The Mauritanian : une bande-annonce choc sur Guantanamo et l'enfer post-11 septembre

Antoine Desrues | 2 décembre 2020 - MAJ : 02/12/2020 18:30
Antoine Desrues | 2 décembre 2020 - MAJ : 02/12/2020 18:30

Le réalisateur du Dernier Roi d'Écosse est de retour pour un film de procès avec Jodie Foster et Tahar Rahim.  

Après des débuts remarqués dans le documentaire, Kevin Macdonald n’a jamais perdu de vue cette emprise du réel, qu’il a souvent traduite dans des fictions tirées d'histoires vraies. Avec Le Dernier Roi d'Écosse ou encore Jeux de pouvoir, le cinéaste s’est plongé dans les rouages terrifiants de la politique et de ses secrets, sans pour autant sacrifier une exigence de mise en scène sur son sujet.  

Visiblement, le réalisateur n’a rien perdu de sa verve, puisqu’il a décidé de s’attaquer à l’adaptation des Carnets de Guantánamo de Mohamedou Ould Slahi, Mauritanien livré par son pays aux États-Unis, alors en pleine paranoïa suite au 11 septembre 2001. Accusé d’avoir recruté les terroristes du funeste attentat, l’homme a passé 14 ans en prison sans inculpation ni jugement. 

Avec un projet pareil, qui promet d’ausculter les troubles d’une Amérique prête à tout pour venger son traumatisme collectif, difficile de ne pas voir la boîte de production STXfilms envisager une course vers les Oscars. C’est sans doute pour cette raison que le film, titré The Mauritanian, a dévoilé une bande-annonce, ainsi qu’une sortie dans les salles américaines le 19 février 2021, ce qui le rend éligible pour la compétition.  

 

 

Dans tous les cas, la proposition en elle-même se montre particulièrement alléchante. Macdonald semble offrir des cadrages à la précision toujours aussi chirurgicale, essentielle pour donner corps aux rapports humains et de force qui fondent le cœur de son récit. Si ce genre de biopics à l’indignation facile ne manque pas, le réalisateur paraît bien parti pour y apporter son grain de sel. En l’occurrence, l’auteur s’est entouré d’un casting luxueux, délivrant une palette de personnages qui devrait permettre une certaine nuance.  

The Mauritanian met ainsi Tahar Rahim dans la peau de Salahi, et Jodie Foster dans celle de son avocate, Nancy Hollander. Les deux acteurs sont notamment entourés par Shailene Woodley et Benedict Cumberbatch.  

 

photo, Jodie Foster, Shailene WoodleySaletés de fonctionnaires...

 

Dans une interview pour Vanity Fair, Kevin Macdonald a exprimé sa fierté d’avoir pu inviter Mohamedou Ould Salahi sur le plateau de tournage :

“C’était la première fois qu'il pouvait sortir de la Mauritanie depuis sa libération de Guantánamo. […] Je vois [The Mauritanian] comme un film sur lui, un film personnel plus qu’un film politique. Je pense que les gens s’attendent à un film qui montre à quel point Guantánamo est horrible, mais nous le savons déjà.” 

The Mauritanian devrait sortir en France le 17 février 2021. Pour les fans de Jodie Foster, et de sa performance légendaire pour Le Silence des agneaux, on vous renvoie à notre dossier sur la saga Hannibal Lecter.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Miami81
03/12/2020 à 11:59

Tahar Rahim, excellent acteur. En espérant que ça lui permette de lancer une carrière internationale.

beyond
03/12/2020 à 09:14

@Bata Même les personnes accusées de terrorisme ont des droit inaliénables dont la présomption d'innocence fait ou devrait faire partie. Ou alors cela signifie qu'en dépit des grands idéaux de justice dont ils se prévalent, les Etats-Unis ne valent guère mieux que les ennemis qu'ils combattent.
Tu connais la phrase " A lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras pire que lui." Bref.
Guantanamo est une aberration, une verrue sur le visage de la démocratie américaine. Enfermer des gens sans aucune forme de procès, leur faire subir des tortures d'un autre âge et les priver de toute forme de liberté, c'est une violation du droit international.
Petite parenthèse, qu'a fait Obama contre cela au fait ? La réponse tient en un mot : rien.
Pour en revenir à la BD dont le film est tiré, ce qui m'avait marqué, c'est la personnalité très forte de Mohamedou Ould Salahi qui n'a pas laissé ses geôliers le détruire ou dégrader sa détermination à sortir un jour intact de cet enfer.
Il l'a fait. Force à lui.

Bata
02/12/2020 à 21:55

Les terroristes sont des gentils ben voyons

alulu
02/12/2020 à 19:08

Il y a Simon Riaux dans la BA.

votre commentaire