Décès de Michelangelo Antonioni

Charles-François Pion | 31 juillet 2007
Charles-François Pion | 31 juillet 2007

Le cinéma perd ses plus grands artistes en ce moment. Après Michel Serrault et Ingmar Bergman, c'est au tour de Michelangelo Antonioni de nous quitter. Il est décédé à Rome, lundi soir à son domicile. D'après l'agence Ansa, il s'est éteint lundi "paisiblement, dans son fauteuil, avec à ses côtés son épouse Enrica Fico", et de rajouter qu'une chapelle ardente sera ouverte mercredi à la mairie de Rome.

 

Michelangelo Antonioni est né à Ferrare le 29 septembre 1912, il commence à s'intéresser au cinéma en écrivant dans la revue Cinéma dès 1940. Il fait ses débuts en tant que scénariste pour Roberto Rossellini et Federico Fellini, et participe au tournage du film de Marcel Carné, Les visiteurs du soir.

Formé à l'école du néo-réalisme, Antonioni s'en éloigne pourtant, pour privilégier l'analyse de la fragilité des rapports amoureux dans  Chroniques d'un amour et le Cri.

D'après Jean A. Gili, "Antonioni renouvelle le langage cinématographique : les silences, les attentes, les creux expressifs valent plus que les moments apparents de progression de l'action, un langage dans lequel le décor devient l'expression des états d'âme, de l'indicible, du mystère même qui entoure l'homme".

 

Seulement sa notoriété n'est rien en comparaison de ce qui l'attend à partir du début des années 60 lorsqu'il nous livre coup sur coup L'Avventura (1960), La Nuit (1961) et L'Eclipse (1962) avec Alain Delon. Toujours d'après Jean. A. Gili : "Ces trois films constituent une trilogie sur l'incommunicabilité existentielle, l'état schizophrénique de l'individu, l'impossible rencontre de l'homme et de la femme".

Dans Le désert rouge, réalisé en 1964, Antonioni tourne pour la quatrième fois d'affilé avec son égérie et sa muse, Monica Vitti qui partagera sa vie durant quelques temps.

 

En 1966, Antonioni reçoit la Palme d'or à Cannes pour Blow up, un film sur le mystère des apparences : un photographe de mode découvre sur ses clichés qu'il a été témoin d'un assassinat. Cette récompense lui ouvre les portes d'Hollywood, où il réalise Zabriskie Point en 1970. Ensuite, le voyageur Antonioni part en Chine pour y réaliser Chung Kuo la Chine en 1972. En 1975, il réalise Profession reporter, avec dans le rôle principal l'immense Jack Nicholson. Ce film, ayant bénéficié d'une ressortie dans nos salles l'an dernier, est devenu célèbre par son plan séquence final d'une durée de 7 minutes, depuis enseigné dans les écoles de cinéma.

 

En 1980, il revient en Italie pour renouer avec le questionnement du couple dans Identification d'une femme (1982), film au cours duquel il rencontrera Enrica Fico qui deviendra sa femme.

En 1985, Antonioni est frappé par une attaque cérébrale qui le laisse à moitié paralysé et privé de la parole. Sa carrière semble compromise mais c'est sans compter le soutien de Wim Wenders qui l'aide à réaliser en 1995 Par-delà les nuages.

En 2001, il réalise un nouvel exploit en réalisant Eros, un segment du film omnibus constitué de deux autres parties, réalisées par Steven Soderbergh et Wong Kar-Wai.

 

Le cinéaste s'est éteint à l'âge de 94 ans laissant derrière lui une œuvre puissamment créatrice, parfois exigeante et difficile d'accès mais toujours reconnue par la profession. Pour preuve, l'Oscar qu'Hollywood lui a décerné pour l'ensemble de sa carrière en 1995 ainsi que le Lion d'Or à Venise deux ans plus tard.

 

 

 

 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire