Cinéma vs streaming : le boss de Disney affirme qu’un "retour en arrière" vers la salle est impossible

Antoine Desrues | 2 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Antoine Desrues | 2 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Alors que Disney+ est lancé dans une ascension flamboyante, Bob Chapek est prêt à mettre en avant des sorties hybrides de films, même après la Covid.

Lancé en novembre 2019, Disney+ a sidéré par son entrée en force dans la guerre du streaming. Même les décisionnaires du studio n’avaient pas estimé que la plateforme atteindrait les 95 millions d’abonnés en un peu plus d’un an, rattrapant l’air de rien son principal concurrent : Netflix.

Il faut dire que derrière ce succès indéniable, Disney a déclenché une forte polémique durant l’été 2020 en choisissant de sortir son film live-action Mulan directement sur son service de SVoD. Non seulement cette démarche a entrouvert la boîte de Pandore pour les autres majors hollywoodiennes (Warner avec HBO Max, Paramount+…), mais la firme aux grandes oreilles a rapidement laissé sous-entendre que ce prétendu one-shot dû à la pandémie mondiale n’en serait pas un.

 

Et pour le coup, on l'avait vu venir dès le mois d'octobre dernier...

 

En effet, l'actuel PDG de Disney, Bob Chapek, a remplacé Bob Iger en février 2020, récupérant au passage le bébé Disney+, mais aussi les débuts d’une situation de crise due au coronavirus. En octobre 2020, alors que le studio a annoncé la sortie sacrifiée de Soul sur la plateforme de streaming, le nouveau patron de Mickey a confirmé que le streaming était devenu la priorité de la multinationale, et qu’il l’aurait été de toute façon, même sans la pandémie mondiale.

 

photoVendre son âme au grand capital ?

 

Si ces propos ont pu se révéler peu rassurants, Bob Chapek les a entérinés lors d’une intervention à la conférence Morgan Stanley Technology, Media and Telecommunications, où il a déclaré qu’un retour à la normale sur le plan de la distribution lui semblait impossible :

“Je pense que le consommateur est plus impatient que jamais auparavant. Particulièrement depuis qu’il a eu le luxe pendant un an d’avoir des titres disponibles à la maison pratiquement quand il le souhaite. Donc je ne suis pas sûr qu’il y aura un retour en arrière, mais nous ne voulons pas couper l’herbe sous le pied d’une exploitation en salles.”

Au-delà du fait que le vocabulaire du patron de Disney a une nouvelle fois réduit la démarche artistique du studio à du pur business, Chapek n'a cessé de mettre en avant la liberté supposée de son public. Un argument assez fallacieux étant donné que la firme a imposé de nouvelles fenêtres de sorties auxquelles les spectateurs, au même titre que les exploitants de salles, ont dû s’adapter. À vrai dire, il semble que la Covid soit devenue une bonne excuse pour expérimenter des exploitations hybrides, qui pourraient devenir monnaie courante même après la crise sanitaire :

 

photo, Scarlett JohanssonBlack Widow, toujours en pleine course de fond

 

“Je ne pense pas qu’il y ait de la tolérance pour un titre, disons, sorti pendant plusieurs mois au cinéma, mais qui n’a pas eu la chance d’avoir un autre canal de distribution, attendant juste là à prendre la poussière. [...]

C’est sûr qu’il est logique d'avoir une telle option dans ce monde en pleine pandémie. Bien évidemment, les cinémas ne vont pas être de retour à 100%. C’est bon de savoir que nous avons la possibilité pour les gens qui veulent profiter d’un film à la maison — parce qu’ils ne se sentent pas très confiants à l’idée d’aller au cinéma — qu’ils ont ce choix. À quoi cela va ressembler dans le futur ? Eh bien, nous allons gagner beaucoup d’expérience et de statistiques [sur les habitudes des consommateurs].”

Disney ne s’est certes jamais senti concerné par une quelconque chronologie des médias, mais le studio semble bien prêt à bouleverser cet équilibre pour assurer une omniprésence de ses productions sur tous types d’écrans. Le paradoxe est d’autant plus fort pour une marque qui a construit son prestige en créant de véritables événements et phénomènes sur grand écran.

 

photo"Aie confiaaaaaance..."

 

D’ailleurs, Disney en a tout de même conscience, surtout en ce qui concerne le Marvel Cinematic Universe. Après le succès gargantuesque d’Avengers : Endgame, la branche de Kevin Feige a bien l’intention de jouer sur l’attrait de la salle, et marquer une réelle distinction entre ses productions cinématographiques et télévisuelles. Si le lancement de la Phase 4 aurait dû se faire avec Black Widow, Marvel a préféré retarder la sortie de son blockbuster, quitte à décaler l’entièreté de son planning.

Néanmoins, la nouvelle stratégie du studio devrait s’affirmer avec la sortie de Raya et le Dernier Dragon, dernier-né du studio d’animation qui sera disponible aux États-Unis le 5 mars, en salles et sur Disney+ au prix d’un accès premium. La sortie française est quant à elle toujours planifiée au 16 avril en salles. Vous pouvez même retrouver notre article dédié aux premiers retours américains.

Tout savoir sur Disney+

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
passager
04/03/2021 à 20:57

Dans 2 ans TT le monde aura oublié le covid et les habitudes de sortie reviendront.

Morcar
03/03/2021 à 15:46

A 6 € l'abonnement mensuel (je crois), multiplié par les 100 millions d'abonnés dans le monde, c'est vrai que ça leur fait un revenu régulier intéressant. Mais cela leur apporter-il assez de moyens pour financer des projets à 250 millions de dollars assez régulièrement pour garder leurs abonnés ?
Par ailleurs, Netflix a réussi un gros coup pendant une période où peu d'offres du genres existaient. Mais avec la multiplication des offres, les gens ne vont pas pour autant multiplier leurs abonnements. Si le gâteau était très gros pour Netflix, ce n'est pas parce qu'on multiplie par 5 ou 10 le nombre de plateforme que le gâteau va grossir d'autant. Il aura toujours plus ou moins la même taille mais il faudra se le partager.

Pour ma part, à part "Soul" rien ne m'intéresse sur Disney+. Par contre je n'ai jamais acheté autant de BluRay que depuis la fermeture des salles.

Joe Staline
03/03/2021 à 08:39

Caribou
T'as toujours pas compris que c'est grâce à leurs produits de m***e que le grand cinéma peut encore exister. En France, le cinéma d'auteur ne pourra pas survivre sans ce cinéma là. L'un parasite l'autre, et ce n'est pas celui que tu crois.

Wouldyoujustshutupman
03/03/2021 à 00:51

Qu'il ferme son claque trois petits points ce gros lard il dit n'importe quoi

SERGIO
02/03/2021 à 23:14

@Caribou, CQFD

Castor
02/03/2021 à 22:18

Cher Godei ne prend pas ton cas pour une généralité

caribou
02/03/2021 à 20:19

S'ils pouvaient ne sortir leurs m*rdes que sur leur platefome ce serait vraiment le pied. Et ce serait du coup magique pour le cinéma en ouvrant un espace gigantesque pour d'autres nombreux films qui n'auraient pas eu droit de cité sur les grands écrans. Et le vrai cinéma de renaitre. . Qu'ils gardent donc leurs "contenus" merdiques pour leur "consommateurs". Et le cinéma pourra revivre. Par avance , merci a eux.

jorgio6924
02/03/2021 à 20:12

Un monde sans cinéma serait un monde sans saveur.
Ce sont les propos typiques d'un actionnaire. C'est Picsou ce bonhomme.
J'espère que l'avenir lui donnera tort.

Xbad
02/03/2021 à 19:56

Ces propos n'engagent que lui, je n'y crois pas une seconde. Le cinéma c'est bien plus que le film, c'est l'ambiance, les sorties entre pote, le premier film avec sa copine, des émotions et des souvenirs. Après blockbuster ou film plus traditionnel, je prends mon plaisir devant les deux et je trouve ça rabaissant de considérer les amateurs de Marvel ou autre comme des sous cinéphiles, c'est la sensation que j'ai en lisant certains commentaires. Tant qu'il y aura une diversité de spectateur, y'aura toujours une diversité de films

Godei
02/03/2021 à 19:55

@Fox

" Ravi que vous ayez laissé une marge de manœuvre, puisque je considère faire partie des 0,5 % restants !"

Mouais ca c'est ce que tu dis par écrit dans un post, je ne pense pas que ca soit la réalité devant une salle du cinéma et surtout avec un ami ou une copine à côté

Plus
votre commentaire