Trop de sang pour Ridley Scott

Thomas Messias | 4 juin 2008
Thomas Messias | 4 juin 2008

Après les frères Coen (No country for old men) et John Hillcoat (The road, qui sortira en novembre aux États-Unis), ce devrait être le tour de Ridley Scott de porter à l'écran un roman de Cormac McCarthy, Méridien de sang. Un projet de longue date, qui peine cependant à voir le jour pour une raison bien simple : l'excès de sang et de violence. « C'est une oeuvre si sauvage... Si je décidais de filmer le scénario dont je dispose actuellement, il est certain que le film serait classé X. Mais d'un autre côté, le roman ne peut être bien adapté que comme ça. On ne peut pas toujours s'excuser de montrer de la violence, on ne peut pas toujours se fixer des limites à ne pas dépasser. Méridien de sang est un travail sur la brutalité, la sauvagerie, la violence. »

 

 


 

 

Bref, c'est un cruel dilemme pour le réalisateur, qui va devoir choisir entre faire de bien gênantes concessions, adapter fidèlement le roman mais ne pas viser les hauteurs du box-office, ou abandonner ce projet si délicat à mettre en oeuvre. Paru en 1998, le cinquième roman de l'excellent McCarthy se déroule après la guerre entre le Mexique et les Etats-Unis, entre le Texas et les rives du Pacifique, et suit un garçon de 14 ans qui rejoint une bande de pillards ultra-violents puis se retrouve pris dans un affrontement sans merci avec un chef indien. Méridien de sang est décrit par ses fans comme un western métaphysique, d'une brutalité sans nom. À faire passer l'Anton Chigurh de No country for old men pour un Bisounours.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire