L’Affaire Watts : le documentaire criminel mode Gone Girl qui cartonne sur Netflix

Geoffrey Nabavian | 8 octobre 2020 - MAJ : 08/10/2020 17:00
Geoffrey Nabavian | 8 octobre 2020 - MAJ : 08/10/2020 17:00

Sorti le 30 septembre, L'Affaire Watts qui retrace une tuerie sordide au plus près, truste le top des oeuvres les plus vues sur Netflix et passionne un public friand de meurtres.

Netflix reste avide de produire des films ou séries documentaires consacrés à de telles affaires criminelles, tant une partie de son public demeure friand de récits de faits réels aux limites du sordide : on repense au succès de la série Making a murderer, lancée en 2015, qui engendra bien d’autres programmes aux mêmes thèmes, dont Ted Bundy : Autoportrait d’un tueur (2019).

Avec L’Affaire Watts : Chronique d’une tuerie familiale, la plateforme propose un film de 1h23 signé Jenny Popplewell, qui se fonde en partie sur des images captées en direct lors des débuts de l’affaire, et sur des conversations enregistrées données à entendre. Avec pour but d’immerger le spectateur dans cette affaire sordide, et de lui faire vivre les faits pas après pas.

Pour faire un petit topo rapide, le documentaire revient sur l'affaire Watts survenue en août 2018 : la disparition d’une jeune femme, Shanann Watts, et de ses deux filles de 3 et 4 ans, signalée par Chris, le père de famille. S'en suivra une enquête suivie de près par tout le pays, curieux de savoir ce qui s'est réellement passé. Si vous ne voulez pas en savoir plus, on vous invite à arrêter la lecture ici.

 

 

Des images et des bandes sonores réelles composent donc la trame de ce documentaire destiné à tenir en haleine, bien que sa conclusion soit déjà connue : coup de fil à la police de l’amie de Shannan Watts ayant été la dernière à la côtoyer la nuit de sa mort, juste avant son assassinat, très inquiète de ne pas la voir sortir de chez elle la journée du lendemain ; vidéos filmées par des voisins ou proches de la jeune femme, montrant son mari accueillant chez lui la police, au tout début ; messages échangés par le couple les semaines précédentes…

Partant de la découverte des faits – un crime horrible maquillé en disparition, dont on connaît d’avance le responsable – ce documentaire criminel, dont le thème n’est pas sans rappeler celui de Gone girl, donne progressivement à voir les idées sombres qui se sont maladivement emparées du mari au cours des semaines précédant les faits, et qui l’ont mené à ces terribles actes. Les vidéos postées par son épouse très régulièrement sur Facebook, où elle se mettait en scène avec ses filles, viennent se mêler aux pièces à conviction et renforcer le malaise.

Apprécié, du fait de sa forme, par une part de la critique, rompue à d’autres documentaires criminels Netflix moins réussis, L’Affaire Watts : Chronique d’une tuerie familiale reste donc une enquête recommandable, à voir avant que d’autres faits divers soient transposés sur la plateforme.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

La Classe Américaine
12/10/2020 à 09:55

La force principale de ce documentaire sont des images d'archives inédites de police qui nous permettent de voir exactement la manière dont les enquêteurs abordent ce genre de crimes.

Dommage que le documentaire passe complètement a coté du sujet de fond : est-ce que cet homme, gendre idéal sous tous les aspects, était en réalité un monstre ou bien l'est-il devenu ? Car au bout du compte, on ne parvient toujours pas a avoir une réponse claire sur ce qu'il l'a poussé a passer a l'acte.

Au lieu de ca, le métrage ramène toute cette enquête a de la violence faite aux femmes. C'est aussi stupide que déplacé, compte tenu de ce triple assassinat absolument sordide.


09/10/2020 à 15:23

Déstabilisant c'est le mot. J'aime bien la forme du documentaire, qui délaisse les outils habituels (voix-off, témoignages rétrospectifs) pour recoller les morceaux avec sur les archives, vidéos, photos, messages, interrogatoires en occultant le côté suspense morbide et effets de manche pour appâter le spectateur.

Gambit
09/10/2020 à 05:29

@Tom's:"comme seul ce pays en produit.." j'aimerais avoir votre candeur.. En France, on est plus en reste de ce côté là:Fourniret, Lelandais, Roman, Georges,.
On a malheureusement rien à envier aux americains..En témoignent nos émissions de faits divers qui traitent spécifiquement des affaires françaises et qui pullulent sur la tnt..Il est vrai qu'il est plus confortable de jauger le voisin, plutôt que de balayer devant sa porte..

Mouais Bof...
08/10/2020 à 21:37

Encore une fois c'est juste une affaire de sensation,je ne permettrai pas de cracher sur les gens qui aiment ce genre de doc.

Mais purée les petits anges ... Quelle tristesse

Mouais Bof...
08/10/2020 à 21:35

@Kyle Reese. Je suis asssez d'accord avec ton commentaire.

Ca me fait penser à la psychologie des foules de Gustave Lebon où on oriente l'émotion collective vers un drame ou fait divers sordide. Et matter les bouilles de ces 2 pauvres anges et de leur mère, je trouve ça dérangeant.
Enore plus dérangeant que Netflix produit ce genre de choses. Dommage que Pierre Bellmare soit mort, il aurait été le conteur attitré de Netflix.

Kyle Reese
08/10/2020 à 20:41

Étonnant, autant j’aime les thrillers de fiction, les films d’horreur, les survivals, qui me font frémir mais aussi me divertir autant un doc sur une affaire comme celle-ci me repousse même s’il est de bonne qualité. Je dis ça sans jugement. C juste un constat. Rien que de voir la photo de famille en connaissant le drame horrible qui s’est produit ... No thanks.

Moi
08/10/2020 à 18:33

Il faudrait arrêter les commentaires sur les audiences Netflix : entre le décompte douteux (combien de minutes devant le programme pour valider une vue ? Sachant que c'est de la SVOD, changer de programme au bout de 5 minutes doit être fréquent) et l'impossibilité de prouver les chiffres (pas d'organisme relativement indépendant avec l'accès au compteur de vues), le N peut faire ce qu'il veut (Et avec les algo, faire de n'importe quelle daube un soucis en le mettant en valeur sur la page d'accueil)

Moijedis
08/10/2020 à 18:15

C’est triste . Surtout qu’on s’attache aux petites .
Histoire sordide .

Ray Peterson
08/10/2020 à 17:23

Une histoire qui a défrayé la chronique outre-atlantique.Curieux de voir ce doc et savoir également comment il traite le côté un peu "surnaturel" ou fake (les voix qui ont poussé Chris Watt à tuer sa famille, les sons entendus lors de l'intervention de la police plus tard dans la maison alors qu'elle est normalement inhabitée).

Tom’s
08/10/2020 à 16:59

Un doc qui permet de cerner un des Us, elle la pauvre un peu accro au réseaux tout y passe. Après lui semble sourir ailleurs les 3/4 du temps et après se rend Malade et massacre sa famille pour vivre une histoire.. peu importe ses motivations c’est un psychopathe comme seul ce pays en produit, et le passage ou il dit que elle a tué les enfants abérrants quel malheur pour elle et les enfants !

votre commentaire