Mank : la bande-annonce du film Netflix de David Fincher est sublime

Alexandre Janowiak | 8 octobre 2020 - MAJ : 09/10/2020 11:11
Alexandre Janowiak | 8 octobre 2020 - MAJ : 09/10/2020 11:11

Six ans après son dernier film, David Fincher est de retour pour péter le game sur Netflix avec Mank.

Mank de David Fincher faisait de plus en plus de bruit ces derniers temps entre les louanges de Sorkin au sujet du film, les nouvelles photos révélées et l'annonce de la date de sortie. On pouvait donc espérer, encore plus que d'habitude, l'arrivée d'une bande-annonce en bonne et due forme.

Et en ce jour béni du 8 octobre 2020, Netflix a enfin exaucé les voeux pieux des fidèles de Fincher en balançant un teaser de 50 secondes. Suffisant pour provoquer d'innombrables crises de priapisme dans les foyers cinéphiles idolâtrant le Maitre.

 

 

Indiscutablement, Mank sera un immense hommage au film noir, au vieil Hollywood et à Citizen Kane de Orson Welles évidemment (le dernier plan en dit long). Au-delà de confirmer la beauté du long-métrage à venir et du travail exceptionnel du chef opérateur Erik Messerschmidt sur la lumière (il avait parlé de sa collaboration avec Fincher), ces premières images en dévoilent plus sur le récit.

À en croire le trailer, Herman J. Mankiewicz incarné par Gary Oldman sera sur son lit de mort et la visite de Welles pourrait être le déclencheur d'une ribambelle de souvenirs. Ainsi, Mank semble construit autour de flashback ou d'un montage non linéaire, un peu à l'image de The Social Network ou de L'étrange histoire de Benjamin Button qui commençait au chevet du personnage de Cate Blanchett sur son lit d'hôpital.

Si le film suivra l'écriture de Citizen Kane et le conflit violent entre Mankiewicz et Welles dans les années 30, il ira donc sûrement beaucoup plus loin, retraçant les dernières heures du scénariste, décédé en 1953. De quoi offrir une fresque hollywoodienne impressionnante et vertigineuse, dont la bande originale composée par Trent Reznor et Atticus Ross devrait sublimer.

 

Photo Amanda SeyfriedAmanda Seyfried qui passe une tête

 

Par ailleurs, le style même de David Fincher semble beaucoup moins clinique qu'auparavant dans cette première salve d'images. Sans doute déterminé à rendre hommage à un pan de l'histoire du cinéma, il sera intéressant de voir la manière dont le réalisateur de Gone Girl a modifié sa patte pour mieux coller aux codes esthétiques de l'époqueMank étant né d'un scénario de feu son père Jack Fincher, le cinéaste a également mis une patte plus intime au sein du long-métrage, le rendant d'autant plus intrigant.

Pour en avoir le coeur net, il faudra attendre le 4 décembre prochain sur Netflix, le film ne sortant pas au cinéma en France. On y retrouvera, aux côtés du duo Oldman et Burke, Amanda SeyfriedCharles DanceArliss HowardTuppence Middleton ou encore Lily Collins, vue récemment dans Emily in Paris.

commentaires

Alex0482
10/10/2020 à 08:18

@Sebastien
C'est Fincher, on peut probablement s'attendre à tout sauf un résultat banal et scolaire, à mon avis.

Concernant l'aspect du film, il s'agit en premier lieu d'un hommage, et donc il en reprend les codes et les visuels. Mais c'est Fincher, ça ne s'arrêtera probablement pas à ça. Ce n'est qu'un trailer après tout.
Pensez à The Social Network, c'est bien plus qu'un film sur Facebook.

Sébastien
10/10/2020 à 02:18

@ kyle reese

A quoi ça sert de faire un film en 2020 qui a l'air d'avoir été tourné il y a 80 ans? C'est juste stupide.
On dirait un remake de "The Artist", film qui n'avait déjà aucun intérêt.

Sébastien
10/10/2020 à 02:15

Ça a l'air très banal et très scolaire. J'adore Fincher, mais après avoir vu le teaser, quel est l'intérêt de ce film?
Encore un film sur un film....Après Tarantino.... Quelle manque d'imagination.

La grande lessiveuse-recycleuse Netflix en action.....

Sanchez
09/10/2020 à 12:03

Mankait plus que ça ! En tout cas il ne risque pas d’y avoir un Mank à gagner

reth
09/10/2020 à 11:19

En effet cela donne vraiment envie. Priapisme....:) Bravo au rédacteur.

Starfox
09/10/2020 à 08:12

Un film que William Friedkin doit attentre avec une impatience folle.

Alex0482
09/10/2020 à 00:01

@Carlito B.
Malheureusement, comme pour Scorsese, Fincher fait son film pour ceux qui veulent bien lui le financer ... :-/ sans Netflix, pas de nouveau Fincher. Je pense qu'il aurait aimé aussi que ce soit le cas. Cela dit, ça ne vaut que pour la France : les autres pays auront la possibilité de le voir en salles.

Carlito B.
08/10/2020 à 23:40

@ Numberz
Merci pour l'info. Mais comme je suis loin d'être bilingue...

Numberz
08/10/2020 à 21:56

@ carlito

À moins d'être parfaitement bilingue, le blu Ray ne sort qu'en novembre chez Criterion. Comme Shout factory et Arrow, ces éditeurs anglais ne proposent que l'anglais et sans VOST. Ce que je regrette tant ils proposent de super chose. Ma grande frustration étant blue velvet en remasterisé et VL mais chez Criterion...

Jaws
08/10/2020 à 21:53

Le style me fait penser à du Cohen

Plus

votre commentaire