Cinéma vs coronavirus : les professionnels interpellent Macron pour rouvrir les salles en France

La Rédaction | 3 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:23
La Rédaction | 3 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:23

Suite à la décision du gouvernement de maintenir les salles de cinéma fermées, 800 professionnels ont interpellé le président Macron pour la réouverture.

Cela fait maintenant depuis l’automne 2021 que les salles de cinéma sont fermées en France, moment où des films comme Adieu les cons d’Albert Dupontel ou encore ADN de Maïwenn ont vu leur exploitation être fauchée par le second confinement. Après avoir espéré une réouverture des salles en décembre 2020, les exploitants de salles sont tombés des nues en apprenant la décision du gouvernement de maintenir les cinémas fermés pendant la période des fêtes de Noël.

Une décision qui a privé les salles françaises de blockbusters lucratifs tels que Wonder Woman 1984, mais également de nombreux films indépendants de plus petits distributeurs. De fait, beaucoup de distributeurs ont changé leur plan et ainsi, le plaisir coupable Monster Hunter de Paul W.S. Anderson a annulé sa sortie cinéma pour sortir directement en VOD, DVD et Blu-ray, tout comme plusieurs oeuvres Warner.

 

photo, Gal Gadot, Kristen WiigCinéma vs gouvernement... 

 

Depuis, les appels de détresse de la part des professionnels de la culture au gouvernement se multiplient, notamment récemment avec une pétition du Syndeac (Syndicat des Entreprises Artistiques et Culturelles), signés par plusieurs présidents de région, maires de grandes villes, mais aussi des responsables de syndicats culturels qui appelaient unanimement à « rouvrir tous les établissements culturels ». Un appel qui faisait directement suite à l’annonce de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot que les musées seraient prioritaires devant les salles de cinémas et de spectacles pour la réouverture.

Malheureusement, l’annonce du 1er mars 2021, où le Conseil d’État a confirmé la décision gouvernementale de maintenir les salles fermées à cause de la dégradation de la situation sanitaire, une nouvelle tribune intitulée « Un Jour sans Fin, qu’est-ce qu’on attend exactement » a été publiée par la Société des réalisateurs de film (SRF), avec la signature de plus de 800 professionnels du cinéma (comédiens, réalisateurs, producteurs, exploitants, accessoiristes, attachés de presse, journalistes, distributeurs, etc.). Une lettre ouverte que vous pouvez lire ci-dessous :

 

photo, Albert DupontelAdieu les cons 

 

"Aujourd'hui, et depuis de très longs mois, les 5 913 écrans des 2 046 cinémas de France sont maintenus fermés au nom d'un principe de précaution sanitaire pourtant contredit par un avis du Conseil scientifique du 26 octobre et par l'étude ComCor de l'Institut Pasteur du 10 décembre 2020.

Aujourd'hui nous pourrons donc, encore et toujours, faire la queue pour aller acheter des baskets ou une glace, nous entasser dans les supermarchés ou prendre le train, même bondé, mais nous ne pourrons pas aller au cinéma. Ni au théâtre. Et cela malgré la mise en place d'un protocole sanitaire des plus stricts et des plus fiables dès le premier jour du déconfinement. Au gré des chiffres, des variants, des politiques d'image, d'annonce, de culpabilisation ou d'intimidation, nous avons le sentiment d'être éradiqués. Et alors quoi ? On reste fermé un an, deux ans ? Pour toujours ?

 

Margot RobbieUne expérience qui semble si lointaine

 

Monsieur le Président, nous voudrions préciser une chose que l'opinion publique ne sait pas, mais que, bien plus grave, vous ne semblez pas savoir non plus : le cauchemar que vit l'industrie du cinéma, ses travailleurs et travailleuses, n'est pas tant celui de l'année passée, certes extrêmement difficile, mais bel et bien celui des deux voire trois années à venir. Chaque semaine de fermeture ajoute à la catastrophe en marche.

C'est l'avenir d'une profession qui est hypothéqué, à mesure que les films terminés s'empilent chaque semaine sur les étagères des distributeurs. C'est le « tout plateforme » qui s'installe dans les habitudes et dévalorise nos ambitions et nos droits. C'est une filière industrielle économique forte de 340 000 emplois qui coule. C'est un monde de débats et d'idées qui s'appauvrit considérablement. Car le cinéma ne se préoccupe pas que du cinéma. Il se préoccupe de tout ce qui fait la société, ouvre à la réflexion, à la discussion, amène la rencontre avec ce public qui nous manque à hurler. Et à qui l'on manque. Quel gâchis. Quelle violence. Quelle injustice.

 

photo, MaïwennConfiné pour toujours ?

 

Combien de fois faudra-t-il répéter qu'aucun théâtre, lieu de culture ou salle de cinéma n'a été un cluster ? Combien de fois faudra-t-il répéter que nous ne sommes ni des troubadours égoïstes et déconnectés, ni des divas dans des tours d'ivoire mais bel et bien des femmes et des hommes responsables, conscients de la gravité de la situation ? Que le cinéma français est la troisième cinématographie la plus importante du monde, et que vous risquez de la faire s'effondrer en à peine un an. 

Monsieur le Président, une étude allemande menée par l'Institut Hermann Rietschel (Université de Berlin) vient de conclure que les salles de cinéma sont deux fois plus sûres que les supermarchés et trois fois plus sûres que les voyages en train. Lisez-la ! Votre silence et celui de votre gouvernement sont en train de tuer le cinéma français, et plus généralement une grande partie de notre culture. Dans le respect des gestes barrières, de la distanciation physique et d'une jauge qui permette à chacun d'être en sécurité : ré-ouvrez les salles ! Maintenant !"

La réouverture des salles est donc le voeu pieux de l'industrie du cinéma français à l'image de ces dernières très longues semaines. Et il faut espérer que Macron l'entende enfin, même si les conditions ne semblent pas encore réunies. D'après la dernière prise de parole du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, il semblerait que le gouvernement mise sur un retour à la normale "d'ici mi-avril". Reste à savoir si cette annonce est sincère ou une simple échéance amenée à être de nouveau repoussée, comme toutes les précédentes. On craint que ce soit la deuxième option...

Tout savoir sur Adieu les cons

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Rorov94M
06/03/2021 à 08:55

@peuimporte
Malik,resnais,kubrick...
De la br.... intello qui justement participe depuis des années à la mise à mort du ciné:
Tous ces soit disants «maitres»du 7ème art n'ont aucuns succès au b-o à leur actif.
Je préfère mille fois THE MEG à la moquette bariolé du couloir de SHINING
THE PREDATOR induit entre ses lignes de récit de manière subtile des messages et des réflexions bien plus profondes et pertinentes qu'une m.... comme LA LIGNE ROUGE.
«certains lisent GUERRE ET PAIX et y voit un simple roman d'aventure quand d'autres lisent un emballage de chewing-gum et y découvrent les secrets de l'univers!»
Lex Luthor (Gene Hackman)
SUPERMAN 1977.
2 médailles pour les 2 zouaves!

Ethan
05/03/2021 à 22:35

@Shag on!
Le problème est qu'on accorde trop d'exposition au cinéma américain. Pourquoi la France ne pratique pas elle aussi des barrières comme le font les américains vis-à-vis de tous les pays. Tout est question de choix politique. Ce n'est pas normal l'american way.
Sur la nouvelle vague c'est vrai que la manière de faire des films de nos jours s'inspire de cette période mais c'est pareil pour les américains. Le cinéma français a également évolué depuis les années 60. T'as vraiment l'impression de voir les mêmes films ?

Tu as l'air d'être content d'Omar Sy. Mais au fond c'est un pion des américains : netflix c'est quoi d'après toi?

Tu as l'air de rigoler des fictions françaises mais encore une fois il y a en prendre et en laisser. As-tu vu sur tf1 la promesse ?

Le vrai problème du cinéma français en terme de qualité c'est ne pas laisser davantage la chance à des vrai cinéastes débutants qui attendent de faire leur premier film. Après tout c'est de l'argent public qui sert le plus souvent de financement. Franchement beaucoup de films sortent chaque année et ne sont pas rentables dont les causes sont le plus souvent : scénario pas très séduisant, films d'élites minoritaires à des fins politiques.

Ethan
05/03/2021 à 22:06

@Simon
Autant pour moi, je me demandais quels films français vraiment s'exportent. D'après Shag on ce serait des comédies populaires. Franchement ça m'étonne un peu pour moi c'est pas super. Sur mon inconnue, c'est vrai que le film a bénéficié d'une exposition mais pas autant que les films de Dany Boon. Ce que je veux dire c'est que les tempêtes médiatiques autour de films comme "Qu'est-ce qu'on ... bon Dieu" c'est dommage quand on sait des films comme mon inconnue qui sont des pépites n'en ont pas. Tout simplement.
Dans mon précédent message, je disais également de ne pas voir des films de nos voisins italiens ou allemands au cinéma. Y-a t-il des barrières comme les américains en pratique ?

Shag on !
05/03/2021 à 19:21

Qd je parle «  nouvelle vague », c’est le style qu’on se traine, la façon de faire des films mode auteur-réalisateur-chef d’orchestre du début à la fin depuis 60 ans et non constituer des équipes où chaque poste pulse le film vers le haut. C’est une étiquette qui colle au ciné français, là « nouvelle vague »

Et Écran Large parle de beaucoup de films français oui, notamment avec les festivals de St Jean de Luz où le site met en avant des films français avant même leur promo. ( et rater « mon inconnue »...partout en son temps, là je ne comprends pas effectivement )

Le cinéma espagnol, comme l’allemand, se porte très bien dans leurs pays respectifs (pas comme l’italie )
Oui le cinéma de s’exporte mais... c’est « ... Qu’est-ce ....bon dieu » qui cartonne en Allemagne ou Nicky Larson qui fait 70 000 en Chine.
Faut relativiser, pas de gros marchés, pas de nominations aux prix étrangers, sur 350 films annuels, marde, Fallait stopper les téléfilms de luxe, les photocopies de policiers TF1 et les comédies gros rouge !

Là, on parle de re-ouverture de salles. Va y avoir bouchon mais surtout les comportements vis-à-vis des films, séries et fictions, leur accessibilité, leur variété et leur qualité à changé ( Mamie a pris zoom et Netflix,et en p’us elle veut être dehors jusqu’à l’hiver prochain, comme les gosses )

On dira «  c’est la faute de Roselyne si c’est plus comme avant » et on aura tort : y’avait d’enormes signaux d’alerte.

Et c’est la vie : tout change tout le temps, il faut se réinventer ( mais on n’est pas fortiche en série à vocation internationale sans Omar SY, un classique et / ou l’histoire de France non plus.... !)

Ca va challenger ! Moi je pense que ce sont les films à grand spectacle et films jeunesse qui vont faire le beurre des salles + les auteurs là depuis qq décennies ( Scorsese, Tarantino, Almodovar, Fincher, Spielberg...etc... dont chaque film est un événement)

Va déjà y avoir plus d’un an de films sur les étagères à sortir, y’aura des cadavres... surtout l’ete.

Simon Riaux - Rédaction
05/03/2021 à 15:50

@Ethan

"Selon Simon" ?

Je veux bien savoir où j'ai écrit ça. Ce sont les propos de la lettre ouverte, qu'on cite dans l'article ci-dessus.

Concernant Mon Inconnue, le film a été abondamment traité dans la presse, de manière le plus souvent élogieuse, et a réuni plus de 500 000 spectateurs. La semaine de sa sortie, il était présent sur 350 écrans. Il s'agit donc d'un film qui est passé tout, sauf inaperçu.

On peut en effet discuter longtemps de quels films la presse met en avant. Ce que je peux vous dire, d'expérience, c'est que causer de "bons" films, ou tout simplement d'un cinéma sortant du tout venant, sur un site comme Ecran large par exemple, c'est faire de toutes toutes petites audiences. S'il ne faut évidemment pas déresponsabiliser les médias - ce serait absurde - la curiosité des lecteurs/spectateurs est aussi en jeu.

Pour revenir au cinéma française, je suis bien infoutu de dire si c'est "le 3e du monde", tout simplement parce que j'ignore selon quels critères. Ce qui est certain, c'est qu'il n'a pratiquement aucun équivalent dans le monde, et aucun en Europe. Qu'il produit chaque année plusieurs centaines de films, s'exporte remarquablement bien, vend des centaines de millions de tickets sur son propre territoire.
Est-ce qu'il peut (doit ?) faire mieux, est-ce qu'il a connu des jours meilleurs et faut-il se mettre en ordre de bataille pour y parvenir ?

Oui, assurément.

Ethan
05/03/2021 à 15:47

Shag on!
Tu tiens pas compte des quotas face à l'American way
Le cinéma espagnol à part la belle Pénélope carrément absent. Je vois pas les films que tu parles. Tu veux dire des bons films qui sort pas en France?

Ethan
05/03/2021 à 15:40

@Shag on!
Encore une fois de quels films parle t-on car selon Simon le cinéma français est à la 3e place. Moi aussi je pense que le cinéma français a baissé.
Tu cites la nouvelle vague mais on en est plus là.
Je pense que la critique ne met pas assez en avant les bons films.
J'ai vu mon inconnue il y a 2 ans qui pourtant est passé inaperçu

GTB
05/03/2021 à 13:37

@ Eddie Felson> Ils en produisent déjà, comme je l'ai montré. Est-ce qu'ils continueront? On ne sait pas effectivement. Peut-être que oui, peut-être que non. Cela dépend du public j'imagine. Comme pour les salles. Parce qu'il faut bien être conscient que le constat est le même pour la salle. Tous ces films là y meurent à petit feu, écrasé par les blockbusters. Ça fait bien des années et avant l'explosion de la Svod que la sonnette d'alarme a été tirée.
Et justement la svod pour ces films est aussi une chance. Par exemple, Balle Perdue (la qualité n'est pas le sujet) est typiquement le genre de film qui aurait eut une vie difficile en salle, du 500.000 entrées en rêvant un peu. Sur Netflix le film a tapé les 38 millions de vues. Non seulement il a pu touché plus facilement et avec plus d'ampleur son public, mais cela offre un certain poids aux auteurs auprès de ces plateformes. Les choses sont donc plus nuancées qu'elles n'y paraissent.

Après un des rares points positifs de 2020, c'est qu'en France juste avant le 2ème confinement l'activité des salles était plutôt bonne...et ce, sans les blockbusters US (et non écrasé par eux). Donc c'est bien un cinéma qui peut exister, d'une manière ou d'une autre, quand les conditions le permettent.

Shag on !
05/03/2021 à 13:25

@ Ethan

Oui, oui, ça va parasiter le cinéma français. Va y avoir écremage sévère !

Non c'est pas une question de " rentable ", on commence à tourner un film avec quasiment son budget bouclé en France, rien à battre des entrées en salles, ce sont des montages financiers ( aides automatiques, subventions régionales, tax shelter, pré-ventes chaînes, placements de produits...) où chacun se gave de thune.
Ce n'est pas du cinéma c'est " déguisé" en du cinéma ( subsiste des perles auteur pas ou peu diffusées sur les 5000 écrans)

Il sera impossible de continuer à produire + de 300 films français par an comme avant sans tous les Disney, les Warner (Matrix, etc...), les Tom Cruise... en salles plusieurs semaines.

Et l'exploitant ne va pas programmer des films d'auteurs dans toutes ses salles pour faire plaisir au cinéma français : il lui faut des entrées.

Donc on va vers :
- Blockbusters aux fenêtres très courtes ( 1 à 2 semaines dans la plus grande salle, pour le spectacle, et next la semaine suivante... et au suivant, et au suivant...)
- Films jeune public ( parce-que c'est de suite minimum 2 entrées achetées : parent/enfant)

Mais Wake up, ce n'est pas un problème temporaire, les entrées des films français se sont effondrées ces dernières années et on n'y a pas réfléchi, on n'a pas moins produit de films et toujours moins d'entrées / film malgré une part de marché qui s'est maintenue grâce à davantage de films)

Mais la donne va changer inévitablement à l'avenir. Le français s'est trop reposé sur les aides automatiques et l'esprit " nouvelle vague" pour ce qui est de la forme artistique au détriment de l'efficacité, du spectacle, du potentiel à l'étranger quasi-inexistant.

Les espagnols sont largement devant nous en matière de qualité films & séries à vocation internationale depuis quelques années !
Les studios Netflix Europe s'y sont installés, la preuve !
Si la France avait cette modernité, il se seraient installé à la Cité du cinéma de Besson.
On a un cinéma de beauf blanc rance avec des pépites dedans, parfois.

Open your eyes, c'est la fin d'un système où les prods se sont gavées sur les scénaristes pour décrocher des budgets de développement sans même faire des films, ça a tué énormément l'artistique.
Les scénaristes dénoncent enfin ( #paroles de scénaristes ).

(Rien ne dit que les salles ne s'adapteront pas à faire, par exemple, des journées "Binge-watchnig" de séries pour trouver un nouveau flux de spectateurs à séduire, vu la qualité grandissante des séries des majors qui produisent les films. Why not...)

Ethan
05/03/2021 à 11:47

@Shag on!
Après il y a un problème du cinéma français. Il y a beaucoup de films financés par des fonds publics et qui ne sont pas rentables.
De là à disparaître, tu vas loin. Il y a des quotas.
Comme je l'ai dit ci-dessous les cinés restent le canal de diffusion le plus apprécié et le plus rentable

Plus
votre commentaire