Hollywood : l'année 2020 a signé un record au box-office pour les réalisatrices

Maya Boukella | 5 janvier 2021 - MAJ : 05/01/2021 17:41
Maya Boukella | 5 janvier 2021 - MAJ : 05/01/2021 17:41

En 2020, les réalisatrices ont occupé une place plus importante parmi les grosses productions hollywoodiennes.

De l'unique Palme d'Or au seul Oscar de la meilleure réalisation jamais obtenu par des femmes (respectivement Jane Campion pour La Leçon de piano et Kathryn Bigelow pour Démineurs) en passant par la moindre enquête et recherche universitaire, la conclusion est sans appel : les lieux de pouvoir du cinéma (et donc Hollywood) sont soigneusement monopolisés par les hommes.

Toutefois, il est permis d'espérer qu'il n'est jamais trop tard pour que de nouveaux récits et de nouveaux regards puissent éclore à l'écran. C'est ce qu'a affirmé une vaste étude de l'Université d'État de San Diego, selon laquelle le nombre de réalisatrices, cinéastes et techniciennes a légèrement augmenté en 2020 par rapport aux années précédentes.

 

photoSe frayer une place parmi les mascus

 

L'étude a indiqué que sur les 100 les plus gros succès au box-office aux États-Unis en 2020, les réalisatrices, directrices de la photographie, scénaristes, monteuses, et enfin productrices représentaient 21 % des équipes, soit 1% de plus qu'en 2019. Et en agrandissant l'échelle aux 250 films ayant eu les meilleurs box-offices, cette croissance a atteint les 23 %.

Du point de vue du seul poste de réalisatrice, les résultats se sont montrés encourageants, quoiqu'encore désespérément faibles. L'augmentation était un peu plus conséquente. En 2020, 16% des 100 plus grands succès étaient réalisés par une femme, contre à peine 12% en 2019, et... 4% en 2018. Sur 250 longs métrages, ce nombre s'est élevé à 18 %, contre 13 % en 2019. Le travail des militantes aura donc bel et bien porté ses fruits, mais la route promet d'être encore très longue pour que le cinéma cesse de nier le fait que l'être humain n'est pas masculin par définition.

 

photo"Oui, mais les femmes ne font que des histoires d'amour" (image de Démineurs de Kathryn Bigelow)

 

En conclusion, 2020 a été marquée par des projets massifs réalisés par des femmes, parmi lesquels Wonder Woman 1984 de Jenkins, mais également Birds of Prey de Cathy Yan ou encore Kajillionaire de Miranda July. Toutefois, ces données ont été réduites par la pandémie, car 2020 aurait dû voir émerger d'autres colosses réalisés par des femmes, à commencer par Black Widow et Eternals, dont la sortie a finalement été repoussée à 2021. De quoi biaiser légèrement les résultats de l'étude qui se révèle, malgré ses chiffres encourageants, moins pertinente que les années précédentes avec le contexte particulier de l'année cinéma.

Cependant, il s'agit peut-être d'un signe annonçant que 2021 fera encore croître l'importance et le nombre de femmes réalisatrices (mais pas que) dans l'industrie. Outre les mastodontes Black Widow, prévu en salles pour le 5 mai 2021, et Eternals pour le 3 novembre 2021, bien d'autres films réalisés par des femmes pourraient créer l'événement : Don't Worry, Darling d'Olivia WildeCandyman de Nia DaCosta, Land de Robin Wright ou The Matrix 4 des soeurs Wachowski. 

Enfin, puisque femme ne rime malheureusement pas avec féministe, on s'est demandé en vidéo si Wonder Woman était une arnaque féministe, ou une révolution hollywoodienne.

Tout savoir sur Wonder Woman 1984

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Bear
06/01/2021 à 17:06

WW1984 est une fantastique bouse, désolé du terme.
Le premier n'était pas trop mal même si plein de défauts. Le méchant était déjà pas terrible et l'ensemble quand même assez kitch.
Mais là, ils ont réussi à mettre la barre encore plus haut. Le scénario est abyssal de nullité, le méchant et ses motivations sont pourris à souhait. C'est d'une tristesse sans nom.
Le contexte des années 80 pouvait être sympa mais ils n'en font pas grand chose au final.
La scène d'intro dans le centre commercial où WW déploie des tonnes de cabrioles et autres coups de lassos pour arrêter 3 pauvres gus ridiculement nuls donne bien la tendance.
Non vraiment il y a rien qui sauve ce film.
Du coup ça fait bien flipper pour le Rogue Squadron que réalisera Patty Jenkins.

Gob le Bob
06/01/2021 à 11:17

@Ethan

C'est une référence à cette phrase https://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-43577.php

zetagundam
06/01/2021 à 10:38

@Ethan
Même si cela est peut-être vrai, ce n'est pas pour cela que le film doit être un naufrage comme l'est WW84.

Ethan
06/01/2021 à 07:57

@Talf
Une femme peut être capable.
Mais là c'est un film pour les meufs

Talf
06/01/2021 à 00:48

En tout cas la réalisation de Wonder Woman prouve que l'égalité homme-femme est atteinte : On a enfin nommé une femme incapable à un poste important.

zetagundam
06/01/2021 à 00:04

"puisque femme ne rime malheureusement pas avec féministe"

Après, il y a féministe et "féministe"

Marvelleux
05/01/2021 à 23:10

Pourtant touts les cinémas sont fermés ! Alors l'année des records ....

Hoministe
05/01/2021 à 18:18

[...] "puisque femme ne rime malheureusement pas avec féministe"

C'est une fatalité ?

votre commentaire