Une avalanche de remake 80's

Clément Benard | 7 avril 2009
Clément Benard | 7 avril 2009

Avec 30,1 millions de dollars rapportés le premier jour, Fast & Furious 4 a non seulement prouvé que la franchise avait encore du potentiel, mais a aussi conforté le microcosme hollywoodien dans son obsession à faire des films basés sur d'autres films. En effet, le remake a toujours été une spécialité hollywoodienne mais ces derniers temps la machine est en roue libre. Ce sont les années 80 qui sont actuellement le vivier des studios. Parmi les films qui vont faire peau neuve, on retrouve entre autres A la poursuite du diamant vert, Les Griffes de la nuit, Dune, Karate kid, L'Aube rouge, RoboCop, Les Copains d'abord, SOS Fantômes et L'Histoire sans fin. Ainsi, quand en février Warner a présenté ses nouveaux projets, huit sur les dix étaient des remakes. Cela tourne donc désormais à l'obsession. Les studios hollywoodiens avouent donc aisément regarder les succès des décennies passées pour trouver les projets de demain.

 

 

 

 

Dernièrement, les majors ont décidé de passer à la vitesse supérieure puisque les délais entre l'original et le remake sont désormais sensiblement raccourcis. En effet, il se murmure que XXX aurait droit à une nouvelle version sept ans seulement après le premier volet. Lara Croft serait également dans sur les petits papiers de la Warner. Du côté de la Fox, c'est Les Quatre fantastiques qui devraient faire peau neuve dans une version bien plus sombre.

 

 

 

 

Pour les producteurs, le principe du remake est en tout point avantageux. S'il est difficile de vendre un pitch original, le simple nom d'un remake suffit à mettre en route un projet et à envisager la future campagne de promotion. Et comme l'a bien comprit la MGM en produisant des nouvelles versions de RoboCop et L'Aube rouge, le remake permet d'économiser en droit de propriété tout en renforçant la valeur du film original.

 

 

 

 

En ces temps de crise, Hollywood a donc décidé de ne prendre aucun risque et de miser sur des valeurs sûres. Et pour les présidents des majors, il est toujours plus facile de faire porter le chapeau d'un échec au réalisateur quand il s'agit d'un « succès tout fait ».  Une fois la vaque des années 80 passée, il ne faudra donc pas s'étonner si les années 90 refaisaient surface. A quand donc des remakes de Titanic et Forrest Gump?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire