Silent Hill entre amis

Flavien Bellevue | 17 avril 2006
Flavien Bellevue | 17 avril 2006

La sortie de Silent Hill approche de plus en plus qu'on commence déjà à entendre les grincements de la grande lame de Red pyramid…De passage à Paris, la semaine dernière, le réalisateur Christophe Gans et le producteur Samuel Hadida ont pu déjà montrer à des proches, le film tant attendu. Selon certains, ce serait une véritable surprise en matière cinématographique car le réalisateur manierait ici l'horreur avec grâce et le film qui en résulte serait donc bien à l'image du jeu. On parlerait déjà d'un film d'horreur d'auteur…Ceux qui ont pu se rendre à la masterclass de la Fnac des Halles, vendredi dernier en présence du réalisateur et du créateur du jeu (retranscription à venir), ont pu déjà effleurer l'ambiance du film via deux extraits chocs. Si les références cinématographiques du réalisateur français se faisaient sentir (sans pour autant que ce soit péjoratif) dans ses précédents films, il semblerait que ce soit beaucoup plus subtil avec Silent Hill. Cela signifierait donc que le jeux vidéo guide véritablement le cinéma plutôt que l'inverse, ce qui n'était pas le cas des précédentes adaptations de jeux vidéo sur grand écran.


Il semble également que Christophe Gans ait eu droit au « final cut » car la version que nous découvrirons le 26 avril prochain durera 2h07 au grand dam de l'éditeur DVD américain qui s'imaginait sûrement déjà sortir deux éditions dont une director's cut. En tout cas, cela donnerait espoir pour les co-scénaristes, Roger Avary et Nicolas Boukhrief, également réalisateurs, d'avoir, un jour, un tel privilège venant d'un grand studio américain.

Il est clair maintenant que la tension monte d'un cran à la rédaction, à l'attente de la projection de presse qui aura lieu cette semaine. Verdict à suivre donc très bientôt sur Écran large….

Tout savoir sur Silent Hill

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire