Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix du 6 au 12 mai

La Rédaction | 6 mai 2022 - MAJ : 06/05/2022 18:33
La Rédaction | 6 mai 2022 - MAJ : 06/05/2022 18:33

Netflix balance nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Ecran Large revient sur les nouveautés ajoutées par Netflix du 6 au 12 mai 2022, films et séries confondus dans une liste non exhaustive.

Quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

loin du périph

Disponible sur Netflix - Durée : 2h01

 

 

Loin du Périph : photo, Laurent Lafitte, Omar SyEt il est où Michael Bay quand on a besoin de lui ?

 

Ça parle de quoi ? Dix ans après leur première rencontre, deux flics que tout oppose se retrouvent à contrecœur pour enquêter sur un meurtre dans une petite ville pas si tranquille que ça.

Pourquoi il faut le regarder ? Pas pour son scénario, encore moins inspiré que celui du premier épisode. Pour les amateurs de comédie rythmée et de dialogues acérés, le visionnage de Loin du Périph pourra s'apparenter à un long supplice, au cours duquel la quasi-intégralité de la société française est décrite comme un égout raciste. Une vision d'autant plus effarante qu'elle semble s'inspirer directement des émeutes américaines ayant suivi la déroute électorale de Donald Trump, sans jamais tenir compte du lieu où se déroule l'action.

Pourtant, le film échappe à la catastrophe, d'abord grâce à l'énergie de son duo d'acteurs, dont l'alchimie est une nouvelle fois le moteur d'un récit qui bénéficie grandement de leur complicité. Mais également grâce à l'investissement bienvenu du réalisateur Louis Leterrier, capable de s'accomplir aussi bien du côté du Choc des Titans que de la série Dark Crystal. Il s'amuse ici à greffer à une recette attendue de faux airs de Bad Boys II avec une malice réjouissante, et une énergie qui sauve plus d'une fois les meubles.

Notre critique de Loin du Périph

Bienvenidos a Edén

Disponible sur Netflix - Durée : 8 épisodes d'environ 40min

 

 

 

Ça parle de quoi ? Pour ce groupe de jeunes invités à une soirée sélecte sur une île lointaine, le paradis attendu se révèle un véritable enfer plein de mystères. Ils sont pris au piège.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que Bienvenidos a Edén, avec son high concept aguicheur, a l'air d'être une production espagnole pas inintéressante et relativement soignée. Au risque de paraître un peu superficielle formellement, thématiquement et narrativement, cette série semble avoir plus d'un tour dans son sac et proposer une aventure entrainante.

Des jeunes accros aux réseaux sociaux, des néons, une drôle d'île avec une secte étrange et du sexe... Bienvenidos a Edén a tout du prochain phénomène Netflix si elle bénéficie d'un minimum de savoir-faire. Dans le cas contraire, la création de Joaquín Górriz et Guillermo López Sánchez risque d'être une énième accumulation de poncifs sur la génération Instagram et ses questionnements… Et franchement, on s'en passerait bien.

Pokémon : Détective Pikachu

Sur Netflix le 8 mai - Durée : 1h45

 

Pokémon : Détective Pikachu : photoPardon, mais c'est trop mignon

 

Ça parle de quoi ? Dans un monde où humains et Pokémon co-existent, un détective fait équipe avec le fils de son partenaire introuvable pour élucider le mystère de sa disparition.

Pourquoi il faut le regarder ? Contrairement à la petite aberration que fut le design initial de Sonic, celui de Pikachu s’est avéré particulièrement choupinou. Doublée par Ryan Reynolds, choix qui aurait pu éveiller les craintes d’un contre-emploi évident, l’adorable petite bestiole jaune profite finalement de façon assez surprenante du timbre nasillard de Deadpool tandis qu’elle enchaîne allègrement les litres de café, et tente de résoudre la disparition du détective Harry Goodman. Métrage au capital sympathie évident, Détective Pikachu s’inscrit dans la lignée chaleureuse d’un bon vieux buddy movie à l’ancienne sans jamais s’abandonner aveuglement au fan-service généralement distribué à la truelle de ce genre de productions. 

Adapté du jeu d’enquête Great Detective Pikachu, aventure vidéoludique méconnue réservée aux consoles Nintendo DS, le métrage de Rob Letterman se répond d’une technicité aboutie très agréable à l’oeil, et du charme attendu d’une oeuvre au respect tangible pour son matériau d’origine. Et si le film souffre, il est vrai, d’une dramaturgie en berne, celui-ci excuse amplement son intrigue mollassonne par sa générosité et son concept ambitieux : transposer pour le grand écran une mythologie aussi populaire que celle de l’univers Pokémon, pour y greffer les codes (édulcorés) du film noir aurait, effectivement, eu de quoi nourrir quelques réticences. Au final, Détective Pikachu est un métrage-doudou étonnant qui fait sourire, et c’est bien là tout ce qu’on lui demande.

Notre critique de Pokémon : Détective Pikachu

notre père à tous

Sur Netflix le 11 mai- Durée : 1h37

 

Notre père à tous : Photo Keith Boyle Le détraqué qui a voulu repeupler la Terre

 

Ça parle de quoi ? Après avoir effectué un test ADN, une femme se découvre de nombreux demi-frères et sœurs, révélant un plan machiavélique fomenté par un spécialiste de la fertilité.

Pourquoi il faut le regarder ? Après la mise en ligne de Three Identical Strangers, un documentaire sur des triplés séparés à la naissance, et de L’Arnaqueur de Tinder, historie vraie de l’escroc qui s’est fait plus de 10 millions de dollars en manipulant des femmes, Netflix continue sur sa lancée avec Notre père à tous, un documentaire-choc sur l’histoire de Donald Cline, l’homme qui a inséminé plus d’une cinquantaine de femmes de sa propre semence.

Quand Jacoba Ballard découvre grâce à un test ADN qu’elle n’est pas fille unique, elle est ravie, mais quand elle s’aperçoit qu’elle a sept frères et sœurs, elle commence à déchanter. Notre père à tous retrace l’enquête menée par Ballard, grâce à des reconstitutions et témoignages des parents trompés et des nombreux enfants nés de ce spécialiste de l’infertilité qui se vantait d’avoir un taux de réussite de 100%. Pour couronner le tout, il semblerait que la motivation première de l’homme ait été de répandre ses gènes aryens…

MAIS AUSSI...

En route pour l'avenir, The Sound of Magic, A Haunting at the Rectory, Conjuring the Dead, 42 jours d'obscurité, Le maître de l'évasion...

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Mokuren
08/05/2022 à 18:10

"The Sound of Magic" aurait vraiment mérité un focus à part entière, c'est un petit bijou ! Histoire émouvante, production soignée, acteurs formidables... Le côté comédie musicale, que j'appréhendais un peu, est très réussi. J'adore particulièrement la scène musicale de l'épisode 3 qui parle de la pression et la compétition scolaire. Bref, je recommande.

votre commentaire