Après Army of the Dead, Zack Snyder affirme qu'il n'est pas trop de droite

La Rédaction | 24 mai 2021
La Rédaction | 24 mai 2021

On peut aimer éclater du gros zombie comme dans Army of the Dead, et être un gentil humaniste. C’est le message de Zack Snyder

Chantre d’un cinéma ultra-spectaculaire et bourrin, volontiers porté sur l’iconographie religieuse et traversé de héros cosmiques, le style de Zack Snyder a été souvent taxé de viriliste, de droitier, voire de franchement crypto-fasciste. Autant d’affirmations discutables, parfois très inexactes, dont le cinéaste souhaite visiblement se distancer

L’artiste a ainsi accordé un entretien au Guardian, au cours duquel des spectateurs, mais aussi d’anciens collaborateurs, ont eu l’occasion de lui poser des questions. Au sein de ce panel on trouvait Sarah Polley, actrice principale de l’excellent L'Armée des morts, premier film de Snyder. Elle lui a demandé si l’extrême droite était toujours “sa toile de fond idéologique”. Le réalisateur ne s’est pas fait prier pour répondre :

 

 

“J’ai voté démocrate ! Je suis un authentique amoureux des libertés individuelles. J’ai toujours été un avocat en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps, et j’ai toujours été auprès de femmes puissantes. Et évidemment, je défends la liberté et le mode de vie de chacun de toutes les cultures. [...] Je me définirais comme un type plutôt libéral [le terme revêt une connotation proche du “progressisme” francophone, ndlr]. Je veux que la voix de chacun soit entendue et que chacun se sente pris en compte. Je ne suis pas un agenda d’extrême droite. Les gens voient bien ce qu’ils veulent. En ce qui me concerne, rien de tout cela n’est mon affaire.” 

On l’écrivait il y a quelques semaines, si la politique est très présente au sein de l’oeuvre de Zack Snyder, lui attribuer une étiquette politique est plus complexe qu’il n’y paraît. Le cinéaste s’est toujours penché sur des matériaux et des créations dont la pensée politique ne peut être ramenée à des slogans simplistes – comme c’est le cas de Watchmen, par exemple. 

 

photo, Zack SnyderZack Snyder contre les Internets

 

Fasciné par la force et l'héroïsme Snyder ? Amateur de gros bonshommes musculeux, triomphants de hordes d’adversaires médiocres tels de glorieux surhommes ? Sans doute. Mais le réalisateur est aussi, depuis ses débuts, un amateur de personnages féminins forts, voire extrêmement critiques. Ainsi, Sucker Punch constituait déjà une attaque en règle contre l’iconisation de la pop culture et la domination masculine, il y a un peu plus d’une décennie. Autant d’évolutions, de contradictions parfois, que nous évoquions dans ce dossier.

Le metteur en scène a toutefois bon dos de jouer les vierges effarouchées quand on l’interroge sur ses orientations politiques, tant il a régulièrement joué avec ses inclinations supposées. Quand il annonçait ces dernières semaines renoncer à adapter The Fountainehead de Ayn Rand (coqueluche de la droite libertarienne américaine et de tout ce qui ferait passer Clint Eastwood pour un dangereux gauchiste) en raison du climat politique américain, il jouait bien sûr de cette image éventuellement sulfureuse qui lui a été accolée ici et là.

Tout comme il la convoquait en adoubant les agissements parfois délétères d’une frange des supporters du Snyder Cut. Quelques semaines plus tard et à l’occasion de la sortie d’Army of the Dead, Zack semble bien décidé à modérer cette image. Nos critiques de Army of the Dead, sans spoilers, mais aussi avec spoilers ou en vidéo, sont évidemment disponibles.

Tout savoir sur Army of the Dead

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Geoffrey Crété - Rédaction
26/05/2021 à 10:01

@plop

Sur la partie actu, on parle d'actu. Donc entre les super-héros DC du Snyder Cut et les zombies d' Army of the Dead, un site de pop culture comme Ecran Large parle naturellement de Zack Snyder. Surtout que le sujet passionne notre lectorat, on peut vous l'assurer.

Néanmoins, à côté de ça, plein d'autres articles, dossiers, et critiques. Moins lus, mais ils sont là, et on a beaucoup bossé sur tout ça :)

plop
25/05/2021 à 19:50

Vous avez un quota d'articles sur Snyder quotidien chez EL ou quoi ?
Snyder-ci, Snyder-cela, gganagna.
C'est un bourrin de la série B et il n'a fait que des daubes. Pourquoi cet intérêt ?

alulu
24/05/2021 à 18:25

Perso, qu'il soit de droite ou non, je m'en contrefiche. La seule chose qui prime est la pellicule. Il peut même aller à l'inverse de mes valeurs tant que j'apprécie...ça me va.

Quand on regarde la Chine communiste qui pratique le capitalisme débridé. Macron le fleuriste ultra-libéral qui porte fleur de lys, rose et couronne mortuaire. Sarkozy qui a œcuméniqué tout le monde.....ce n'est pas lui qui me fera tiqué.

Yes
24/05/2021 à 16:39

Le mec est un Franc Maçon assumé donc logique qu'il soit progressiste et pour la défense des libertés individuelles

Ça ne change rien au fait qu'il est nul à chier en tant que scénariste et parfois lourdingue visuellement (même si c'est un génie de ce côté là mais Army of the dead est vraiment mais vraiment monstrueusement moche et semble annoncer sa d'échéance)

Galactus
24/05/2021 à 16:26

Nous voilà rassurés il est du côté du BIEN.

Tarkovski fuyant les bolchéviques
24/05/2021 à 16:04

Le gout de ces gens là ("extreme droite") est aussi toute celle de l'histoire de l'art pictural avant meme que le terme "extreme droite" ne soit formulé à l'encontre des traditionnalistes cultivant l'iconographie religieuse et guerrière que faisaient sans complexe nos ancetres (donc on peut qualifier le Louvres de cellule culturelle de néo fascisme dans ce cas là et on s'apercevrait alors que cette qualification est abusée, à coté de la plaque et reflète l'idiotie de notre époque). Maintenant imaginons la mort sociale de Snyder s'il avait dit honnetement : "oui j'ai un gout proche de ces gens": mort sociale directe pour lui et bannissement d'hollywood (alors que pour moi il reste juste un pubard de talent au style pompier - ce qui n'est pas péjoratif dans ma bouche, j'adore le peintre Gerome, le sculpteur Bartoldi et leur art est plutot de l'ordre du "massif" comme ce que propose Snyder -). Il ne faudrait pas froisser le "Parti" non plus s'il veut continuer à faire des films car le "Parti" a toujours raison, il représente le Bien et oui on est libre d'avoir les opinions qu'on veut mais vaut mieux etre du coté du "Parti".

KibuK
24/05/2021 à 15:07

@EcranLarge : "lui attribuer une étiquette politique est plus complexe qu’il n’y paraît." : il dit qu'il a voté démocrate. Rien de complexe là-dedans.

DirtyCop
24/05/2021 à 14:21

Ce qu'on peut pas lire comme foutaises dans les commentaires. Vous pouvez pas juste regarder un film sans chercher des significations politiques dans le moindre plan.

Hasgarn
24/05/2021 à 13:07

Il faut faire attention aux interprétations.

Chaplin était un comique mais il était dépressif.
Nolan fait des films plutôt serieux et pourtant, c’est un boutentrain.

En tant qu’artiste moi-même, je préfère peindre des gros barbares muscler que des jolies femmes.
On pourrait tout dire de ça, que je suis de droite, homo, que je n’aime pas les femmes etc. et se planter royalement. Parce que tout ça est faux.

Une œuvre demande à être interprétée mais il vaut mieux éviter d’en faire des vérités générales, les biais de chacun ayant aussi une grande influence sur ces interprétations ;)

Kyle Reese
24/05/2021 à 13:01

@ McCoy

Si on ne taxe d’être d’une mouvance dans laquelle tu ne te retrouve pas ... tu dis rien ?
Ok, toi tu dis rien, sinon ...Ouin ouin hein !

Plus
votre commentaire