Décès de Cyd Charisse

Nicolas Thys | 18 juin 2008
Nicolas Thys | 18 juin 2008

Cyd Charisse, une légende de la comédie musicale hollywoodienne vient de disparaître à l'âge de 87 ans d'une crise cardiaque. Née Tula Ellice Finklea, elle débute la danse très jeune et rejoint les ballets russes à l'âge de 13 ans. A 18 ans, elle épouse son professeur de danse : Nico Charise, dont elle gardera le nom en lui ajoutant un "S". Cyd viendrait d'un surnom donné par son frère, Sid, dont elle modifie l'orthographe car son agent le trouvait trop masculin.

 

 

Elle débute au cinéma en 1943 sous le pseudonyme de Lili Norwood dans Something about to shoot où elle côtoie Don Ameche. Obligée de cumuler les seconds rôles elle tourne 2 longs-métrages et un court, dont Mission to Moscow de Michael Curtiz avec Walter Huston et La Parade aux étoiles de George Sidney, déjà avec Gene Kelly, avant de prendre définitivement le pseudonyme qui la rendra célèbre.

 

Elle apparaît ensuite dans The Harvey Girls et dans Ziegfield folies en 1946 où elle rencontre les plus grands noms de la comédie musicale qu'elle ne cessera plus de croiser, Fred Astaire, Gene Kelly, Judy Garland, Lucille Ball, Lena Horne ou encore Esther Williams. Viennent plusieurs films aux castings prestigieux d'où elle peine à émerger. Entre autres La Pluie qui chante et Fiesta en 1947 mais aussi Words and Music ou Ville haute, ville basse en 1948 où l'on retrouve, outre les noms déjà cités, June Allyson, Van Heflin, Van Johnson, Frank Sinatra, Akim Tamiroff, Mary Astor, Ricardo Montalban, Mikey Rooney, Janet Leigh, Barbara Stanwyck, James Mason, Ava Gardner ou William Conrad.

 

 

 

Elle parvient néanmoins à trouver quelques premiers rôles dans des films mineurs comme La Danse inachevée d'Henry Koster en 1947, Tension de John Berry en 1949 ou Le Signe des renégats en 1951. Et alors qu'elle aurait pu accéder au devant de la scène par deux fois, grâce à Easter Parade en 1948 et Un américain à Paris en 1951, elle se voit obliger de refuser ces rôles, la première fois blessée, la seconde fois enceinte. Deux ans plus tard c'est une apparition muette de quelques minutes qui fera d'elle une véritable star où, dans Chantons sous la pluie, habillée d'une magnifique robe verte, son tour de jambe et son visage glacial et vénéneux de femme fatale séduit Gene Kelly (et le spectateur ébloui).

 

 

 

Vient alors une période bénie d'une dizaine d'années où elle est la tête d'affiche féminine de Tous en scène ! de Vincente Minnelli avec Fred Astaire, Brigadoon du même cinéaste avec Gene Kelly et Van Johnson, Beau fixe sur New-York de Stanley Donen avec Gene Kelly, La Belle de Moscou de Rouben Mamoulian avec Fred Astaire et Peter Lorre, Traquenard de Nicholas Ray, 1-2-3-4 de Terrence Youg avec Zizi Jeanmaire, Maurice Chevalier et Moira Shearer ou encore Quinze jours ailleurs de Minelli en 1962.

 

 


 

Agée alors de 41 ans et Hollywood se dirigeant vers une période de latence et un renouveau dans lequel elle ne trouvera pas sa place, ses apparitions se font rares même si elle n'arrête de tourner qu'en 1995. On la voit alors au cinéma dans des films à éviter comme Maroc 7, Assassinio made in Italy ou Les Cité d'Atlantis avec Doug McClure (l'homme qui inspira le fameux Troy McClure, personnages récurrent des Simpsons), et à la télévision dans des téléfilms et des épisodes de séries comme La Croisième s'amuse, Hawaï Police d'état, Arabesque, L'Homme qui tombe à pic ou L'Île fantastique.

 

NB : Ceux qui voudrait la revoir dans sa dernière apparition, une fausse interview accordée à William Karel pour un nouveau faux-documentaire délirant, peuvent regarder Meurtres à l'Empire state building sur Canal+ le 29 juin prochain à 20h50. A noter aussi les interventions de Mickey Rooney, Ben Gazarra et Kirk Douglas.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire