Étrange Festival: dernier week-end

Lucile Bellan | 8 septembre 2006
Lucile Bellan | 8 septembre 2006

L'Étrange Festival 2006 : coups de cœur du week-end

Déjà une semaine depuis l'ouverture de la quatorzième édition de l'Étrange Festival. Petit récapitulatif des films à voir absolument ce dernier week-end. Au programme, trois films du réalisateur japonais controversé Sono Sion (dont vous pourrez lire une interview très bientôt sur le site), un redneck movie, un pinku et la seule œuvre à la fois coprophage, sadique et politique.

Strange Circus (Japon, 2005)
Mitsuko est contrainte par ses parents pervers de les observer lorsqu'ils copulent. Elle est régulièrement emprisonnée dans un étui de violoncelle. Lorsque la mère de Mitsuko se suicide, son père la viole. Mitsuko se défenestre. Tout semble dit à moins qu'il ne s'agisse d'un nouveau roman écrit par Taeko, écrivaine handicapée célèbre et adulée. L'arrivée de son nouvel assistant et admirateur Yuji remet en question cette hypothèse de la plus surprenante manière. Inceste, viol, transsexualité secrète, rêvée ou réelle, folie, domination, cauchemars sanglants… l'univers tourmenté de Sono Sion est ici porté à jusqu'à l'incandescence.
Samedi 9 septembre - 19h15 - Rex 2 (en présence du réalisateur)

Suicide Club (Japon, 2001)
Le suicide collectif de 54 collégiennes sur les rails d'un train, dans un geyser de sang, surprend la police de Tokyo qui décide d'enquêter. Une informatrice lui révèle l'existence d'un site Internet fréquenté par les jeunes filles et qui, semble-t-il, aurait pu les influencer gravement. D'autres suicides collectifs se produisent. Qui se cache derrière la mystérieuse page d'accueil ? Le film qui a rendu Sion incontournable sur la scène médiatique japonaise et lui a valu la consécration critique internationale.
Dimanche 10 septembre - 19h30 - Rex 2 (en présence du réalisateur)

Requiem pour Noriko (Japon, 2005)
La jeune Noriko est insatisfaite de sa vie de famille. Elle découvre un site Internet - fascinant de nombreuses jeunes filles japonaises - animé par Kumiko, une névrosée. Noriko quitte sa banlieue grisâtre pour monter à Tokyo. Elle est introduite dans le réseau de Kumiko intitulé « Cercle familial » qui utilise des jeunes filles envoyées chez des hommes seuls dans un but destructeur. Yuka, la sœur cadette de Noriko, la rejoint à Tokyo. Leur père s'inquiète et part à leur recherche. Fausse « prequel » de Suicide Club, dans la mesure où le film traite déjà du thème du suicide.
Dimanche 10 septembre - 21h45 - Rex 2 (en présence du réalisateur)


Carnage (USA, 1972)
Faute d'avoir payé ses fournisseurs de Chicago, un trafiquant de drogue esclavagiste et patron d'une usine de conserve de saucisses qui lui sert de couverture reçoit la visite d'encaisseurs. Il les tue. Leur chef Devlin lui déclare alors une guerre qui débute par le sauvetage de la prostituée Poppy. Cette provocation engendre des représailles ultra-violentes. Le réalisateur de La Descente infernale et Votez McKay, tous deux avec Robert Redford, le monteur de Dirty Harry et Meurtres dans la 110ème Rue, et un casting avec outre Lee Marvin et Gene Hackman, la révélation Sissy Spacek, avant même son mal de dent chez Brian de Palma.
Samedi 9 septembre - 22h15 - Cinéma du monde

Sexe et Furie (Japon, 1973)
Tokyo, ère Meiji : la jeune et belle aventurière Inoshika Ocho, experte en arts martiaux, croise la route d'un anarchiste recherché qu'elle héberge. Puis elle venge la mort de son père tué par des gangsters. Elle sera contrainte, pour des raisons complexes, de combattre à la fois les yakuzas et des espions internationaux. Un des fleurons de l'âge d'or du « Pinku Violence eiga » par un maître du genre, Norifumi Suzuki.
Dimanche 10 septembre - 17h30 - Rex 2

Salo ou les 120 journées de Sodome (Italie, 1975)
Derniers jours de la République de Salo instituée après l'évasion (organisée par l'officier S.S. Otto Skorzeny) du Duce, le 12 septembre 1943. Dans un château protégé par sa milice, quatre dignitaires du régime fasciste mettent au point de très singulières orgies, conçues comme la révélation et l'imitation de passions de plus en plus criminelles, aboutissant au meurtre luxurieux. Adapté des 120 journées de Sodome ou L'École du libertinage rédigé à la Bastille par le marquis D.A.F. de Sade, le film ramasse et transpose l'action sadienne à l'hivers italien 1943-1944, celui qui vit se dérouler Le Procès de Vérone.
Samedi 9 septembre - 21h45 - Rex 2 (en présence de Diamanda Galás pour sa carte blanche)

Mais aussi : La Reine des Bandits (samedi 9, 17h), Babouo (idem, 18h), Les Yeux sans visage (idem, 19h45), Aussi loin que l'amour (dimanche 10, 18h) et Persona (idem, 20h).

Source (et informations supplémentaires) : le site officiel de cet Étrange Festival.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire