Mylène Jampanoï martyre de Laugier

Vincent Julé | 2 février 2007
Vincent Julé | 2 février 2007

Après avoir perdu Virginie Ledoyen dans les couloirs et les dédales de Saint Ange, le réalisateur français Pascal Laugier a décidé de s'en prendre plus violemment à Mylène Jampanoï (Les filles du botaniste, La Vallée des fleurs) dans le sommaire et symbolique Martyre, sous l'égide du producteur Richard Grandpierre (Ils, Irréversible)

L'actrice est donc une martyre, ou plutôt l'a été à son plus jeune âge lors d'un enlèvement et une séquestration qui a duré plus d'un an. À sa sortie, elle s'enferme dans un mutisme complet, qui l'envoie directement à l'asile psychiatrique. Son salut viendra a priori d'une autre petite fille, qui au fil des années prend les traits de Vahina Gociante, et avec qui elle liera des liens aussi forts que ceux du sang. Ainsi, après dix ans d'enfermement, les deux jeunes femmes sont libres, et ont une seule idée en tête, se venger des ravisseurs et tortionnaires de la petite Mylène. Sauf qu'ils se sont peut-être rangés depuis, ont peut-être fondé une famille, etc...

Un rôle que la comédienne qualifie de difficile, d'extrême pour un film qui le saura tout autant. « Un film que je préfère faire avant d'être mère », ajoute-t-elle un sourire en coin. Sadique, le sourire ? Alors qu'elle bosse encore en regardant Possession de Zulawski sur les conseils de Pascal Laugier, le tournage est prévu sous peu à Montréal pour deux mois.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire