Paramount rachète DreamWorks

Erwan Desbois | 19 décembre 2005
Erwan Desbois | 19 décembre 2005

Le deal a été signé le week-end dernier : la Paramount a racheté DreamWorks pour la somme de 1,6 milliard de dollars (environ 1,35 milliard d'euros). C'est la fin du rêve des trois cofondateurs Steven Spielberg, Jeffrey Katzenberg et David Geffen – les initiales « SKG » accolées au nom du studio –, qui s'étaient lancés en 1994 dans le pari fou de créer de toutes pièces une nouvelle « major », ce qui n'avait plus été tenté depuis les années 30.

Malgré une politique agressive placée sous le signe de la prise de risques, couronnée par plusieurs succès à la fois publics et critiques (les deux Oscars successifs du Meilleur Film pour Gladiator en 2000 et American beauty en 2001), et l'appui d'un Spielberg en forme plus « blockbusterienne » que jamais (Il faut sauver le soldat Ryan, Minority report, Arrête-moi si tu peux et dernièrement La guerre des mondes), le studio n'est donc pas parvenu à échapper à la morosité qui plane actuellement sur Hollywood. En effet, à une époque où même les studios historiques ne sont plus maîtres de leur destin mais appartiennent à plus gros qu'eux – la Paramount elle-même est une filiale de Viacom, multinationale présente dans tous les domaines des médias (de l'édition à la télévision), qui finance pour moitié l'acquisition –, la liste des flops cuisants de DreamWorks n'équilibre que trop celle des succès : Le smoking, La machine à remonter le temps, et cet été The island (36 millions de dollars de recettes aux États-Unis pour un budget de 130 millions).

Après la fermeture de ses branches musique et jeux vidéo, c'est donc l'activité cinéma de DreamWorks elle-même qui dépose les armes, avec un passif estimé à quelques 500 millions de dollars de dettes. Signe qui ne trompe pas sur le but de cette acquisition, l'annonce faite immédiatement de la revente dans les prochaines semaines à « un groupe d'investisseurs » (sans plus de précisions) de l'ensemble du catalogue de films de DreamWorks (d'ailleurs, si jamais vous êtes intéressés, la somme visée par Paramount – 1 milliard de dollars pour l'ensemble des 60 films – place le prix moyen d'un film à un peu plus de 14 millions d'euros). Ce que Paramount rachète n'est donc pas les films, mais le carnet d'adresses de DreamWorks, et en premier lieu Steven Spielberg lui-même dont le prochain long-métrage Munich sortira donc sous le giron de la Paramount. Le studio souhaite ainsi porter à une quinzaine son nombre de films produits chaque année, et « améliorer considérablement son créneau dans le cinéma, un objectif stratégique-clé dans la restauration de l'image de Paramount comme leader des loisirs cinématographiques » selon les dires de son PDG Brad Grey. Souhaitons qu'au sein de cet ambitieux programme artistique, les producteurs et réalisateurs affiliés à DreamWorks parviennent à garder tout ou partie de la liberté qui permit la mise en chantier de films moins frileux que chez les concurrents…

Quant à la florissante filiale de dessins animés DreamWorks Animation SKG, qui avait gagné son autonomie à grands coups de Shrek, elle reste indépendante mais avec un contrat de distribution exclusive de ses films par Paramount.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire