Belle : une bande-annonce très Summer Wars pour le film du créateur des Enfants Loups

Matthias Mertz | 30 novembre 2021 - MAJ : 30/11/2021 14:19
Matthias Mertz | 30 novembre 2021 - MAJ : 30/11/2021 14:19

Belle, nouveau long-métrage de Mamoru Hosoda, se précise dans une bande-annonce sublime aux allures de Summer Wars, précédent film du réalisateur.

Mamoru Hosoda fait partie de ces réalisateurs légendaires de l'animation japonaise dont les productions sont scrutées minutieusement par les amateurs du genre. Si ses premières productions recalées chez Ghibli ont été des commandes pour des films de franchise (Digimon ou One Piece), le cinéaste est remarqué dès 2006 pour La traversée du temps. Il transforme l'essai avec Summer Wars, deux années plus tard, avant de s'imposer définitivement comme une figure de proue de l'animation japonaise avec le succès du film Les Enfants loups, Ame et Yuki.

Belle conte donc l'histoire de Suzu, adolescente timide vivant à la campagne avec son père. Blessée par la perte de sa mère alors qu'elle était jeune, elle se réfugie dans un monde virtuel massivement peuplé nommé "U". Rapidement, tous les yeux sont tournés vers Suzu, dont l'avatar dans U est nommé Belle et rassemble une immense communauté de fans. Lorsque le monde de U est perturbé par l'arrivée d'une mystérieuse créature aux allures de bête ailée, Belle décide d'intervenir, sans savoir qu'elle pourrait apprendre beaucoup de cette rencontre.

 

 

Surprise, le film semble récupérer une composante d'un projet antérieur de Mamoru Hosoda : Summer Wars. Le cinquième long-métrage de Mamoru Hosoda contait ainsi l'histoire de Kenji, un jeune garçon amateur de mathématiques qui travaillait sur un monde virtuel communautaire nommé Oz. À la campagne pour préparer une fête de famille, Kenji se voyait rejoint par certains membres de sa famille pour vaincre une menace planant sur le monde d'Oz.

Plus que le scénario, Belle rejoint Summer Wars sur sa façon de lier le thème de la famille avec les mondes virtuels. On se doute évidemment que le rapport de Suzu à ses parents sera questionné par sa rencontre avec la bête. De la même façon que la question de l'identité de la jeune fille sera mise en demeure par le décalage entre sa personnalité timide et sa popularité en ligne.

 

Belle : photoBelle manque au monde d'U autant que Mamoru Hosoda ne nous manque

 

On retrouve les éléments les plus caractéristiques du cinéma de Mamoru Hosoda parmi lesquels le rapport à la famille, souvent entravé par des transformations, des écrans ou des différences générationnelles. Les mondes parallèles sont aussi de retour avec une nouvelle matrice communautaire virtuelle. On pourra aussi citer le design de Belle et de la bête, ou encore la musique et la direction artistique (non sans largement rappeler Summer Wars, encore, qui excellait déjà dans sa façon de dépeindre un monde virtuel si réel et si jouissif) qui devraient nous ravir.

Bref, l'eau mouille et le cinéma de Mamoru Hosoda est une perle. Et Belle ne devrait pas faire exception. On espère que ce nouveau long-métrage en terrain connu permettra au réalisateur de confirmer sa place de maître de l'animation, auprès du très évident Hayao Miyazaki, de son acolyte Isao Takahata, ou encore de visages plus récents (Makoto Shinkai, Masaaki Yuasa). Belle vous illuminera dans les salles obscures à partir du 29 décembre 2021.

Tout savoir sur Belle

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
02/12/2021 à 19:41

JOHN1 ayant vu le film, oui, il y a beaucoup de référence à La Belle et la Bête, déjà dans le nom des personnages une scène est pratiquement reprise, mais l'histoire est autrement plus sophistiquée et la film d'une grande beauté.

john1
30/11/2021 à 16:33

On sent l'influence de La Belle et la Bête dans 3 à 4 plans du trailer. Aucun film de ce réal ne m'a déçus donc je l'attend avec impatience.

votre commentaire