Cry Macho : le western de Clint Eastwood se fait dézinguer par Paul Schrader (Taxi Driver)

Raphaël Iggui | 29 septembre 2021
Raphaël Iggui | 29 septembre 2021

Paul Schrader a donné son avis sur Cry Macho et de bonnes raisons de pleurer à Clint Eastwood

Simplement prononcer Clint Eastwood, c'est immédiatement convoquer près d'un demi-siècle d'histoire du cinéma américain. À 91 ans et encore toutes ses dents, papy Eastwood est passé de cow-boys taiseux à réalisateur ultra-respecté avec une souplesse digne du Cirque du Soleil. Un parcours gravé dans le marbre, une filmographie qui dialogue avec l'Histoire des États-Unis et l'incarnation d'une certaine idée du virilisme à l'américaine dans l'inconscient collectif

Mais même les icônes vieillissent et si le Clint-réalisateur enchaîne les réalisations depuis ces vingt dernières années, le Clint-acteur se raréfie des plateaux, sans doute trop occupés à combler les conventions politiques avec une chaise vide. C'est donc avec curiosité et appréhension qu'on avait reçu la bande-annonce de Cry Macho et les premières critiques américaines nous ont confortés dans notre prudence.

 

photo, Clint EastwoodPale rides, le nonagénaire solitaire

 

Alors que The Card Counter est sorti depuis le 10 septembre dernier aux États-Unis, soit sept jours avant la sortie simultanée de Cry Macho en salles et sur HBO Max, Paul Schrader s'est fendu d'un commentaire assez éloquent sur sa page Facebook, concernant son opinion sur le dernier Eastwood : 

"Je peux comprendre le fait d'accorder un passe-droit à Clint Eastwood, mais est-ce qu'un réalisateur américain majeur a fait un film aussi mauvais que Cry Macho depuis le Sport favori de l'homme d'Howard Hawks ? C'est un ratage à tous les niveaux : le scénario, la lumière, les décors, les accessoires, les costumes, et le casting. Quand, au début, Eastwood recourt à un plan de botte touchant le sol vu de sous la voiture, je me suis dit "Ok, il va jouer avec les codes des westerns machos traditionnels." Mais c'était la dernière idée de mise en scène intéressante

Bien sûr, Clint nous offre quelques passages bourrés de clichés sur la futilité du machisme, mais ils n'ont de la valeur que parce qu'ils sont dits par un Inspecteur Harry diminué. Ce genre de caractérisation de personnage, ça a 30 ans de retard. C'est comme écouter un criminel s'excuser auprès des familles de ses victimes en espérant que le juge lui accordera une réduction de peine." 

 

photo, Clint EastwoodChiale, goujat

 

Du haut de ses 75 ans, le scénariste de quatre Scorsese, un De Palma et un Sydney Pollack n'a visiblement pas froid aux yeux, et s'est permis un épinglage en règle du rumineur au stetson le plus reconnaissable des USA. Mais bon, Clint doit sans doute ignorer l'existence même de Facebook et doit sans doute déjà être en train de tourner son prochain projet, l'histoire vraie d'un vétéran de la guerre de grenade qui a ouvert un ranch où il apprend la boxe à des chevaux et des orangs-outans.

Tout savoir sur Cry Macho

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Lafeuille
22/11/2021 à 11:34

"Cry Macho" est un peu ennuyeux, tout comme l'avait été "La Mule" mais entre temps, il y a eu le sensationnel, "Le Cas Richard Jewell"... la filmographie complète de l'artiste, vue par mes petits yeux se trouve ici :

https://www.brunocoupe.com/clint-eastwood-filmographie.html

Mx5
01/11/2021 à 13:44

Le cinéma de Clint Eastwood est à part, il a su dépoussiérer les vesterns et donner du reliefs au films contemporains... Il y a le coup de patte du cinéaste et aujourd’huit ces film ont l’âme de sa carrière. Il reste un grand monsieur du cinéma...

Joc
03/10/2021 à 17:42

Que le dernier film Cyr Macho (jusqu'à maintenant!) de Clint Eastwood soit moins bon que ses meilleurs, où est le problème? Personne, acteur ou réalisateur ne fait que des chefs-d'oeuvres! Pas plus Eastwood que Speilgerg! Honkythonk man n'est pas un chef d'oeuvre, mais c'est un bon film très personnel pour Clint. Son père a vécu la crise de '29 et jouait lui aussi dans les bars. J'ai beaucoup aimé la tendresse de ce film. Eastwood a cette facilité de changer de style, de genre, même la comédie et le romantisme tout en y mettant sa touche personnelle dans l'éclairage, dans sa façon de tourner à une seule prise. Je n'ai pas encore vu Cry Macho, et j'espère qu'il sortira aussi en DVD. Je possède tous ses films sauf trois (introuvables) dans lesquels il ne joue pas. Ses meilleurs, selon moi: Impardonnable (2 Oscars pour lui), Grand Torino, (film pour lequel il aurait dû recevoir l'Oscar du meilleur acteur) Milllion Dollars Baby (2 Oscars pour lui), Mystic River, Mémoires de nos pères, Changeling surtout pour le beau thème musical qu'il a lui-même écrit et dans une un moindre mesure: Pale Rider, La Mûle, Sur la route de Madison et surtout Josey Wales hors-la-loi! Clint est d'abord un très bon acteur qui s'adapte à différends genres tout en conservant sa personnalité et aussi un excellent réalisateur touche-à-tout, qui peut passer d'un western à une comédie et d'une biographie à un fait réel. Une chose est certaine: Clint Eastwood sera enseigné dans les cours de cinéma comme l'un des plus grands acteur-réalisateur (déjà quelque chose de faire les deux en même temps!) du cinéma américain et même mondial. Et à 91 ans, il n'a pas encore dit son dernier mot! Clint Eastwood, celui qui ne sera jamais «l'Homme sans nom» et encore longue vie! Bravo CLINT!

Castor
02/10/2021 à 14:04

N'en déplaise à Sawer : Impitoyable , les lettres d'iwo Jima, sont de très grands films , par contre la filmographie de Paul Schrader comme réalisateur est au mieux intéressante , au pire anecdotique.

Sawyer
02/10/2021 à 02:32

Bon, d'accord, Paul Schrader n'a jamais vraiment été un bon réalisateur, mais est-ce que ça le rend illégitime pour critiquer Clint Eastwood ?
D'autant que Paul Schrader, n'en déplaise à certains, c'est quand même le mec qui a signé le scénario de trois films grandioses :
"Obsession" de Brian de Palma, "Taxi Driver" et "Raging Bull".
Clint Eastwood réalisateur, dans sa longue carrière, n'a pas réalisé un seul film de ce niveau (des bons films, oui, mais aucun grand film : "Impitoyable" et "Sur la route de Madison" ne sont pas des grands films, le second est même assez ridicule... à moins d'apprécier tout particulièrement les romans harlequin).

Hocine
01/10/2021 à 23:53

@Oliviou

En effet, en tant qu’acteur, Gran Torino est son dernier film vraiment marquant. Clint était alors sur une belle série de succès critiques. De plus, dans Gran Torino, Clint convoquait son image de justicier, qui a contribué à sa popularité.
Après Gran Torino, il y avait Une Nouvelle Chance, qui était plus anecdotique et oubliable. Quant à La Mule, c’est également un bon film mais moins populaire que Gran Torino. Cela dit, Million Dollar Baby reste sa meilleure performance d’acteur, à partir des années 2000.

En tant que réalisateur, je dirais qu’American Sniper est son dernier film marquant, d’un point de vue commercial: il a d’ailleurs suscité un débat de société aux Etats-Unis et a même décroché plusieurs nominations aux Oscars dont celui du meilleur film.
Néanmoins, je pense que Mémoires de Nos Pères et Lettres d’Iwo Jima (sa dernière nomination à l’Oscar du meilleur réalisateur) sont ses dernières réalisations les plus ambitieuses. Bien sûr, il fera de très bons films par la suite: L’Echange, Gran Torino, J. Edgar, American Sniper, Sully, La Mule et Richard Jewell. J’ai également apprécié Invictus, Au-Delà et Jersey Boys, même s’ils ne sont pas du niveau de ceux cités plus haut. Quant au 15:17 pour Paris, c’est presque un film expérimental, une sorte de docu-fiction: sans être un film honteux pour autant, on est clairement au plus bas de la filmographie de Clint.

Hocine
01/10/2021 à 02:16

Paul Schrader affirme que Cry Macho est un mauvais film à tous les niveaux: c’est son point de vue et il a le droit de penser ce qu’il veut, comme tout un chacun. D’un autre côté, ne chercherait-Il pas à faire le buzz, dans le cadre de la promotion de son nouveau film, The Card Counter, sorti une semaine avant Cry Macho aux Etats-Unis ? Soit dit en passant, The Card Counter a l’air d’être bien: à voir.

Nous sommes maintenant à environ 1 mois et 10 jours de la sortie française de Cry Macho. Au vu de la bande-annonce, ça semble être un film intimiste et anachronique, avec une bonne dose de nostalgie. Si il est dans la veine de La Mule, alors ce sera pour moi, un bon film. Ceux qui s’attendent à des scènes d’action seront probablement déçus. Il faut se rendre à l’évidence qu’aujourd’hui, Clint ne peut physiquement plus faire ce qu’il faisait il y a 30 ans. Je dirais même que son dernier vrai film d’action est Dans la Ligne de Mire (1993). Et c’était déjà un film classique, à l’ancienne. Depuis plusieurs décennies déjà, Clint entretient son image virile, avec autodérision, mélancolie, ironie et nostalgie. Nostalgie d’une Amérique disparue voire fantasmée, bien sûr, mais aussi nostalgie de la superstar du box-office qu’il fut depuis la fin des années 60 jusqu’au début des années 90. Cry Macho jouera probablement sur ce tableau. Durant toute sa carrière, Clint Eastwood a tourné son lot de scènes d’action, de fusillades, de chevauchées, de courses-poursuites. Dans Cry Macho, il ira précisément à contre-courant de ces scènes d’action, quitte à s’aliéner une bonne partie de de son public et de la critique. De toute façon, Clint ne court plus après les Oscars et le box-office depuis longtemps. Il fait les films qu’il veut et comme il veut, au sein de la Warner: probablement le fameux «passe-droit» évoqué par Paul Schrader. Clint a largement gagné le droit de faire des films pour lui-même. Si avec Gran Torino, beaucoup pensent que Clint a convoqué Dirty Harry et les cow-boys solitaires qu’il a incarnés, avec Cry Macho, il semble convoquer Bronco Billy et Honkytonk Man, deux films oubliés, particulièrement chers à Clint.

Puisque l’occasion s’y prête: pour la petite histoire, le scénariste David Webb Peoples a affirmé avoir écrit le script d’Impitoyable, en s’inspirant de Taxi Driver, écrit par Paul Schrader.
Peoples s’est notamment inspiré de la folie du personnage de Travis Bickle, joué par Robert De Niro, pour écrire le personnage de William Munny, joué par Clint.

Stivostine
30/09/2021 à 20:32

Vu et c'est vrai que c'est vraiment très mauvais, faut que Clint termine sa fabuleuse carrière avec un bon film.

Matrix R
30/09/2021 à 19:53

Paul Schrafer critique quelqu'un dont la carrière est aussi longue que l'est son âge?
Il est fort le mec.
A 90 ans, il tient debout, il tourne encore, c'est tout simplement à féliciter

Cat24
30/09/2021 à 18:24

Go on make my day!!!!

Plus
votre commentaire