Antebellum : les premières critiques américaines du film d'horreur sont tombées

Mathias Penguilly | 1 septembre 2020 - MAJ : 01/09/2020 12:11
Mathias Penguilly | 1 septembre 2020 - MAJ : 01/09/2020 12:11

Quelques jours avant la sortie d'Antebellum, la presse américaine a pu voir le film d'horreur avec Janelle Monae... et elle n'est pas vraiment convaincue.

Dans le premier film de Gerard Bush et Christopher Renz, l'actrice et chanteuse américaine campe une célèbre romancière qui se retrouve prise au piège d'un étrange monde qui la renvoie dans le Vieux-Sud des États-Unis au temps de l'esclavagisme. Le mot latin "Antebellum" d'ailleurs, fait référence à l'âge d'or de cette région agricole, méridionale et prospère, avant que la Guerre de Sécession n'entérine l'abolition de l'esclavage dont elle profitait abondamment.

Le film est produit par Sean McKittrick, le producteur de Jordan Peele sur Us et Get Out, ses deux derniers longs-métrages, ce qui créait une certaine attente de la part de la presse américaine. Pour l'instant, le film ne semble pas faire beaucoup d'émules. Revue de presse.

 

photo, Janelle Monae, Kiersey ClemonsL'Amérique face à son Histoire

 

"La fin est supposée être inspirante, avec des implications révolutionnaires, mais au final, comment Veronica change-t-elle ? Les victimes de John Kramer dans Saw connaissent plus de conflits intérieurs. Il n'y a pas de place pour l'introspection ou les problématiques difficiles. Antebellum ressemble à une reproduction très propre de la "Black Horror" [sous-genre cinématographique initié par les films de Jordan Peele, ndlr], faite à partir de bruitages anti-racistes trouvés sur Twitter et construits sous influence maximale." - The Playlist

"Le montage est très serré et il y a une scène de course poursuite excitante à la fin, mais de manière générale, le film est assez plat visuellement. Finalement, Antebellum semble inachevé à cause de son manque d'émotion et d'empathie. Il n'offre pas de vraie perspective sur le passé et n'arrive donc pas à avoir un vrai impact sur le présent." - The Hollywood Reporter

"Ancrer un film de genre dans l'histoire de l'esclavage et la résurgence du nationalisme blanc est un pari sombre et dramatique qui sort Antebellum du genre horrifique et le plonge dans le commentaire social... ou qui ressemble du moins à un intrigant mélange des deux. C'est juste dommage que l'exécution soit trop grossière pour être à la hauteur des attentes." - The Wrap

 

photo, Gabourey Sidibe, Janelle Monae, Lily CowlesL'influence

 

"Antebellum est pétri de bonnes intentions et pourtant, il communique avec son public de manière suffisante - et c'est rageant. C'est un film construit autour d'une seule grande révélation supposée vous impressionner alors qu'elle représente une réalité dont vous avez déjà conscience [...]. Le film n'est pas aidé par le fait qu'en dehors de Veronica/Eden, personne n'est vraiment quelqu'un. Les autres personnages noirs sont très peu caractérisés et les personnages de suprémacistes blancs sont des versions caricaturales des racistes sudistes." - Collider

"Monae est réduite au silence pendant une grande partie du film. Il y a quelques personnages secondaires qui essaient de la convaincre de s'échapper. Et le scénario de Bush et Renz ne fait pas grand-chose pour les étoffer : ils ne sont pensés que comme des punching-balls physiques et émotionnels [...]. 

Il y a 10 ans, au moins en comparaison d'Amistad, ce film d'horreur esclavagiste aurait suffi pour marquer un progrès. Mais dans une ère pleine de Us et de Get Out, avec leur compréhension globale de la Peur que les personnes noires affrontent quotidiennement en Amérique, Antebellum plafonne en tant que film d'horreur et échoue encore plus quant à son commentaire de l'oppression actuelle des personnes noires." - Polygon

 

photoJanelle Monae va mettre le feu à nos écrans

 

La presse est donc assez sévère avec le premier film de Gerard Bush et Christopher Renz, qui ne serait pas à la hauteur des modèles qu'il cite. La presse n'est pas tout à fait unanime cependant, plusieurs critiques insistent notamment sur la qualité de la photographie ou encore le charisme de son actrice principale :

"Ce thriller social débarque comme un coup de mortier explosif - un croisement puissant et politiquement chargé entre The Handmaid’s Tale et un film de M. Night Shyamalan, dans lequel une femme noire qui a réussi, est punie pour avoir défié l'autorité et à nouveau contrainte à la captivité. Comment une telle forme d'esclavage peut-elle toujours être possible en 2020 ? C'est l'énigme au cœur de cet impressionnant film d'horreur - terriblement opportun." - Variety

"[Janelle Monae], une artiste talentueuse qui a brillé dans plusieurs rôles secondaires (Les Figures de l'ombreMoonlight) est sous le feu des projecteurs et devient du gibier pour une chasse effrayante qui explore les vrais cauchemars auxquels les noirs de ce pays sont confrontés. Le film parvient à dépasser ses imperfections grâce à une cause plus grande encore que son horreur." - USA Today

En France, le film est attendu dans les salles obscures à partir du 9 septembre 2020. Il faudra donc attendre encore une dizaine de jours pour pouvoir nous faire notre propre avis. D'ici là, vous pouvez retrouver la bande-annonce du film sur notre site.

 

affiche officielle 20 mai

 

Tout savoir sur Antebellum

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Anna15
10/09/2020 à 08:47

J'ai adoré le film, subtil et terriblement d'actualité, qui m'a émue. Script très bien écrit. Janelle a un charme fou. Les images et la musique nous rappellent que le cinéma, en plus de porter un message fort, c'est aussi le plaisir des yeux et des oreilles !!!
Pour un premier film je dis BRAVO !!! Et je le recommande, en cette période de disette cinématographique !

Kyle Reese
01/09/2020 à 16:32

@Kouak

Ah oui en effet en légèrement plus graphique.
A voir si il y a du sens dans cette dernière car dans l'autre évidement qu'il y en avait.
C'est quand même un peu abusé niveau originalité, bon après le nombre d'affiche avec un plan serré d'un mec de profil et un flingue.

Moixavier58
01/09/2020 à 16:04

Cela aurait put-etre un spin-off de Get out. Malgrer tout le voir, serait son propre avis

Jaws
01/09/2020 à 15:21

Les critiques semblent confirmer mes doutes quant à la mise en chantier de ce films. Surfer sur un sujet de société dans l'air du temps (et tout à fait légitime) pour un faire un produit opportuniste et au final assez vain. J'attends de voir pour donner un avis définitif mais cela ne m'inspire que moyennement.

Kouak
01/09/2020 à 13:35

Bêêêêêêêêêêê....
Silence !
;-)
Bref....

mxlf
01/09/2020 à 12:41

@Kouak je pense que Anthony H.doit être heureux de ton commentaire. lol

Kouak
01/09/2020 à 12:13

Bonjour,
C'est marrant parce-que l'affiche ma rappelle vaguement un autre film...
Ah oui ! Ça y est ! J'y suis...
Bref...

votre commentaire