Polémique sur la diffusion de la Palme d'Or dans les lycées

Charles-François Pion | 10 juillet 2007
Charles-François Pion | 10 juillet 2007
Le mois dernier, le ministre de l'éducation, Xavier Darcos, et une vingtaine de membres de son cabinet ont visionné dans les bureaux du ministère 4 mois, 3 semaines et 2 jours, Palme d'Or à Cannes cette année. Objectif de cette projection : savoir si le film Roumain au traitement cru et radical relatant l'histoire d'un avortement clandestin, pouvait bien être diffusé au sein des lycées auprès des élèves.

Le long-métrage, lauréat du prix de l'Education nationale, doit en théorie, bénéficier comme ses prédécesseurs, d'une diffusion dans les établissements scolaires avec DVD-Rom pédagogique à l'appui. « Le film nous est apparu d'une dureté terrible » a souligné l'équipe du ministre qui a voulu appliquer « le principe de précaution pour préserver le public fragile » que peuvent représenter les adolescents. Xavier Darcos, qui a suspendu momentanément sa décision, a consulté les membres du jury, la société des réalisateurs de films ainsi que la commission nationale de classification des films.

En réalité, la principale raison de toutes ces agitations, serait une scène du film dévoilant le fœtus avorté. « Primé en 2003, le film Elephant a été diffusé malgré son caractère violent et son interdiction aux moins de 12 ans, rappelle Laure Tarnaud, déléguée générale de la Société des réalisateurs de films (SRF). Plutôt que de la dureté du film, cette censure possible semble davantage dictée par la volonté de ne pas parler d'avortement. » En effet, l'association soupçonne le ministre d'avoir subi des pressions de la part des militants pro-vies. Soupçon immédiatement démenti par l'entourage du ministre : « C'est absurde ! Notre souci est uniquement pédagogique. »

 

 

Source : Le Figaro.fr 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire