Cry Macho : les premières critiques sur le western de Clint Eastwood sont tombées

Mathieu Lapon | 16 septembre 2021 - MAJ : 16/09/2021 14:56
Mathieu Lapon | 16 septembre 2021 - MAJ : 16/09/2021 14:56

Clint Eastwood renfile sa tenue de cow-boy dans Cry Macho, son nouveau western qui peine à mettre la critique d'accord.

On n'arrête pas Clint Eastwood, qui a plus de quatre-vingts films (pas tous destinés au grand écran) à son compteur. Avec une filmographie aussi prolifique, le réalisateur n'a pas manqué de s'essayer un peu à tous les genres, au point où sa carrière ne peut plus qu'être une boucle. C'est sans doute la raison pour laquelle son dernier drame, dont la bande-annonce est imprégnée d'une aura de western, signe comme un retour à ses premières amours, tout en continuant à traiter des thèmes qui lui sont chers en tant que réalisateur (la politique américaine et la transmission).

Cry Macho raconte l'histoire de Mike (Clint Eastwood), un vieil éleveur de chevaux qui, sur la demande d'un ancien collègue et ami, doit évacuer le fils de ce dernier du Mexique. Un road-trip qui s'annonce crépusculaire, et peut-être même rétrospectif de la carrière du metteur en scène. Si la bande-annonce laissait penser que le film serait un savant mélange des genres de prédilection du réalisateur, la presse, elle, est nettement plus mitigée face au résultat final.

 

 

Pour ainsi dire, le film divise. Il est considéré comme simple, contemplatif et crépusculaire par certains. D'un autre côté, ces charmants traits sont considérés comme du simplisme, de la maladresse et les réminiscences d'un talent en déclin. En tout cas, le respect envers Clint Eastwood reste de mise. Même parmi les sceptiques, tous estiment que son savoir-faire authentique parvient à se glisser dans ce nouveau long-métrage. Revue de presse.

 "De petits évènements dans des scènes qui transpirent de beauté, sans précipitation. C'est la version pastorale d'Eastwood. Le personnage de Mike reconstitue sa vie ruinée, dans un sens. Il trouve du plaisir à être au service d'une communauté. L'agnostique déclaré prend la main d'une croyante qu'il aime lorsqu'elle prie pour commencer un repas. La sincérité de ce qui vaut la peine d'être vécu est la raison d'être du film. Ni plus ni moins." RogerErbert.com

 

photo, Clint Eastwood, Eduardo MinettEn selle pour la revue de presse

 

"Un des derniers chants du cygne d'Eastwood. Le film est suffisamment transparent pour vous laisser apprécier les quelques ombres subtiles qui s'y glissent ; et ce de la façon dont sont filmés les acteurs dans l'encadrement d'une porte à la manière dont Eastwood joue Mike comme ce vieil homme qui donnerait n'importe quoi pour pouvoir accrocher son chapeau quelque part. Si seulement il pouvait se résoudre à le retirer de sa tête. Mieux vaut tard que jamais." IndieWire

"Cry Macho est presque un western rythmé à mi-vitesse, avec l'exigence d'une star de cinéma de plus de 90 ans. Cela ne fait que souligner son récit élogieux, dans lequel Mike est déjà un homme hors du temps. Le gamin qui l'accompagne, l'énergique Rafael, essaye de l'encourager à profiter du dernier acte de sa vie plutôt que de le subir." The Atlantic

 

photo, Clint Eastwood, Eduardo MinettJusqu'ici, tout roule.

 

"Un road movie qui, compte tenu de qui l'a réalisé, commence assez bien. Mais Cry Macho est simple et confus, parfois houleux, parfois grimaçant, même si quelquefois authentique, d'une manière que plus personne ne saurait faire." TheWrap

"Dès les premiers instants du film, le public peut deviner avec exactitude le déroulement de l'histoire. Reste le plaisir de voir Eastwood négocier gracieusement chacun de ces rebondissements usés." ScreenDaily

"Un film amical, divertissant et stéréotypé. C'est inoffensif et bon enfant, sans plus. Un évènement mineur." Variety

"Le fait est que, en tant que film, Cry Macho est lent et parfois ennuyeux. Mais en tant que déclaration d'une des plus anciennes figures d'Hollywood, il offre sa part d'idées brillantes et discrètes." AvClub

 

photo, Clint EastwoodUsé mais encore respecté

 

"Une grande partie de la carrière d'Eastwood ces deux dernières décennies a prouvé que son âge et son expérience ont une valeur cinématographique incroyable, lorsqu'il s'en tient à ses fortes exigences. Quand il ne le fait pas, ce qui est malheureusement le cas avec Cry Macho, le résultat peu inspirant qui en ressort vous laisse des souvenirs mélancoliques de ce que le réalisateur était autrefois." Observer

"Le film est apparemment censé être une réflexion sur la masculinité du cavalier qu'incarne Clint Eastwood, qui doit dompter et remodeler son jeune protégé en une personne honorable. Au lieu de ça, c'est plutôt une réflexion sur la réalisation maladroite et prévisible d'un film." Associated Press

Une addition de critiques plutôt tranchées, mais dont le résultat final frôle le 50/50. De quoi laisser le bénéfice du doute aux aficionados d'Eastwood, et espérer passer un bon moment pour les plus profanes. Si cette nouvelle expérience au Mexique vous tente, sachez que le film trouvera son chemin dans les salles obscures françaises le 10 novembre 2021.

Tout savoir sur Cry Macho

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Sawyer
01/10/2021 à 02:50

Ford, Hawks, Peckinpah, walsh, Sturges, Mann, Boettiche : bof, bof, bof.

(Je n'aime pas le western en règle générale, un genre très codifié et plein de clichés. Mais Sergio Leone a révolutionné tout ça, et comme le disait Michel Tournier : "Il était une fois dans l'ouest" a tué le western parce que c'est le western ultime, définitif... On ne peut plus rien faire après un tel chef-d'oeuvre).

Le nouveau Eastwood, je l'ai vu (péniblement) : c'est mauvais.

Gelain
29/09/2021 à 20:00

Simplement deux petites remarques à Sawyer:
Premièrement, Les cahiers du cinéma n'ont pas toujours été complaisants avec Eastwood, Jusqu'au début des années 80 il se faisait cracher dessus.
Deuxièmement, si pour toi le top des réalisateurs de westerns est Leone (que j'aime bien), alors tu manques cruellement de culture cinématographique.
Ford, Hawks, Peckinpah, walsh, Sturges, Mann, Boetticher et tant d'autres......

Bonisseur de la bath
25/09/2021 à 19:16

@Sawyer Tu n'as jamais Million dollar baby alors, qui est assez facilement dans le top10 de ces 30 dernières années

Victor Tuga.
25/09/2021 à 04:56

C´est plat. Les acteurs jouent juste mais ça manque de relief. Plus qu´une intrigue une introspection interieure de chaque personnage. Ca se laisse voir mais le film ne estera pas dans les mémoires.

ThbltVlls
20/09/2021 à 11:45

Vous voulez vivre heureux? Ne lisez ni n'écoutez les critiques. Vivez d'expériences, goutez, aimez, détestez. Allez voir des films au hasard, lisez des livres sans savoir de quoi il retourne. Sinon vous passerez votre vie à bouffer la purée du dimanche de tata Jacqueline et à n'avoir aucune idée personnelle sur rien.

Togino
18/09/2021 à 12:28

Impossible de critiquer ce type, c'est juste un monument et tout ce qu'il fait est génial.
Certains le comprennent de suite, les autres plus tard, quand à ceux qui ne le comprendront jamais je les plaint.

Salut l'artiste
18/09/2021 à 07:27

Critiques de personnes ne se laisseront jamais un soupçon de traces dans le septième art... chapeau bas à Clint.

Sawyer
17/09/2021 à 19:13

Clint Eastwood n'a jamais été un grand réalisateur ; pour ma part, je pense même qu'il n'arrive pas à la cheville de Sergio Leone.
Dans les années 70, c'était même un cinéaste assez anecdotique... mais depuis lors, le niveau cinématographique s'est totalement effondré, alors même un cinéaste à peine bon peut aujourd'hui apparaître comme un géant au milieu des pygmées.
Quant à la critique (je pense surtout aux Cahiers du Cinéma, et à l'influence de Pierre Rissient), elle a toujours été incroyablement complaisante à l'égard de Clint Eastwood.
Disons que moi-même je ne le déteste pas en tant que réalisateur (et j'ai pu apprécier certains de ses films), mais il est quand même assez surestimé (je vois déjà le monde entier crier au génie à l'annonce de sa mort), et il n'a jamais réalisé un seul chef-d'oeuvre ("Impitoyable" ? Comparé aux westerns de Leone, c'est un film très moyen).

Ethan
17/09/2021 à 17:52

CLINT
Respect l'artiste
Hâte de voir son film

Avec un peu de chance il n'y aura plus le pass

Cloclobzh
17/09/2021 à 09:22

La musique ne serait elle pas celle du "Mission" de Roland Joffé par Morricone?

Plus
votre commentaire