Bande originale : La Vérité nue

Erwan Desbois | 27 décembre 2005
Erwan Desbois | 27 décembre 2005

À l'écoute sur CD, on se rend compte à quel point la bande originale composée par Mychael Danna (compositeur attitré du réalisateur Atom Egoyan depuis son premier film The Adjuster, et également à l'œuvre sur Une vie volée et Antwone Fisher) est l'une des grandes pourvoyeuses d'ambiance de La Vérité nue. À l'instar de la lumière dorée et suave du long-métrage, la musique revisite en effet tous les codes du film noir des années 1950 et 1970, genre dans lequel La Vérité nue vient se fondre avec habileté : atmosphère jazzy et avenante des night-clubs de luxe (illustrée dans toute sa grandeur par le morceau Palace Del Sol), mais aussi mystère et menace des secrets inavouables (dont une idée nous est donnée dès le thème d'ouverture Maureen) qui se cachent derrière cette perfection de façade.

Plutôt que de simplement les juxtaposer, Danna entremêle avec talent ces deux mondes en utilisant les mêmes instruments (piano, violons, un violoncelle employé avec parcimonie pour une efficacité décuplée, et quelques touches de trompette) et les mêmes thèmes, autour desquels il brode de subtiles variations qui font basculer l'accompagnement musical dans la séduction ouatée (The Chinese Restaurant) ou l'inquiétude rampante (He's not like that, Small scratches). Cette transition s'effectue parfois au sein d'une même composition, comme c'est le cas pour Which floor ?, démontrant ainsi tout le caractère trouble de cette histoire.

Classique mais jamais datée, cette BO d'ambiance très soignée s'écoute avec beaucoup de plaisir indépendamment du film, et même sans avoir vu celui-ci – ce qui est suffisamment rare pour être signalé pour une bande originale instrumentale. Malgré la faible durée de certaines pistes (entre une minute et une minute trente) et deux derniers morceaux – qui correspondent à la résolution laborieuse de l'intrigue – décevants, cet album est donc une vraie réussite, d'autant plus qu'il comporte une sympathique friandise : Kevin Bacon prêtant sa voix à une chanson très « cabaret » (There'll be no next time), pour un résultat plein d'entrain.

Tracklisting :

1. Maureen
2. Hollywood and vine
3. I'll see you inside
4. There'll be no next time (Kevin Bacon)
5. Which floor ?
6. We should get some sleep
7. Palace del Sol
8. He's not like that
9. The chinese restaurant
10. This is my daughter
11. End of story
12. Small scratches
13. The rules had changed
14. Hello Vince
15. Babes on hand
16. The truth had come out
17. Who's gonna pay me ?
18. Only to destroy us
19. Get out of my office
20. The tape
21. Forgive me

Tout savoir sur La Vérité Nue

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire