est de l'action et son casting et, il faut le dire, j'ai découvert quelques unes des plus grandes stars de films d'action de notre temps se partager l'écran et tuer des méchants avec des techniques que je n'aurais jamais cru possible. »

 

Le casting : « Stallone a écrit un script qui donne assez de place à chaque Expendable. Evidement, Statham est le gagnant dans le rôle de l'expert en couteaux. Son personnage (le dur au grand cœur) est joué à la perfection et ses scènes de combat sont fantastiques. »

« Mon deuxième personnage favori, Mickey Rourke, l'artiste tatoueur de la bande, qui joue au sage tout au long du film (En gros : The Wrestler avec des flingues à la place des coups de coudes). »

« Jet Li joue le rôle du comique. [...] Lungdren a un peu manqué le coup pour moi, principalement parce que je ne pouvais pas comprendre la moitié de ce qu'il disait. Terry Crews et Randy Couture ont tout les deux tenus leur place de manière excellente (surtout Crews, le spécialiste des munitions, avec ses balles magiques). »

 « Stallone il est dans chaque scène en tant que leader mais j'ai été impressionné par la manière dont il se met en arrière pour laisser toutes ces grandes stars de l'action jouer leur rôle. »

« Pour ce qui est des « bad guys », évidemment Eric Roberts est l'incarnation parfaite du mal. Il est né pour jouer les ordures. Steve Austin est une solide bête bien massive (il y a une baston dans un tunnel à la fin où il ne lâchera pas le morceau). David Zayas de Dexter m'a surpris en tant que dictateur, même si j'aurais pu faire sans le béret. »

« Je pense que la plus grosse nouvelle, à côté de toutes ces grosses pointures, sont les deux gars dont je n'étais pas sur qu'ils soient confirmés dans ce film : Arnold (The Governator) et Bruce Willis. Ils ont une scène hilarante ensemble et elle est assez ironique. Je suis vraiment surpris qu'Arnold soit dans ce film et qu'il déclame ce qu'il y dit. »

 

 

L'action : « Je présenterai l'action comme un retour au films des années 80 que nous connaissons et aimons tous (Rambo 1 me vient à l'esprit). »

« Evidement, Sly n'est pas James Cameron... et il ne veut pas l'être. Ce n'est pas un film qui se regarde avec des lunettes 3D. C'est un retour aux jours pré-effets spéciaux et j'ai trouvé ça bizarre au début (un film sans bonshommes bleus ??) mais alors que le métrage avançait j'exultais avec le reste du public. »

« Il y a beaucoup de scènes mémorables : Statham sur le terrain de basket, l'explosion du dock, la bataille du tunnel et le climax étendu à la fin (où rien ni personne ne tient plus debout). »

 

 

Passons aux avis de Ain't it cool :

Pour : « Heureusement, Stallone a réinventé le genre en réunissant simplement les figures qui l'ont créé. Le film est le point culminant magnifique de ce que vous voulez voir d'une telle réunion : de la camaraderie sympathique sur fond de rivalité, jusqu'à la confrontation ultime entre les personnages principaux du film. »

Contre : « D'après le film que l'on a vu, Jean-Claude Van Damme a pris une sage décision. Stallone veut faire un hommage direct aux films d'actions des années 80. Le problème, c'est qu'il colle tellement à la recette qu'il ne fait aucune concession vis à vis des changements qui ont eu lieu dans les 20 dernières années. Il souffre donc de cet engagement, c'est juste un retour en arrière et il n'apporte rien de nouveau. »

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire