David Lynch parle d'Inland Empire

Julien Dury | 10 octobre 2006
Julien Dury | 10 octobre 2006

Inland Empire « n'est pas trop long », c'est David Lynch qui l'a lui-même dit à la première américaine du film lors du New York Film Festival, s'élevant contre les « durées arbitraires » et affirmant que les trois heures de métrage conviennent à l'œuvre. Il n'y a d'ailleurs pas que les durées qui doivent s'adapter, les distributeurs aussi. Puisque les gens travaillent sur de « nouvelles manières de commencer un film, de le tourner et d'assurer la post-production » il est normal de chercher de « nouvelles manières de distributions ». Sans confirmer les rumeurs selon lesquelles plusieurs distributeurs indépendants se disputeraient le morceau, le cinéaste a annoncé un programme de sorties pour le début de la semaine.

Au Festival de Venise, le film a divisé la critique (comme en témoigne notre critique liée ci-dessous) de manière assez rare pour un réalisateur reconnu comme Lynch qui a ironiquement avoué qu'il ne voyait pas réellement Inland Empire comme un « blockbuster de l'été », même si son véritable public reste les « filles de 14 ans du Midwest ». Avouons qu'il est assez rare que l'actrice principale d'un film ait des doutes quant au nombre de rôles qu'elle a joués à l'intérieur de celui-ci. « Au moins trois, peut-être un peu plus » a estimé Laura Dern qui interprète tour à tour une actrice, le personnage joué par celle-ci, et une troisième femme sans rapport (apparent) avec les précédentes mis à part le fait d'être confronté à une relation humaine trahie. Dern a été associée de près à la préparation du film à tel point que Lynch l'a créditée comme coproductrice. Parmi le casting figurent également Jeremy Irons, Justin Theroux et Harry Dean Stanton.

La mise en place du film a été unique dans la forme comme dans le fond, puisque le cinéaste a d'abord élaboré chaque scène individuellement avant de les relier peu à peu, tout en tournant le tout en caméra digitale. On annonce donc un kaléidoscope avec des scènes musicales en japonais, un monologue sur une femme supportant à la fois un trou dans son vagin et un singe domestique qui « chie partout », et un sitcom aux personnages arborant des têtes de lapin. Ce dernier est une adaptation de Rabbits, une série de courts-métrages diffusés sur le site internet de Lynch en 2002, et joué par les acteurs de Mulholland Drive, Naomi Watts, Laura Elena Harring et Scott Coffey. Le réalisateur explique le choix du digital par la « mort » annoncée de la pellicule. D'ailleurs Lynch prévient qu'après neuf mois dans la cabine de montage, il va se « remettre à la peinture »…

Retrouvez notre critique à cette adresse.

Source : The Hollywood Reporter

Tout savoir sur Inland Empire

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire