Cannes 2021 : on a vu France, le gros nanar grotesque avec Léa Seydoux

Alexandre Janowiak | 16 juillet 2021 - MAJ : 16/07/2021 14:14
Alexandre Janowiak | 16 juillet 2021 - MAJ : 16/07/2021 14:14

Comme (presque) chaque année, Cannes bat son plein, et fait déferler sur la Croisette des centaines de films plus ou moins attendus. Après une ouverture sensationnelle avec Annette, le festival dévoile un peu plus ses films chaque jour. L'heure pour nous de vous livrer notre avis à chaud sur France, probablement la purge de cette édition 2021.

 

 

De quoi ça parle ? France est une présentatrice et journaliste vedette de la télé française, dont la célébrité va l'entraîner dans une spirale infernale.

C’était comment ? Gênant, très gênant. Et pourtant, il y a eu de l'espoir pendant 20 minutes, quand le long-métrage s'ouvre sur une conférence de presse avec Emmanuel Macron en personne (bon, avec une incrustation dégueulasse certes) et semble lancer une chronique infernale et cynique sur le monde des médias. Le premier reportage de France au Sahel accentue le message avec une certaine intelligence pour dénoncer, avec drôlerie et consternation, la mise en scène de l'information, pour mieux pointer du doigt les chaines d'infos en continu (et notamment feu I-Télé et désormais CNews).

Puis, tout s'écroule quand France commence à radoter sérieusement. Indiscutablement, le film veut dénoncer le système médiatique, mais le problème c'est qu'au bout de vingt minutes... le film semble déjà avoir fait le tour de son sujet. Tout du moins, il répète inlassablement les mêmes séquences de mise en scène, sans jamais leur donner une saveur plus outrancière, plus percutante.

 

photoLa dénonciation de la mise en scène de l'information était pourtant pas idiote

 

Dès lors, France s'enfonce dans une surenchère de médiocrité. C'est bien simple, le long-métrage de Bruno Dumont (Twentynine Palms, Ma Loute, Hors Satan) est la purge de la compétition de Cannes 2021. Au-delà de la satire du monde des médias, France parle évidemment de la France et veut s'en moquer, crier haut et fort ses discordances, à travers le personnage même de son héroïne au prénom tout trouvé. Sauf que de scène en scène, France touche un peu plus le fond de la dénonciation de bas étage, faussement dérangeante et définitivement pas intelligente.

La satire tend d'ailleurs plutôt vers le drame grotesque, complètement imbu de lui-même. En 2h14, France compte sûrement une bonne heure de trop, faisant du film une interminable farce grandiloquente, moche de surcroît (les plans en voitures), extrêmement répétitive et où tout sonne faux. C'est peut-être voulu (vu le sujet), mais ça ne fonctionne jamais à l'écran et on finit affligé par cette démarche dénuée de cinéma et dégoulinante de mauvais goût. C'est comme si, à l'instar de son héroïne en milieu de métrage, France nous assénait un immense crachat au visage, au milieu d'une blague démesurée (le film n'arrive pas à se terminer), méprisant à la fois à son spectateur et son médium.

 

Photo Léa SeydouxLéa Seydoux donne tout pour sauver ce calvaire

 

La mécanique persistante du récit (entre descente aux enfers et rédemptions régulières) lasse très vite et s'enfonce dans un ridicule obscène. Le coup de massue intervient dans une scène d'accident complètement inattendue, rappelant les grandes heures de Hot Shots! (comme l'ont souligné certains confrères), aussi idiote que malvenue, prouvant une fois de plus que Dumont surfe sur la vague du buzz débile autant que le système qu'il dénonce.

Et le plus triste, c'est que c'est voulu de la part de Dumont. Après tout, suite à une bourde monumentale, le personnage de Blanche Gardin (seule réussite du film peut-être, quand Léa Seydoux subit l'ensemble malgré son talent) rassure France en lui expliquant que "le pire c'est le mieux". En voyant France, on peut confirmer que ce n'est pas toujours le cas et sûrement pas ici, le pire menant ici au nanar ou au navet (ça dépendra de chacun).

Et ça sort quand ? Le film sortira le 23 août 2021 en France.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
fuck
17/07/2021 à 10:04

A un moment Thierry Frémeaux va devoir arrêter de sélectionner des films juste sur le nom du réalisateur, dans ce cas-ci Bruno Dumont. Apparemment il a vu le film. Soit il a des goûts de chiottes, soit il est de mauvaise foi.
Ah au fait j'ai vu Titane, et ben c'est vraiment pas terrible. Encore une fois les critiques sont malhonnêtes sauf celle de Télérama, Libé (pour une fois), Le Canard enchaîné et Filmdeculte. Les autres sont tous des vendus.

Renton
17/07/2021 à 03:09

La bande annonce me vend du rêve.
Vraiment, un pourquoi pas ?

Rayan
16/07/2021 à 23:52

Ils ont l air de bien s amuser à Cannes cette année... encore

Pike's
16/07/2021 à 21:09

Léa Seydoux au générique, une bonne raison de fuir très loin de cette mauvaise actrice imposée par sa famille.

Nanarland?
16/07/2021 à 17:48

ouai...mais est-ce que çà vient chatouiller le Nanard de Arielel Dombasle, la femme du philosophe, intitule" Alien crystal palace"
çà c'est du lourd, va falloir aller le chercher ce nanard de 2018, la Compet est aussi serrée chez le cinema bisseux que sur le cinoche de premiere division

Bubble Ghost
16/07/2021 à 17:26

Je n'ai pas encore lu l'article. Mais moi aussi, dès que j'ai vu le trailer de France, j'ai directement pensé au début du Tout Le Monde Il Est Beau, Tout Le Monde Il est Gentil de Jean Yanne. Totalement culte. Et c'est vrai qu'il manque terriblement au cinéma.

Lord Sinclair
16/07/2021 à 16:02

Pas vu.
Mais ça me fait penser que le Jean Yanne des 70's nous manque beaucoup quand même...
Il aurait pu en faire des films en ce moment.

JR
16/07/2021 à 15:36

Le commentaire était un peu dispendieux.

En revanche, ça me fait tiquer sur le mécanisme de sélection à la compétition. Chaque année réserve son lot de (mauvaise) surprise ou les noms figurants sur l'affiche prévalent sur le rendu de l'œuvre...
Les films sont visionnés, certes, mais avant où après selection?

JR
16/07/2021 à 15:23

Diantre... Ça me rappelle point par point D'après une histoire vraie, subit au palais lumière il y a quelques années... (j'aurais payé cher pour avoir un Taz à ce moment là...)

Conclusion, plutôt drogue ou alcool pour tenter le film en groupe ?

votre commentaire