Poelvoorde et ses grands mots

Julien Dury | 4 décembre 2007
Julien Dury | 4 décembre 2007

C'est dans le Paris Match de cette semaine, et c'est Benoît Poolevorde qui l'affirme. On tourne une minute de film par jour. Ça va ! Une minute de texte, c'est pas chinois à retenir quand même ! Pas besoin d'être un génie pour être acteur de cinéma, dit-il. Faut arrêter de nous casser les burnes avec ça. Acteur de théâtre, c'est autre chose. Eux, je leur tire mon chapeau. Mais le cinoche, bof...

Un jugement de valeur assez surprenant, tant les deux domaines de jeu paraissent différents. On imagine que répéter la même minute de dialogue durant toute une journée n'est pas plus évident qu'apprendre toute une pièce de théâtre. Si l'on suit le raisonnement du comédien, n'importe quel amuseur tenté par la scène vaudrait mieux qu'un acteur dont la célébrité est dûe au cinéma. En gros, Arthur enterre Jack Nicholson. Mais tout ça, on se doute que Poelvoorde le sait. On a surtout là un nouvel épisode de la longue tradition qui consiste à cracher dans la soupe pour un acteur ciné.

Rappelons pour la forme qu'on peut voir de belles merdes au théâtre et que certains films ne servent pas qu'à payer ses impots.

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire