Berserk restera inachevé : le génial mangaka Kentaro Miura est mort

Simon Riaux | 20 mai 2021 - MAJ : 20/05/2021 14:41
Simon Riaux | 20 mai 2021 - MAJ : 20/05/2021 14:41

Kentaro Miura, le génial mangaka auteur de Berserk, est mort. Il laisse derrière lui une œuvre foisonnante et inachevée. 

L’artiste a succombé des suites d’une dissection aortique aiguë le 6 mai dernier. Il était âgé de 54 ans. Depuis 1989, il était l’âme et le créateur de Berserk, manga aux dessins, aux ambitions plastiques, thématiques et symboliques sans limites, dont la violence et la noirceur ont influencé plusieurs générations de lecteurs, de dessinateurs et de cinéaste.

 

 

Il est ardu de résumer succinctement ce geste baroque, où l’on suit l’épopée torturée de Guts, guerrier en quête de vengeance. On y traversera des abymes infernaux, rencontrera des combattants enragés, des démons affamés et autres visions cauchemardesques. Véritable chef-d’oeuvre de la dark fantasy, le récit n’aura pas connu de fin de la main de son auteur.

 

Photo BerserkUn petit côté Phantom of the Paradise ?

 

“Je prie pour réussir à finir de mon vivant”, expliquait-il en 2019 dans une interview publiée par Glénat, son éditeur hexagonal, lors de la publication du 363e chapitre, intitulé Chôen. L’artiste n’y sera pas parvenu, et ses lecteurs ne pourront désormais plus que se repaître de ses planches ahurissantes, où l’art de la composition le dispute à une profusion de détails presque inédite dans le 9e art contemporain.

Les travaux de Miura brillaient également par leur capacité à mixer des références variées, a priori antinomiques. Des vertiges échappés des toiles de Jérôme Bosch, en passant par les échos d’un Clive Barker, jusqu’aux monstruosités biomécaniques d’un H.R. Giger, le mangaka fut un véritable exhausteur pour l’imagination de ses lecteurs. Génie du dessin, il composa également avec Berserk une mythologie mutante, à la passionnante complexité, aux racines perturbantes, qui valait à elle seule la lecture des quarante tomes.

 

Photo BerserkUn trait reconnaissable entre mille

 

Il n'est pas interdit de penser que les choix scénaristiques radicaux de Miura ont redéfini tout un pan de la pop culture. En effet, les évènements de l'arc Sabbat ont probablement influencé lourdement George R.R. Martin lors de l'écriture d'un certain Red Wedding de Game of Thrones. Cette liberté de ton, cette cruauté vertigineuse en matière d'équarrissage de personnages, ont fait date, et constituent toujours un horizon pour nombre de créateurs. Il reste désormais à plusieurs générations de lecteurs à partager et transmettre cet héritage.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
mouts
15/06/2021 à 11:58

Il n'y a pas de mots pour décrire mon ressenti, qu'il repose en paix, il a fait rêver plusieurs générations. Sa famille peut être fière de lui. On oublie "rapidement" ceux qui nous quitte, c'est la vie. Mais pour M. Miura je pense que son oeuvre traversera le temps et qu'il restera gravé tel la marque du sacrifice sur nos coeur.
Merci pour tous Kentaro Miura

Pistolero
21/05/2021 à 22:11

Je rejoins tous les commentaires : triste nouvelle pour l’œuvre, tragédie pour les proches, un « départ » bien trop tôt :(

Vu le rythme de parution et la vitesse d’avancement de l’histoire, c’est ce que je redoutais sans vouloir y croire.

On parle de Martin dans l’article, j’espère qu’on aura la fin de son histoire (même si je crois qu’il a laissé des infos pour que son œuvre soit terminée même après sa mort)

Cuttyflam
21/05/2021 à 15:18

Dégouté, une légende nous quitte. REP

Rk
21/05/2021 à 07:02

Super triste pour le monsieur, peut-être que c'est mieux que se soit une histoire sans fin. Les fans ecriront peut être des hypothèses de fin :/ et l'histoire de Berserk deviendra mythologique.

PatrickJammet
20/05/2021 à 22:41

... Aussi étrange que cela puisse paraître, quand Notre-Dame a brûlé; Berserk, j'y ai fait de suite allusion métaphysique et physionomiste... James. "900 ans". https://youtu.be/_M1suLCbz-w

Arnaud (le vrai)
20/05/2021 à 16:34

J’ai lu énormément de manga et je continu d’en lire, mais aucun ne m’aura laisser un tel sentiment que Berserk.
Un mélange d’excitation, de découverte, mais aussi et surtout beaucoup de malaisance en le lisant, trop de noirceur dans le Shabat et d’horreur dans ce manga. C’est clairement pas une œuvre à mettre entre toutes les mains

Mais quelle œuvre majeure au final ...
La seule bonne nouvelle c’est qu’elle ne rejoindra pas l’étagère des œuvres magistrales ternie par leur fin pas au niveau (Monster par exemple) ou bâclée (Gantz) ou trop étirée (Dragon Ball (l’arc de Boo était au mieux ... dispensable))

Je dis ça mais au fond je suis persuadé que la fin aurait été à l’image du reste de l’œuvre ... magistrale

Restera donc une œuvre inachevée pour toujours. Je ne crois pas au fait que qqun reprendra le truc. Au mieux il a donné la fin qu’il envisageait à des gens de confiance qui nous la livreront, nous la décriront. Mais ça n’ira pas plus loin

Hasgarn parle du respect au Japon à ce niveau et il est bien réel. Ajoutons aussi que l’aura et l’importance du manga fait qu’aucun jeune mangaka ne se risquerait à le tenter. Et le soin des dessins fait qu’aucun mangaka confirmé n’aurait le temps pour cela

La poursuite de son œuvre ne se fera dans doute pas. Dommage ou pas je ne sais pas.

Ce que je sais c’est que 54ans ... merde c’est trop jeune :(

Darkuriel59
20/05/2021 à 16:25

C'était mon manga préféré! Vingt ans que je suivais les aventures de guts et sa bande et on ne saura jamais la fin...
Décidément ses deux dernières années sont vraiment difficiles....
RIP Monsieur Miura.
Souvent imité mais jamais egalé!

Hasgarn
20/05/2021 à 15:33

@ Atma :

Il y a plein de précédent dont Astérix, aussi bizarre que soit cette comparaison. Les créateurs sont morts mais l'œuvre persiste grâce à la bénédiction de Uderzo et Goscinny par extension.
Il y a "La roue du temps" de Jordan qui a eu droit à sa conclusion par Brandon Sanderson, avec la bénédiction de la femme du défunt auteur qui était aussi son éditrice.

Reste qu'au Japon, c'est BEAUCOUP plus difficile de faire un telle passage de flambeau. Les Japonais ont une notion du respect du travail et de l'honneur qui va bien au delà de l'argent (la dernière œuvre sur laquelle travaillait Mitsuru Kaneko avant son décès n'a pas trouvé repreneur au Japon pour des raisons de respect).

JohnBarry
20/05/2021 à 15:13

Evidemment choqué par la nouvelle, comme beaucoup de monde.
Une pensée pour ses proches...

Comme indiqué dans l'article, sa petite phrase "Je prie pour réussir à finir de mon vivant" laisse aujourd'hui un goût amer.

Moi qui attendait patiemment la sortie de plusieurs chapitres pour en profiter pleinement. Je n'ai presque plus envie de lire les 5 derniers qui m'attendent, sachant qu'il n'y aura pas de suite.

Bref merci pour tout M. MIURA.

Eiichirō ODA, ne nous fait pas ce coup là s'il te plait.

Atma
20/05/2021 à 14:32

NOOOOONNNNNN!!!!!!!!!!!!!

54 balais....RIP

ça s'est dejà vu, quelqu'un qui reprends l'oeuvre d'un autre, non?

Plus
votre commentaire