Les Cerfs : Entre Razorback et REC

Laurent Pécha | 19 décembre 2008
Laurent Pécha | 19 décembre 2008
A l'approche d'une nouvelle année, Ecran Large met un coup de projecteur sur ce qui sera peut être dans quelques temps (2010 ?) un film de genre événementiel dans nos contrées.  La parole est donnée à Jean-Frédéric Chaleyat, jeune réalisateur de ce projet gonflé dont vous pouvez découvrir ci-dessous les prémices sous la forme d'un petit court-métrage des plus intriguants et excitants.

 

«Je viens du court-métrage. Il faut savoir qu'un court épuise autant qu'un long. Un court est moins compliqué évidemment, mais c'est aussi fait avec beaucoup moins d'argent, du coup tu passes énormément de temps à supplier les loueurs, les prestataires, les labos. Le court, c'est une belle école. J'ai juste envie de passer dans la classe supérieure.

 

 

 
Dessin de Yann Gobart

 

 

C'est un teaser bricolé avec des archives, sorte de lettre d'intention d'un long-métrage que j'écris actuellement. Je teste souvent une idée auprès de quelques personnes avant de me lancer réellement dans un projet. Là, les retours ont été très bons mais je ne sais pas encore s'il aboutira à quelque chose de faisable alors je suis en train de pousser le concept dans ses plus profonds retranchements.

 

  

 

 

L'idée est d'écrire un petit budget, mix entre les films d'agressions animales (Razorback, Les Oiseaux) et les films immersifs (REC, Cloverfield). Dans la plupart des voitures de police US, une caméra située à côté du rétro central filme les arrestations. Suite à différents litiges, les polices européennes sont en train de s'équiper du même système. Mon but est de construire une histoire entièrement vu depuis cet angle.

 

Un flic est appelé sur un accident de la route, une collision frontale et fatale entre un cerf et une voiture. Sur place, une scène étrange, des cerfs se déchainent sur les accidentés. Bientôt, ils s'en prendront à l'agent et aux renforts.

 

J'ai un squelette de l'histoire assez travaillé mais cela va encore me prendre un certain temps pour le finaliser, il faut que le scénario fonctionne sur 1h20-1h30, sans temps morts, sans ennuis. Un défi Ovni qui m'excite complètement. Espérons qu'il séduira également de potentiels producteurs. » On l'espère aussi !

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire