Après West Side Story, Steven Spielberg pourrait réaliser son premier western

Déborah Lechner | 3 décembre 2021
Déborah Lechner | 3 décembre 2021

Après sa première comédie musicale, West Side Story, le réalisateur Steven Spielberg aimerait s'attaquer à un nouveau genre : le western.

Reconnu comme un des artisans majeurs du 7e art, Steven Spielberg est un touche-à-tout qui parait maîtriser tous les genres cinématographiques auxquels il s'essaie. En plus de cinquante ans de carrière, le cinéaste est habilement passé d'un registre à un autre, que ce soit le thriller (Les Dents de la mer) ; le drame historique (La Liste de Schindler) ; les films d'action et d'aventure (les Indiana Jones) ; le drame (La couleur pourpre) ; l'animation et le divertissement jeunesse (Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne) ; le film de guerre (Il faut sauver le soldat Ryan) ; le biopic (Lincoln) ; la science-fiction (La guerre des mondes) ou encore la comédie romantique (Le Terminal), pour ne pas citer l'ensemble de sa filmographie.

Un large éventail auquel s'ajoutera très bientôt sa toute première comédie musicale, West Side Story, que les critiques encensent déjà. Un projet ambitieux qui lui tenait à coeur, qu'il voulait concrétiser depuis de nombreuses années et lui permet de démontrer une nouvelle fois toute sa polyvalence et son éclectisme.

 

West Side Story : photo, Steven Spielberg, Rita MorenoSteven Spielberg et la conquête du grand écran

 

Mais à y regarder de plus près, il reste un type de film bien particulier auquel le réalisateur de 74 ans ne s'est encore jamais frotté, comme il l'a lui-même fait remarquer pendant un récent entretien avec Yahoo!. Le journaliste lui avait alors demandé à quel nouveau genre il pourrait bien s'attaquer après sa revisite du célèbre musical de Broadway :

"On m'a posé cette question pendant les quarante dernières années de ma carrière, si ce n'est plus, et j'ai toujours répondu qu'une comédie musicale était la seule chose que je n'avais pas faite. La chose que j'ai négligé de dire, c'est que le seul genre que je n'ai pas encore vraiment abordé, c'est le western. Alors, qui sait, peut-être que je mettrai des éperons un jour, qui sait. [...] J'en ai quelques-uns en développement, mais je ne sais pas encore lequel devrait passer en premier."

 

Indiana Jones et le Temple Maudit : Photo Harrison FordRemplacez le fouet par un revolver et on se rapproche du cowboy

 

Un film se déroulant durant la conquête du Far West serait l'occasion pour le cinéaste de démontrer une nouvelle fois toute sa compréhension du cinéma - en plus de rejoindre notre top des meilleurs westerns jamais réalisés. On sait cependant que ce ne sera pas pour tout de suite, son prochain long-métrage, The Fabelmans, étant librement inspiré de son enfance en Arizona, loin des Indiens, des cowboys et de l'Ouest américain sauvage. Avec ce projet plus intimiste et nostalgique d'Amblin Partners, il retrouvera très certainement les thématiques sur l'enfance qui lui sont chères, avant de peut-être revêtir des éperons et un Stetson.

Tout savoir sur Steven Spielberg

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
PT
05/12/2021 à 19:07

@Bob

Pardonnez mon pauvre français. Je suis simplement ici pour souligner que chaque "cas" que quelqu'un pense qu'il y a de la "fumée au feu" est un mensonge. Cela pue le désespoir, même si "Poltergeist" aurait ressemblé plus à "1941" si Spielberg avait réellement obtenu ce qu'il voulait du film. Heureusement, Hooper a été en mesure de le retirer d'un ensemble de style "Goonies" ! (Il y en a quelques-uns dans le scénario initial de Spielberg - l'homme ne pouvait pas s'en empêcher.)

D'accord, j'espère que nous en avons fini avec les cinéastes insultants que nous ne pensons pas avoir réalisé "Poltergeist".

@alulu

Pourquoi pas? D'autres cas de paternité contestée (Martino, Cassavetes/Stanley Kramer “A Child Is Waiting”) sont toujours des comparaisons intéressantes, et ils se chevauchent parfois, mais « Poltergeist » est unique dans ce Hooper a co-conçu toute l'histoire avec son supposé usurpateur.

alulu
05/12/2021 à 15:08

C'est un peu le même cas pour Mon nom est personne que l'on attribue à Sergio Leone alors qu'au final c'est bien Tonino Valérii qui a réalisé le film. Depuis le temps que la controverse existe, plutôt que de rester dans le marronnier filmique. Spielberg puisqu'il ne reste que lui, devrait prendre la tronçonneuse de Hooper pour clore le débat.

Bob
05/12/2021 à 14:04

@PT

___________"Car aucune de vos revendications…."

Heu… J'ai des revendications, moi ? Je ne cesse de me surprendre, quelle joie !


___________"Vous devez finalement admettre, je veux dire vraiment. "


Ben, c’est que je m’en fous un peu !
Ça me fait plaisir qu’il ait un film potable en plus dans sa filmographie qui n’en compte finalement que très peu.
Et qu’importe finalement si, pour cela, il ait dû sérieusement s’appuyer sur Spielberg ! Ou le singer !
Enfin, bravo Tobe !

PT
05/12/2021 à 13:12

@Bob

Une illusion d'optique. Le Making Of très étroitement édité se compose en grande partie de séquences du tournage VFX du film, se produisant des mois après la fin de la photographie principale. Chaque fois que vous voyez des acteurs dirigés, c'est Hooper que vous voyez dans le coin du cadre. De même, l'équipe marketing aime publier des photos de Spielberg, mais ces dernières années, nous avons vu des photos beaucoup plus substantielles montrant Hooper au travail sur le plateau. Spielberg semble toujours sourire comme s'il posait - demandons-nous quel réalisateur qui se respecte a le temps de faire autant rire.

Super! Car aucune de vos revendications n'a pu être étayée après contradiction. Tels que : 1) Non, il n'a pas été accusé de se droguer. 2) Non, il est souvent montré en train de faire beaucoup dans les featurettes et les photos. 3) Non, Zelda Rubinstein a déclaré que Hooper avait configuré chaque plan dans lequel elle était. 4) Non, JoBeth Williams n'a jamais déclaré qu'ils étaient co-réalisateurs. Vous devez finalement admettre, je veux dire vraiment.

Bob
05/12/2021 à 11:29

@PT

Même sur le making of du film, sur les vidéos et photos de tournage, Tobe Hooper ne réussit jamais à faire plus que de la figuration…

Mais soit, si on me demande de citer le réalisateur du film, je dis Tobe Hooper, comme un bon garçon !

PT
04/12/2021 à 21:37

@Bob

Les rumeurs de drogue ne sont rien de plus que des rumeurs salaces, clairement non corroborées par quiconque a été témoin de quoi que ce soit sur le plateau. Ce n'est plus un secret que presque personne ne croit à ces affirmations à côté des fanatiques les plus extrêmes de Spielberg.

@JR

Hooper a simplement suivi le script que lui et Spielberg ont élaboré ensemble, avec l'approche et le ton convenus. Ainsi, Hooper a vraiment aidé à peaufiner les scènes « domestiques » avec un naturalisme que l'acteur qui joue le fils attribue à Hooper, car il était moins intéressé à créer des « moments » et des « plans », à la Spielberg, mais simplement à tourner des scènes de famille aussi simplement. que possible. C'est certainement une approche Hooper plus qu'une approche Spielberg. Spielberg n'a "contribué" à aucune scène, réalisateur ou autre, sans la présence explicite de Hooper à travers laquelle il a dû filtrer - encore une fois, selon tous les acteurs qui parlent fidèlement de Hooper.

Bob
04/12/2021 à 20:23

@PT @JR
Il y a eu beaucoup de choses de dites, et pas mal de bienveillance envers Tobe Hooper d'ailleurs, mais le fait qu'il était très sérieusement sous influence pendant le tournage n'est plus un secret.

Mais quoi qu'il en soit, le film en lui-même est plus parlant que n’importe quelle rumeur…

JR
04/12/2021 à 09:05

@PT & @Bob

Les docs Spielberg et Les films d'horreur 80 (OCS et canalsat) tendent vers un travail collaboratif. Ou la mise en scène avec des effets visuels en dur (cimetière par ex) étaient bien de Tobe, mais que d'autres (filmer la famille, le suburb et certains effets) tiennent de Steven.
C'est pour ca que tout le monde s'accorde a dire que c'est bien un film d'Hooper, mais il y a beaucoup de Spielberg dedans.

Bon sur Hantise, je passerais le film étant pas fameux, en revanche Casper est et reste une pure petite familiale.

Victeam
04/12/2021 à 07:58

Spielberg est le fils spirituel de Hitchcock et de Ford, on le sait. Mais plus les années passent et plus son côté fordien semble prendre le pas. Ce serait donc dans la logique des choses de le voir faire un western. Je suis très curieux et impatient de voir ça. S'il y a un certain renouveau du western ces dernières années, c'est souvent via le cinéma indé et je trouve ça au mieux intéressant. Voir un vrai western de studio, populaire avec les moyens nécessaires et le savoir faire de Spielberg...j'ai hâte.

PT
04/12/2021 à 07:52

@Bob

Une grande partie de cela est de vieilles nouvelles - des potins qui n'ont jamais vraiment eu de fondement dans la réalité. Depuis 2012, les acteurs qui ont commenté la question ont déclaré que Hooper était leur seul réalisateur. Même Zelda Rubinstein a modifié ses affirmations, déclarant que Hooper "a préparé chaque coup". Les flagorneurs et les gens clairement dans le déni déclarent Spielberg. Quiconque a des prises justes et mesurées dit que Hooper était là pour faire son travail du début à la fin.

Plus
votre commentaire