Lettre à Paris Hilton

Julio Lopez | 19 mai 2007
Julio Lopez | 19 mai 2007

Les people fortunés préfèrent passer par des médias pour communiquer entre eux, car c'est devenu tellement ringard de se téléphoner ! Voici le dernier exemple en date, une lettre écrite par Candy Spelling (veuve du producteur milliardaire de Beverly Hills 90210 et autres séries à succès) adressée à Paris Hilton, qui séjournera en prison quelques jours cet été.

 

Chère Paris,

Te connaissant depuis toute petite, je prête une attention toute particulière à ta couverture médiatique (apparemment, je ne suis pas la seule, si l’on en juge par les réactions suscitées sur des sites comme TMZ.com)

Paris, je suis très inquiète à ton sujet. La semaine dernière a certes été pour toi une montagne russe émotionnelle, mais, franchement, […] ce système de défense basé sur tes affirmations stupides telles que « Je ne lis pas » ne t’aide pas à passer pour quelqu’un de mature et responsable. Entre temps, les paparazzi continuent à épier tes moindres faits et gestes, du shopping à tes cours de self-défense (pour te protéger en prison ?) et quelques uns de tes amis un peu trop zélés participent à d’embarrassantes manifestations (trois personnes au plus ?) tout en gaspillant l’argent des contribuables avec leur pétition visant à te pardonner.

Les gens riches et célèbres comme toi et moi sont traités différemment des autres, même si tu affirmes désormais être comme n’importe qui. Dans la plupart des cas, ta vie de privilégiée joue en ta faveur. Tu disposes d’opportunités financières et relationnelles comme peu en ont ; et, en toute honnêteté, tu peux t’en tirer à meilleur compte avec un mauvais comportement et quelques excuses que la plupart des gens. Cependant, à mesure que l’éventualité d’une incarcération se précise, il est temps d’être réaliste. Il est temps de trouver « une Paris » située quelque part entre « l’héritière » et le personnage de Simple Life. Je sais qu’elle existe, qu’elle peut se comporter en citoyenne mature et responsable, capable de faire face aux conséquences que d’autres assumeraient sans rechigner dans les mêmes circonstances.

Ta condamnation me désole. Il m’est difficile d’envisager quelque chose de pire. Mais puisque tu as laissé tout cela arriver, profite des quelques semaines à venir pour non seulement apprendre à te battre, mais aussi regarder autour de toi et réaliser que ta fortune ne t’achète pas une immunité totale. Tu es une jeune femme qui pourrait apporter tellement plus à la société que sa contribution à de nouvelles définitions pour « déshonneur » ou « honte »


Cordialement,
Candy Spelling

 

(traduction d'Ignace de Bourbillon)

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire