Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 6 août 2021 - MAJ : 12/08/2021 17:03
La Rédaction | 6 août 2021 - MAJ : 12/08/2021 17:03

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Aftermath

Ça parle de quoi ? Un couple à bout de souffle accepte d'emménager dans une maison qui serait au-dessus de leurs moyens si les murs n'avaient pas un passé douteux. Dans une ultime tentative de repartir à zéro, ils acceptent l'offre. Peu de temps après, les amoureux sont victimes de faits étranges.

Pourquoi il faut le regarder ? Vivre en couple n'est pas toujours facile. Au sein d'un couple qui bat sévèrement de l'aile, encore moins. Et puis alors si vous commencez à vous demander si, par hasard, quelqu'un vit à votre insu sous votre toit, a priori, vous embarquez pour de redoutables moments de galère. C'est précisément ce qui arrive aux héros d'Aftermath, qui vont découvrir qu'il existe des tortures nettement plus éprouvantes que la thérapie de couple.

Si ce petit thriller des familles n'a rien de révolutionnaire, il a pour lui de rassembler quelques visages connus des cinéphages de tous poils, puisqu'on y trouve Shawn Ashmore, qui fut révélé par les premiers films X-Men de Bryan Singer, mais également Ashley Greene, un des visages connus de la saga Twilight. Bref, si ces deux zozos vous manquaient et que votre cerveau malade désire plus que tout les voir souffrir, vous aurez de quoi faire.

 

photoÀ deux, c'est merveilleux

 

Vivo 

Ça parle de quoi ? Un kinkajou mélomane se lance dans un incroyable périple afin de livrer une chanson d'amour au nom d'un vieil ami et ainsi accomplir sa destinée.

Pourquoi il faut le regarder ? Car quelque part entre Coco et Kuzco, l'empereur mégaloVivo est surtout porté par les chansons écrites par Lin-Manuel Mirandasuperstar de la comédie musicale outre-Atlantique et qui avait déjà œuvré pour Vaiana, la légende du bout du mondeDes couleurs vibrantes et une bande-son endiablée pour cette aventure musicale folle qui rend hommage à la culture sud-américaine. 

Sony continue sur sa lancée avec un film d’animation enjoué et au graphisme adorable après le superbe Spider-Man : New Generation et le loufoque Les Mitchell contre les machines. Vivo offre une belle histoire mêlant amour, amitié et joyeux dangers avec les voix de Lin-Manuel Miranda, Zoe SaldanaMichael Rooker (Yondu dans Les Gardiens de la Galaxie) ou encore Brian Tyree Henry (Atlanta). 

 

 

10 Cloverfield Lane

Ça parle de quoi ? Une jeune femme victime d'un accident se réveille dans un bunker aux côtés d'un homme lui assurant que la planète est en pleine apocalypse.

Pourquoi il faut le regarder ? En 2008, sortait Cloverfield, film de monstre-catastrophe qui compensait la sensation de déjà-vu par un dispositif de found footage un peu malhonnête, mais diablement efficace. Ouvrant de vastes horizons avec toutes ses questions sans réponses, le film donnera naissance à deux « suites » qui sont plutôt des wagons rattachés à la va- vite : 10 Cloverfield Lane et The Cloverfield Paradox qui porte très bien son nom vu son ratio moyen/résultat. 

Si 10 Cloverfield Lane se distingue du film d’origine, par son esthétique ou par son cadre, il mérite néanmoins qu’on y prenne son pied. L’ambiance huis clos se fait de plus en plus oppressante, grâce à la caméra de Dan Trachtenberg qui sait ménager son espace, mais surtout grâce à un John Goodman ogresque à la brutalité contenue. En face, John Gallagher Jr. se défend parfaitement bien, mais c’est définitivement une Mary Elizabeth Winstead au jeu aussi intense que son charisme qui porte le film. Sa présence empêche également le climax/twist final de sombrer dans l’invraisemblabilité la plus totale. Climax qui suscite quand même de l’espoir sur le futur Predator 5 de Trachtenberg. 

 

Photo Mary Elizabeth WinsteadQuand tu te fais recaler parce que t'as pas de pass sanitaire

 

Yves Saint Laurent 

Ça parle de quoi ? En 1957, à tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent prend la direction artistique de la prestigieuse maison Dior, tombe en dépression et rencontre l'amour de sa vie.

Pourquoi il faut le regarder ? L’année 2014 a connu un duel de haute couture avec Yves Saint Laurent de Jalil Lespert et Saint Laurent de Bertrand Bonello avec respectivement dans le rôle-titre Pierre Niney et Gaspard UllielEt la version Niney a très largement été plébiscitée par le public avec un box-office de près de 18 millions de dollars d’écart en recette mondiale. Avec un récit linéaire qui suit les grandes étapes de la vie de ce créateur de génie, Yves Saint Laurent nous plonge dans l’intimité d’un personnage complexe et cassé.

Mais c'est au final Guillaume Gallienne en Pierre Bergé qui brille le plus dans une mise en scène malheureusement pas à la hauteur de son sujet. Un récit riche qui manque de folie et de panache afin d’être à l’image des créations du designer. Il n’empêche que le film livre un beau portrait et s’inscrit dans la lignée de biopics romancés comme Coco avant Chanel.

 

photo, Pierre NineyComment être chic en allant faire de l'apiculture

 

World Trade Center

Ça parle de quoi ? Dans des conditions dantesques, une armée de secouristes acharnés lutte pour retrouver des survivants dans les décombres des tours jumelles après leur effondrement.

Pourquoi il faut le regarder ? Habituellement, quand Oliver Stone décide de mettre en scène les États-Unis, c’est rarement pour lui jeter des lauriers. Le réalisateur est devenu expert en artisanat de boulets rouges lorsqu’il s’agit de sonder les mensonges, les paradoxes, et autres dérives qui guettent sa patrie d’origine : la guerre du Vietnam et le traitement des vétérans (Né un 4 juillet), l’argent-roi et déshumanisante (Wall Street)le voyeurisme pervers des médias (Tueurs nés)...

Pourtant, si Stone décide de se saisir de l’attentat du 11 septembre 2001 à travers l’histoire de ces deux policiers bloqués sous les décombres, c’est avant tout pour l'aborder comme une tragédie nationale. Exit les saillies grinçantes ou la caméra accusatrice, Stone se met ici à hauteur d’homme pour mieux sonder l’impact de l’événement à échelle humaine sa caméra semble y perdre en énergie et le premier degré larmoyant de l’ensemble peut paraître rebutant. Mais Nicolas Cage et Michael Peña sont deux interprètes solides (plus que les tours en tout cas), et on passe presque un beau moment si l’on parvient à troquer son cynisme contre un sentimentalisme appuyé.

 

photoNicolas en chippendale moustachu

 

Rampage - Hors de contrôle 

Ça parle de quoi ? Primatologue de profession, David Okoye a plus de mal à nouer des liens avec ses semblables qu'avec les singes. Pas étonnant qu'il se soit pris d'affection pour George, adorable gorille d'une intelligence hors du commun, dont il s'occupe depuis sa naissance. Pourtant, suite à une expérience génétique catastrophique, George se métamorphose en monstre incontrôlable.

Pourquoi il faut le regarder ? Dwayne Johnson a beau ne pas être tout à fait crédible en primatologue appliqué, quand son protégé albinos devient une gigantesque saleté destructrice d'immeuble, il retombe avec élégance sur ses pieds et nous propose un festival de biscoteaux tel qu'il en a le secret. Comprenez qu'il ne faudra pas attendre trop de subtilité de ce spectacle bourrin en diable, et certainement pas une once de vraisemblance. Mais à condition d'accepter ce postulat fin comme du gros sel issu du jeu vidéo éponyme sorti en 1986, vous risquez fort de vous amuser.

Et pour cause, le blockbuster jouit d'effets spéciaux pour la plupart très soignés, ainsi que d'une tripotée de scènes régressives qui assurent bien plus que la moyenne des blockbusters contemporains. Le tout est mené à un tempo remarquable, avec une intensité réjouissante lors du climax. Et enfin, au-delà du rôle principal, la production a rassemblé Naomie HarrisJeffrey Dean Morgan et Malin Akerman, soit une collection de talents et de trognes particulièrement réjouissante.

 

Photo Dwayne JohnsonGeorge de la jungle de la mutation

 

Les deux amis

Ça parle de quoi ?  Un acteur épris d’une charmante jeune femme demande de l’aide à un ami écrivain pour conquérir la belle. Mais l’amour risque de leur mettre des bâtons dans les roues. 

Pourquoi il faut le regarder ? Un ménage à trois à Paris ? Voilà ce que pourrait être la promesse (et en même temps la limite) du long-métrage Les deux amis. Cependant, la réécriture de la pièce Les caprices de Marianne d’Alfred de Musset effectuée par Christophe Honoré (Les chansons d'amourChambre 212) et Louis Garrel (Les Filles du Docteur March, J’accuse), dont c’est la première réalisation, va s’avérer assez différente de ce que l’on attend d'un trio amoureux traditionnel.

Muni d’un trio d’acteur composé de son réalisateur, de l’actrice iranienne Golshifteh Farahani (Mensonges d'ÉtatPaterson) et de Vincent Macaigne (La Loi de la jungle, The French Dispatch), Les deux amis joue sur la tension entre une amitié qui se veut solide et les sentiments amoureux plus complexes et souvent incontrôlables. Pour un premier long-métrage, Louis Garrel se débrouille pour offrir un film cohérent que l’on regarde avec plaisir et le Paris qu’il filme reste magique sans ressembler à celui de la série NetflixEmily in Paris

 

photo, Golshifteh Farahani, Louis Garrel, Vincent MacaigneLa mélancolie du goudron

 

La Souris

Ça parle de quoi ? Deux frères veulent vendre la maison dont ils ont hérité. Mais il leur faut d’abord déloger un locataire miniature : une souris qui n’a nullement l’intention de partir. 

Pourquoi il faut le regarder ? Avant de s’être consacré à la saga Pirates des Caraïbes, le réalisateur Gore Verbinski s’était déjà essayé à la comédie en réalisant La Souris. Déjantée et avec l’humour gras qui va avec, la comédie familiale du cinéaste américain tient pourtant son rang de réussite du genre qui convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants. La principale réussite de ce Ratatouille avant l’heure est certainement le duo d’acteur à la Laurel et Hardy.

D’abord reconnu pour ses performances sur les planches dans ses différents stand-up, Lee Evans (Le Cinquième Elément) réussit à appliquer la même énergie ici sans trop en faire et sans mettre de côté son compagnon de route, Nathan Lane (Le Roi lion). Véritablement comparable à Oliver Hardy que ce soit pour son physique ou pour ses excès d’humeur, l’acteur américain est plus cynique quand il s’agit d’attaquer la pauvre petite souris attachante, mais malicieuse. Et enfin, n'oublions pas de signaler la présence au casting de Christopher Walken en exterminateur de souris dont la rencontre avec le rongeur ne va pas laisser insensible. 

 

photoLe burlesque à la Evans et Lane

 

Time and Tide

Ça parle de quoi ? Un jeune homme débrouillard sympathise avec un mercenaire, mais leur amitié est écourtée lorsqu'ils doivent s'affronter dans une guerre des gangs.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'histoire du cinéma d'action, tout simplement. De retour des États-Unis, où son style libre s'est heurté aux diktats hollywoodiens, Tsui Hark sème le chaos dans un Hong-kong absorbé dans la rétrocession. Il dilue complètement son intrigue dans sa folie visuelle jusqu'à un point de non-retour ahurissant. Le labyrinthe urbain devient un terrain de jeu vertigineux, où une bande d'électrons libres (dont un Nicholas Tse monstrueux) font sauter les lois de la gravité.

Véritable vision d'apocalypse, chant du cygne d'une industrie alors agonisante, Time and Tide fait de son cinéaste un dieu. La mise en scène, si omnisciente qu'elle dévoile des angles inédits au sein d'un découpage miraculeusement aussi frénétique que cohérent, finit par tout emporter. Une véritable tempête de cinéma brute. Après son passage, ne subsiste que l'impression d'avoir plongé dans la dimension la plus radicale de l'action stylisée et quelques plans inoubliables (la course sur les toits !). On supplie les programmateurs de Netflix de se pencher ensuite sur The Blade.

 

photoL'équipe d'Ecran Large vous demandant poliment de découvrir le film

 

ET AUSSI...  

HannaSherlock GnomesContrôle parentalL'Envolée sauvage...

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Bob
09/08/2021 à 12:38

Je ne cesse de le répéter, Tsui Hark est un génie totalement incontrôlable, boulimique, sans limites, prêt à tout expérimenter et à tourner dans n’importe quelles conditions. Quitte à se planter méchamment.

Mais quand ça fonctionne, ça donne Time and Tide. Ou the Blade.
Certains cinéphiles avertis, amateurs de films de genre, ont construit une petite chapelle autour de leur DVD usé, j’en suis sûr !

Bob
09/08/2021 à 12:11

@Morcar

https://www.ecranlarge.com/films/news/1385416-les-nouveautes-films-et-series-a-voir-sur-amazon-prime-en-juillet

C’était une bien belle indignation...

eric2
08/08/2021 à 18:34

Sur world trade center : Mais Nicolas Cage et Michael Peña sont deux interprètes solides (plus que les tours en tout cas)... La vanne est limite limite quand même...

Morcar
07/08/2021 à 20:47

J'aime beaucoup Ecran Large, mais honnètement, soit vous masquez le fait que ces articles sont sponsorisés, soit vous ne faites pas votre travail de manière équitable. Car il y a bien des nouveautés sur Prime Vidéo aussi, pour prendre l'exemple du concurrent principal de Netflix, et je n'ai pas souvenir d'avoir vu une seule fois un article de votre part à ce sujet. Vous pouvez en expliquer la raison ?

Commissr
07/08/2021 à 13:28

Time and tide yes! Et en effet the blade ferait trop plaisir !!(quid du catalogue hk de john woo?)

Ankytos
07/08/2021 à 08:53

Time and tide : chef d'œuvre !

Mokuren
06/08/2021 à 23:53

Time and tide !!!

Rico
06/08/2021 à 22:33

Je viens tout juste de voir La souris grâce à cet article, je recommande chaudement ce film, pur pépite cartoonesque a souhait, petit chef d’œuvre !

JayT
06/08/2021 à 22:28

Time and Tide sur Netflix ??? Énorme ! J'envie ceux qui ne l'ont pas encore vu ! Masterpiece

votre commentaire