Mignonnes : Netflix taclé pour avoir sexualisé les jeunes actrices du film

La Rédaction | 21 août 2020
La Rédaction | 21 août 2020

Remarqué à Sundance et à Berlin, le film Mignonnes est depuis quelques heures la cible d’attaques engendrées par la campagne promotionnelle que lui consacre Netflix. 

C’est le premier long-métrage de Maïmouna Doucourésalué depuis de longs mois pour sa force, son intelligence et la finesse avec laquelle il appréhende un sujet éminemment complexe. Comme nous y revenons dans la critique publiée ce jour, Mignonnes narre le quotidien d’Amy, enfant faisant face à un bouleversement familial profond (la polygamie de son père), qui croit trouver dans la danse une alternative et une émancipation. 

Réflexion dure et passionnante sur l’hyper-sexualisation des enfants, les mécanismes qui la favorisent dans notre société et la manière dont le patriarcat maintient des jeunes filles entre le marteau de la soumission et l’enclume de la sexualisation, le long-métrage a été logiquement salué pour la pertinence du discours qu’il développe ainsi que sa puissance émotionnelle. Sorti le mercredi 19 août en France, il a été accueilli avec intérêt et bienveillance par la presse et le public. 

 

 

Jusqu’à ce que Netflix, qui a acquis les droits d’exploitation internationaux du film et le sortira sur sa plateforme le 9 septembre (à l’exception de la France, où il est exploité au cinéma) en dévoile une affiche qui a mis le feu aux poudres. On y voit les enfants qui composent le casting, sur une scène, manifestement en train de danser, dans des poses clairement sexualisées. En dehors du fait que l’image soit un pur artefact promotionnel (aucun photogramme du film n’y correspond), impossible de comprendre en la découvrant que le film dénonce la sexualisation des enfants, tant il semble en faire un argument commercial. 

En moins de temps qu’il n’en faut à un militant anti-spéciste pour vomir son foie gras, tout ce que Twitter compte de courageux anonymes s’est donc improvisé défenseur de l’enfance et harceleur à la petite semaine. 

Si une minorité d’internautes ont intelligemment ciblé la plateforme de SVOD et comparé les campagnes promotionnelles françaises et américaines, pour souligner combien celle de Netflix semble déplacée et problématique, de nombreux autres s’en sont pris au film, et à sa réalisatrice. Exemple typique de tempête d’excréments numérique à la finalité douteuse, la polémique qui rugit encore risque fort d’endommager la carrière du film et des artistes qui l’ont forgé. 

Rappelons donc l’évidence, alors que Netflix vient de présenter ses excuses : Mignonnes est un film sur la sexualisation des enfants, et non un film qui les sexualise. 

 

Tout savoir sur Mignonnes

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
16/09/2020 à 16:04

Voilà, j'ai vu le film. Oui, il y a une séance de dance à la fin, non, l'affiche US ne provient pas de cette scène, seuls les habits sont les mêmes. Non, on ne voit pas dans le films que des jeunes filles qui se trémoussent, mais oui, il y en a plusiers éparssent dans le film, mais pas plus que dans la réalité, Ce que le films raconte c'est des jeunes filles en perte de repères (surtout une) qui imitent ce qu'elles voient à la télévision, leurs chanteuses préférées, les chorégraphies des clips. Une d'elle, celle dans une situation familiale difficile, dépasse les bornes et va trop loin, mais il faut voir le film jusqu'à la fin avant de porter un jugement. L'histoire est clairement une dénonciation de ce qui se passe dans la réalité. J'ai vu et entendu pire dans les transports publics que ce que j'ai vu à l'écran et ce film peut être très pédagogique s'il est vu et contextuialisé avec des ados, il peut donner lieu à une discussion très intéressante sur l'importance ou non des apparences. On est loin de ce qui est dénoncé par les Etats-unis et même dans certains commentaires ici.

RYAN MONTREAL l'affiche n'est même pas dans la bande annonce, ce que vous y voyez c'est une fractions d'une seconde de la scène de danse finale où elles imitent une chorégraphie qui passe en boucle sur les chaines musicales, comme le fonts des milliers de fille de leurs ages (12 ans plus que 10 ans) par mimétismes. Et il se passe justemetn quelque chose dans cette scpne. Je ne dis pas que ce n'est rien ni ne l'encourage, bien au contraire, mais ce n'est en tout cas pas scandaleux. J'ai des filles de cet âgs, avant ce films, j'essayais déjà de leur expliquer en quoi grandir trop vite et se comporter comme certaines de leur copines n'était pas la meilleure des choses. Ce film vaut mille discours pour mieux leur faire comprendre. Et une des choses que j'essaie de leur faire comprendre, c'est que si pour ces jeunes filles il est innocent de se comporter comme cela, la perversité est beaucoup dans le regard des autres, ce que les réactions enflamées ici et là tendent à prouver.

MystereK
13/09/2020 à 14:53

ADOLF le problème avec les neurones ne se trouve pas du côté de la gauche Bathes mais du côté de celui qui utilise comme pesudo le nom d'un criminel contre l'humanité pour un discuours dans la même ligne et qui confond islam et islamisme. La gauche est tout aussi critique envers l'islamisme que la droite, elle s'est aussi voir les défaut de l'islam comme elle voit les défauts du christianisme et des autres religions, ce qu'elle fait sait par contre mieux faire, c'est détecter dans ces critiques faites par certains politiciens une instrumentalisation et une généralisation qui effectivement tient du racisme. Mais cette façon de voir les choses avec recul n'est pas que l'apanage de la gauche, la droite et le centre ont aussi leurs mouvement qui vont au delà de la simplification et comprennent la complexité de le vie, mais cela est difficile à faire comprendre à une personne qui choisi de se faire appeler Adolf

Simon Riaux - Rédaction
24/08/2020 à 13:02

@Rayan Montreal

Prétendre lutter contre quelque chose qu'on n'a pas vu, c'est assumer qu'on ne sait pas de quoi on parle. C'est de l'incompétence ou de la bêtise, fièrement revendiquées.

@Désolémais

Vous êtes aveugle ou menteur, aucun plan ni scène ne présentant les gamines dans cette disposition ou ce décor. Bien essayé, mais à nouveau, vous ne faites qu'assumer publiquement votre méconnaissance du sujet.

Désolémais
23/08/2020 à 14:15

Désolé mais blâmer l'affiche c'est facile. J'ai vu le film.f. et la scène d'où est tiré l'affiche est bien dedans. J'ai eu envie de gerber durant ce film et d'ailleurs je me suis senti mal à l'aise durant tout celui ci. Ok c'est fait "pour dénoncer" mais en attendant durant le long métrage on voit des zooms et des moments très très suggestif (dont un moment ou des gestes sexuelles de la part de ces 10-11ans est clairement suggéré) et je suis certain que si un pédophile voit ça il va se frotter les mains et s'acheter le dvd. Donc c'est à vomir ce film. Je suis contre l'obstruction à la liberté artistique mais il y a des limites. Ce film va profiter au satyres en tout genre, dénonciateur ou non, et blâmer les US c'est facile mais c'est bien le contenu du film qui est sur le poster donc faut arrêter.

Adolf
23/08/2020 à 13:02

Mdr les gauchistes islamophiles qui crient au racisme à la moindre critique de l'islam. 30 ans de propagande démago façon Yann Barthes et france culture aura suffit a vous retirer les quelques neurones qui vous reste.
Comment peut on oser critiquer cette religion si paisible et tolérante,
attention a la montée de l'extrime drouaaate qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire :'(

Rayan Montreal
22/08/2020 à 18:44

1min16 de bande annonce tu peux voir la meme scene que l affiche us, donc la réalisatrice a bien tourné des gamines qui dances dans des tenues scandaleuses pour dénoncer ou pas pour dénoncer ça a bien été tourné

Rayan Montreal
22/08/2020 à 18:40

Simon Riaux

Faux, l image de l affiche américaine est présente dans la bande annonce elle a donc été tourné

Rayan Montreal
22/08/2020 à 18:37

Des scènes avec des zooms sur les fesses d une gamines de 10 ans c est dans les bande annonce et donc dans le film, pour dénoncer ou pas on s en tape, ça reste des zooms sur les fesses de gamines de 10 ans et c est dégueulasse, et les parents qui laissent leur enfants tourner des scènes pareils ??

Et oui le film est un énième poubelle islamophobe avec son scénario déjà vu et revu

Je signerais toutes les pétitions qui permettrai de dénoncer ce genre de films

C est quoi la prochaine étape ? Denoncer la pédophilie en mettant des pauvres gamines a poil ? Car ca sera pour denoncer

Rico
22/08/2020 à 10:47

L'affiche de Netflix est tellement explicite qu'il faut être un peu naïf tout de même, pour ne pas comprendre ce qu'à priori, le film dénonce ! Mais bon, notre société navigue entre tant d'extrêmes qu'on est un peu perdu...

peiwei
22/08/2020 à 01:18

@simon riaux

parce que c'est un imbécile bien pesant qui crache ça haine bien cacher derrière son ordinateur ....il s'en fou d'avoir vu le film tout se qu'il veut comme tout les imbéciles qui traînent sur twitter ( heureusement il y a aussi des gens très bien) s'est ses 5 min de gloire ....a vomir

Plus
votre commentaire