Les films Marvel sont dangereux, selon le créateur de The Boys

La Rédaction | 20 octobre 2020
La Rédaction | 20 octobre 2020

Eric Kripke, le showrunner de la série The Boys, pense que le films Marvel sont bien, mais un peu dangereux.

Entre l'arrivée des comics The Boys de Garth Ennis en 2006 et la série The Boys sur Amazon lancée en 2019, le MCU est arrivé. Et avec lui, une avalanche de dollars et super-héros qui a changé le paysage du genre, du premier Iron Man en 2008 aux records d'Avengers : Endgame en 2019. Impossible de ne pas voir dans la série créée par Eric Kripke un commentaire et une parodie acerbes de la formule Marvel, et l'équipe ne s'en est pas caché.

Alors que la saison 2 vient de se terminer (notre critique de The Boys saison 2 par ici), et annoncer au moins un nouveau super-héros majeur dans la saison 3, le showrunner de The Boys a accordé une longue interview à The Hollywood Reporter. L'occasion pour lui d'exprimer à la fois son plaisir et ses craintes face au raz-de-marée Marvel.

 

photoAvengers : Infinity Mess

 

Ce qui effraie Eric Kripke, c'est l'omniprésence des films Marvel depuis maintenant 12 ans, avec un rythme de plus en plus soutenu. Pour lui, un tel phénomène a forcément un impact sur la société :

« Les gens pourraient s'en étonner, mais je suis en réalité un fan des films Marvel. La réalisation est souvent impeccable. J'apprécie vraiment le ton humoristique utilisé dans pas mal de ces films. Ils sont sarcastiques et rapides et désinvoltes et j'aime ce style. Je n'ai pas de problème avec les films eux-mêmes, mais avec le fait qu'il y en a trop au final.

Je pense en quelque sorte que c'est dangereux, sans vouloir exagérer ou être dramatique, mais c'est un peu dangereux d'éduquer une génération entière à attendre que quelqu'un de fort vienne pour nous sauver. C'est à cause de ça, je pense, qu'on se retrouve avec des gens comme Trump ou des populistes qui disent : "Je suis le seul qui peut y arriver, ça va être moi". Je pense que, tout comme la pop culture qui conditionne subtilement les gens, tout ça les conditionne de la mauvaise manière. Parce qu'il y en a trop. Donc je pense que c'est bien qu'on corrige ça, même un peu, pour dire : "Ils ne viendront pas vous sauver. Restez unis avec votre famille et sauvez-vous vous-même." »

 

photo, Chris EvansAvengers : Assemble les milliards

 

Difficile de ne pas faire un état des lieux de la force de frappe Marvel. Si 2020 sera une année exceptionnelle avec zéro film du MCU en salles, à cause de la pandémie, 2019 a vu passer Captain Marvel, Avengers : Endgame et Spider-Man : Far from Home, lesquels ont en tout encaissé dans les 5 milliards.

En 2021, il y aura normalement quatre films, avec Black Widow, Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings, Eternals et le prochain Spider-Man encore sans titre, sans compter les séries sur Disney+. Idem en 2022, avec Thor : Love and Thunder, Doctor Strange in the Multiverse of Madness, et en théorie les premiers films de la Phase 5. Le MCU est devenu un rendez-vous annuel majeur pour le public, les studios, les exploitants, bref l'industrie tout entière.

 

photo, Gwyneth Paltrow, Brie Larson, Pom Klementieff, Letitia WrightGirls Get it Done

 

C'est donc une cible de premier choix pour The Boys, et Eric Kriple l'assume. Il rappelle ainsi que le "Girls Get it Done" de la saison 2 (où Maeve, Stella et Stormfront sont réunies pour une opération marketing féministe), est un tacle direct à Avengers : Endgame, où les super-héroïnes se réunissaient dans la bataille finale.

« Pour Girls Get it Done, ça vient en grande partie de notre productrice exécutive, Rebecca Sonneshine, qui est arrivée une semaine après la sortie d'Endgame. Elle était furieuse. Je l'ai vu aussi, et je lui ai dit : "C'est la chose la plus débile, artificielle qui soit" et elle m'a répondu : "Ne me lance même pas sur le sujet". Elle a trouvé ça condescendant et j'étais d'accord. Donc ça a créé une cible pour nous, une cible satirique. Quand il y a quelque chose de vraiment ridicule dans le monde des super-héros ou des célébrités ou dans la culture hollywoodienne, on y va immédiatement. Ce sont des cibles faciles."

The Boys va donc avoir de beaux et longs jours devant elle, surtout avec son succès côté audience, qui l'a placée sur le podium face à Netflix. En plus de la saison 3, un spin-off a été annoncé, centré sur de jeunes super-héros, qui vont à l'université Vought.

Pour en savoir plus sur le retour inévitable de ce personnage dans la saison 3 de The Boys, c'est par ici.

Tout savoir sur Marvel

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Lulu
25/10/2020 à 09:16

Restons tous conscient que c'est du cinéma tiré de bd, gardon cela à l'esprit

Flo
22/10/2020 à 18:39

Il a tort Batnono car la minorité de gens impressionnables n'est (forcément) pas la majorité qui fait marcher le Monde. Il faudrait être naïf pour croire le contraire... Et pour en faire trois tonnes pour un clin d'oeil au comic "A Force" (et oui), dans une bataille finale qui repose énormément sur les clins d'yeux... Déjà oublié "sur ta gauche","Avengers Rassemblement !", "Je suis Iron Man", et Cap qui soulève le marteau ?
Qui est le vrai condescendant là dedans ? Celui qui a regardé avec des préjugés.

Batnono
22/10/2020 à 09:54

@Marc:étant plutôt à gauche, je trouve Black Panther écœurant malgré tout. Donc cette opinion n'est pas spécifique aux pro-Trump. Et puisque le bonhomme a été élu, on voit aussi qu’au-delà de son électorat de rednecks, d'autres gens l'ont plébiscité, dont pas mal de gens en sanction à Clinton.

Le peuple est trop attaché à la personnalité en matière de politique, c'est un triste fait. Un pote m'a dit une fois qu'il avait voté Macron parce que "c'est le seul qui rendra bien sur les photos à l'international"

Batnono
22/10/2020 à 09:37

@Flo: il a bien raison de prendre les gens pour des idiots. Beaucoup perçoivent la réalité par le prisme de la fiction qu'ils consomment, malheureusement.
Et tu es bien naïf si tu trouves que ce plan dans Endgame était un clin d’œil innocent et non une tentative maladroite de se draper d'une banderole féministe. Quand bien même ce serait moins calculé que ce que je crois, ça reste plusieurs personnages qui n'ont pas vraiment de raison de se retrouver dans cette situation. Un concours de circonstances forcé. C'était cliché au possible et je suis content de savoir que la productrice a trouvé cela condescendant.

@coco: ils viennent de finir une très bonne saison 2. Alors okay un spin-off est en projet mais tant qu'ils n'ont pas fait un vrai faux pas (ce que Marvel et DC ont déjà fait des dizaines de fois et qu'on continue de leur pardonner), je pense qu'on peut laisser à The Boys le bénéfice du doute pour l'instant.

Batnono
22/10/2020 à 09:32

D'accord avec tout ce qu'il dit. Un Marvel c'est un bon divertissement mais clairement j'aurais pu me passer de la moitié de ceux qui sont sortis si l'autre moitié avait eu plus d'ambition.

Et oui ce culte du sauveur providentiel, on fait comme si on n'était pas influencés comme des enfants par notre pop culture mais clairement, l'électeur moyen continue de voter à la gueule et au charisme du client.

The Boys c'est une série adulte qui exploite tout ce qu'il fallait de l'univers des super-héros. Alors oui peut-être que ça deviendra réchauffé et consensuel à l'avenir mais ce jour n'est pas arrivé.

coco
21/10/2020 à 14:12

"Ils font preuve d'une arrogance monstre en prétendant "corriger" ce qui ne leur reviendrait pas dans le MCU et sa réception par le public (dans leur perception), comme si leur série était d'utilité publique alors que c'est aussi une série de super héros. Et en plus ils ont même des ambitions d'univers étendu avec leur spin off."

@RobinDesBois : Comme dirait Harvey Dent dans un film de super héros "You Either Die A Hero, Or You Live Long Enough To See Yourself Become The Villain"

The boys va t-il devenir comme tout les MCU avec leur spin off et autre préquel ? L'excuse de la "parodie" ne suffira peut être pas

Flo
21/10/2020 à 14:10

Il nous prend tous pour des idiots : tout le monde sait faire la distinction entre la Fiction et la Réalité, sinon on aurait des tonnes de gamins sautant de toits avec des capes. Encore un flippé à la Docteur Wertham, un.
C'est la "Téléréalité" et la masse ahurissante de contenus médiatiques qui influencent, pas ces contenus eux-mêmes.
Tellement bête qu'il n'a pas non plus compris que cette scène dans "Endgame" n'est qu'un clin d'œil innocent.
Et si des gens prenaient aussi "The Boys" au premier degré et faisaient n'importe quoi, mais avec leurs armes à feu en guise de superpouvoirs ? Qu'est-ce qu'il dirait ?
Mieux vaut mettre en scène des héros nobles, qui existent aussi dans la vraie vie même sans superpouvoirs... Les anti Super héros, ce ne sont que des soupapes, des alternatives.

Marc
21/10/2020 à 13:11

Trump élu grace à Marvel? Sérieusement?
Quoi qu'on en dise, Disney a largement empiété récemment sur des valeurs démocrates, bien qu'un certains puritanisme à influencer des censures sur Disney +. C'est vrai qu'il arrive un peu à Disney/Marvel de jouer un peu double jeu, la preuve étant le licenciement de James Gunn pour le reprendre moins d'un an après.

Mais pour le reste, demandez à un pro trump de ce qu'il pense de Black Panther ou des productions féministes (bien que pas très habiles). Même Thor Ragnarok, si su sais bien prendre le film, est aussi largement anti républicain.

Birdy
21/10/2020 à 08:53

Si on doit faire la psychanalyse du spectateur par le biais de ses gouts ciné, ça risque de couter cher et d'être bien long.
Tout est affaire d'éducation en premier lieu, et de culture. Le cinéma entre en ligne de compte dans les deux, mais au 3è degré. Si les parents et l'école ne font plus leur job pour inculquer des valeurs à des gamins qui se rabattent sur la moralité de fictions clairement fantasmées, on a un sacré problème.
Trump président à cause des Marvel, ça sent l'analyse de comptoir à 2 balles.

Après que cette vague de super héros soit elle même source de films/séries critiques et moins arrangeantes avec la notion de surhomme, tant mieux, c'est inévitable.
The Boys est rafraichissante, mais je ne m'attache à quasi aucun personnage, et je trouve sa violence elle même racoleuse, simple argument marketing d'un cahier des charges qui doit trouver dans chaque épisode sur qui taper pour paraitre cool. ça l'est, mais que les mecs ne prennent pas la grosse tête ou ils seront eux même facile à caricaturer dans peu de temps.

Kyle Reese
21/10/2020 à 00:02

“ c'est un peu dangereux d'éduquer une génération entière à attendre que quelqu'un de fort vienne pour nous sauver”

100% d’accord avec lui.
Perso j’attend plus de “hèro” humains sans super pouvoir qui se battent et trouvent des solutions face aux problèmes posés dans les films avec méchants ou pas, mais avec intelligence force et honneur.
Un Maximus dans Gladiator, un John Mclane dans Die Hard, un Liam Neeson dans ... le territoire des loups, une Ripley dans Alien (tient j’avais pas fait gaffe Ripley/Ridley) ou une Sarah Connor dans Terminator auront toujours plus d’impact et de valeurs pour moi et donnent plus l’exemple face à l’adversité qu’un super héro en cape. Sauf exception (Batman, Daredevil par ex) Je sais je radote mais ça fait plaisir d’entendre des gens qui pensent comme moi. D’ailleurs encore plus proche d’un véritable héros humain est le père de famille incarné par Tom Cruise dans La guerre des mondes.
Au bout d’un moment passé un certain âge l’identification a un sur-humain ne fonctionne tout simplement plus, ou bcq moins et c’est ça qui pose problème aussi car les super prennent bcq de place dans les budgets, aux box office, dans la presse et dans les têtes. Pour des persos totalement fantaisistes totalement irréalistes on peut se poser des questions sur nos fantasmes du sauveur tout puissant. Les supers = les nouveaux messies. (Voir Batman VS Superman qui pose le débat)
Ok je me prend la tête sûrement mais je suis sûr qu’il y a du vrai dans cette psychanalyse de comptoirs. (Il y a sûrement même des bouquins qui doivent tenter d’expliquer la tendance actuelle, Freud, Nietzsche un coup de main ?)
Certes ca reste sympa à regarder car c’est souvent très bien faits.
Bref The boys m’a bien fait plaisir dans la saison 1 justement parce que se sont des humains qui foutent la honte aux supers pas toujours du bon côté et ca c’est assez nouveaux et bien venu pour moi. Vivement que le grand public montre une certaine lassitude histoire d’aérer un peu l’espace.

Plus

votre commentaire