Une année, un film : Les oeuvres qui ont marqué Rémi Bezançon (5)

La Rédaction | 8 juillet 2008
La Rédaction | 8 juillet 2008

Le 23 juillet 2008 sort Le premier jour du reste de ta vie, un film auquel on tient énormément à la rédaction d'Ecran Large (lire notre critique pour le moins dithyrambique ici). Pour mettre en avant notre énorme coup de cœur de l'année, on a décidé de donner la parole à son auteur. Tout juste âgé de 37 ans (voire 12 ans ½ quand on écoute son actrice Zabou Breitman en parler), Rémi Bezançon est un cinéaste qui aime et connaît le cinéma n'hésitant jamais à faire directement référence aux films qui l'ont marqué comme ce fut le cas dans Ma vie en l'air et encore plus dans son nouveau film.

 

On l'a donc soumis à un jeu pour le moins atroce : choisir un (et seulement un) film phare par année de sa vie et nous raconter pourquoi ce dernier a marqué sa vie de cinéphile (pour ce jeu, on tient compte de la sortie du film en salles françaises).


Jusqu'à la sortie du film, on vous propose tous les jours ses choix. En espérant que cela vous donne envie d'aller voir le sien...

 

 

 

1979
  

Alien, le huitième passager (Ridley Scott)

 
 
 

 

 

 

Pour ce film, Ridley Scott a fait appel aux plus grands de la S.F. : H. R. Giger s'est occupé de tout ce qui concerne l'Alien, Chris Foss et Ron Cobb se sont chargés du Nostromo et Moebius a dessiné les costumes. On pourrait se demander s'il n'a pas aussi sollicité la collaboration de Freud dans la foulée ! Je vais beaucoup repenser à ce film en écrivant mon prochain scénario, qui traitera de la maternité...

 

 


 
 

 


 

 

 

 

 

 

 

 1980

Shining (Stanley Kubrick)

 

 

 



Quatre ans après avoir dynamité le film historique avec Barry Lyndon, Kubrick s'attaque au film d'horreur et envoie au tapis le maître du genre, le roi Stephen King qui ne se remettra pas vraiment de ce K.O. artistique, tant le réalisateur s'est éloigné du livre pour mieux le transcender. Au-delà de la folie de son personnage Jack Torrance, Shining parle avant tout de la création, mais dans sa version la plus angoissante : la page blanche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                   Autoportrait de Rémi Bezançon

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire