Mostra de Venise 2006: le palmarès

Laurent Pécha | 9 septembre 2006
Laurent Pécha | 9 septembre 2006

Y a des palmarès de festivals qui vous donnent parfois de belles claques. Celui du 63ème Mostra de Venise en fait partie. Mais pour une raison ici bien particulière : alors qu'avec Audrey, nous nous sommes efforcés de suivre la quasi intégralité des films en compétition (ce qui avec l'organisation du festival et notre badge bleu, a relevé parfois de l'exploit), on découvre le soir de la remise des prix que le Lion d'Or est attribué à un film dont on ne connaissait pas l'existence dans la compétition. Et pour cause, Still life de Jia Zhang Ke est apparu dans la compétition durant le festival sous le label film surprise. Et c'est d'autant plus une surprise que nous (et bon nombre de nos collègues) n'étions même pas au courant du passage en projection du film. Et voilà comment après avoir vu à nous deux plus de 30 films en 8 jours, on passe à côté du grand vainqueur de la compétition. Rageant ! Frustrant !

 

Mais le reste du palmarès l'est presque autant à nos yeux. Alors que le jury a multiplié les prix (allant même jusqu'à en créer de nouveau comme celui de Meilleur jeune réalisateur pour Emanuele Crialese), il a complètement laissé de côté notre chouchou, Black book de Paul Verhoeven et notamment son actrice principale, Carice van Houten. Cette dernière ayant toutefois l'immense handicap de concourir face à la bête de concours que va être Helen Mirren pour sa prestation dans The Queen. Un premier prix d'interprétation qui ne sera sans doute pas le dernier pour une comédienne qui effectivement est impressionnante (de mimétisme) dans le rôle de la Reine Elizabeth II. Le film de Stephen Frears s'il ne remporte pas le Lion d'Or que les pronostics d'avant palmarès lui avait donné, peut toutefois s'enorgueillir d'être le seul à repartir avec deux prix, l'Osella du meilleur scénario venant accompagné la récompense attribuée à Helen Mirren.

 

Autre injustice à nos yeux, le Lion d'Argent du meilleur réalisateur attribué à Alain Resnais (toujours très apprécié à Venise) alors que le Darren Aronofsky de The Fountain l'aurait selon nous nettement plus mérité pour l'audace visuel et narrative de son épatante histoire d'amour à travers les âges.



On est également quelque peu surpris de ne voir figurer au palmarès aucun (si ce n'est le film surprise) film asiatique, pourtant très fortement représenté dans la compétition avec des cadors du genre (Otomo, Kon, Oshii). Le jury a opté pour un palmarès occidental allant même jusqu'à donner le prix d'interprétation masculine à un acteur américain (Ben Affleck) pas vraiment habitué aux performances récompensables par des prix prestigieux.

 

Pour finir, et d'un point de vue des plus personnels, je regrette l'absence au palmarès de mon petit coup de cœoeur, Fallen et ses cinq actrices de rêve. Au lieu de donner le prix du meilleur jeune réalisateur à Crialese (alors qu'il a déjà été reconnu mondialement avec Respiro) et celui du meilleur jeune espoir à Isild le Besco (qui a une filmographie déjà particulièrement étoffée), pourquoi ne pas avoir reconnu et récompensé le talent énorme de Barbara Albert et ses comédiennes. Tant pis mais cela ne nous empêchera pas de vous reparler du film (via nos interviews faites à Venise, voir les photos des comédiennes en cliquant ici) le moment venu.
LP

 

Lion d'Or du meilleur film :
Still life de Jia Zhang Ke

 

Lion d'argent du meilleur réalisateur :
Coeurs d'Alain Resnais

 

Meilleur jeune réalisateur :
Emanuele Crialese pour The Golden door

 

Prix spécial du Jury :
Daratt de Mahamat-Saleh Haroun

 

Lion d'honneur :
Ces rencontres avec eux de Danièle Huillet

 

Coppa Volpi du meilleur acteur :
Ben Affleck, pour Hollywoodland d'Allen Coulter

 

Coppa Volpi de la meilleure actrice :
Helen Mirren, pour The Queen

 

Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune espoir :
Isild le Besco, pour L'Intouchable de Benoît Jacquot

 

Osella du meilleur scénario :
Peter Morgan, pour The Queen de Stephen Frears

 

Osella de la meilleure contribution technique :
Emmanuel Lubezki, directeur de la photographie, pour Children of men de Alfonso Cuarón

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire