Artemis Fowl : malgré les critiques, le réalisateur justifie ses choix

Mathias Penguilly | 17 juin 2020
Mathias Penguilly | 17 juin 2020

Quelques jours après sa sortie, Artemis Fowl est un revers comme Mickey en a peu connu. La faute à une adaptation trop éloignée du matériau original ?

La genèse du dernier film jeunesse de Disney a vraiment tout d'un film d'horreur. Affrontant les problèmes de production comme autant de plaies égyptiennes, le résultat est un navet informe, que même le géant aux grandes oreilles s'est résolu à ne pas diffuser en salles. Pourtant, l'oeuvre dont il est adapté avait tout ce qu'il faut pour en faire un succès.

Le roman, publié par l'irlandais Eoin Colfer au début des années 2000, suit le jeune Artemis Fowl, fils d'un mafieux disparu, qui fait preuve d'une rare intelligence en poursuivant les activités criminelles de son père et en cherchant à extorquer un peuple de fées. Sorti en librairie en plein phénomène Harry Potter, le livre a longtemps fait l'objet de convoitises à Hollywood avant son adaptation très décevante.

Acheté dès 2001 par Miramax, la société d'Harvey Weinstein, le film a connu un développement très long et intermittent jusqu'à son rachat par Disney en 2011. Michael Goldenberg est choisi pour écrire le scénario et Kenneth Branagh est recruté à la réalisation. L'adaptation est alors une coproduction Disney-Weinstein, qui se retrouve bientôt plongée dans le néant en pleine révolution #MeToo. Une fois le producteur écarté, la production prend à nouveau du retard, si bien que le tournage ne commence qu'en mars 2018 avec une sortie prévue en mai 2020.

Finalement, face à la pandémie de Covid-19, Disney craque et décide de sortir le film sur sa nouvelle plateforme SVoD, diminuant énormément les chances de rentabilité d'un film qui lui a coûté quelques 125 millions de dollars. Assassiné par la critique, le film est aujourd'hui défendu par son réalisateur qui explique les choix scénaristiques de son adaptation.

 

photo, Ferdia ShawArtemis Fowl a enfilé un costume trop grand pour lui

 

Kenneth Branagh (qui avait déjà réalisé un Thor assez médiocre en 2011) assume les choix qu'il a réalisé dans son adaptation et les justifie dans un entretien avec un blogueur du site américain Slashfilm. Interrogé sur les changements qu'il a apporté à l'histoire de base, il répond :

"J'avais l'impression qu'Eoin [Colfer] avait créé Artemis dans un espace qui lui appartenait entièrement. Il y avait plus de folie dans le livre...

J'étais moins intéressé par l'idée de présenter immédiatement un protagoniste né avec une cuillère en argent dans la bouche, qui vient de ce monde privilégié. Je voulais qu'on trouve immédiatement de l'humanité dans ce personnage."

Du rusé apprenti membre de la pègre, qui se découvre une morale au contact des fées, il ne reste à l'écran qu'un gamin lissé et fade, très attendu en comparaison des autres films du genre. Fini l'anti-héros qui se bat pour sa mère, Artemis Fowl est désormais un "gamin normal" à la recherche de son mafieux de père (quelle originalité !).

 

photo, Judi DenchDame Judy Dench, devenue accro aux prothèses auriculaires étranges

 

Interrogé ensuite sur le risque d'aliéner les lecteurs du livre qui avaient adoré le portrait complexe de l'enfant-brigand, Branagh a répondu, sans trop de surprise : "Pour moi, c'est inutile de s'imaginer pouvoir comprendre ce qu'il y a dans la tête de chacun des fans individuellement, et de leur proposer ce qui selon moi est une idée fausse : la version cinématographique d'un livre. Parce que ce sera toujours différent dans la tête de chacun, même si on observe exactement la même phrase ou le même personnage."

Pas sûr que les espoirs déçus de ceux qui ont grandi en lisant les huit tomes de la franchise soient satisfaits de cette réponse évidente. Le film est d'ores et déjà disponible sur Disney+, si vous souhaitez vous faire du mal. Sinon, vous pouvez simplement lire notre critique (spoiler alert : on n'en dit pas du bien).

 

photo, Ferdia Shaw, Josh Gad, Lara McDonnell, Nonso AnozieIl ne suffit pas de recruter un Hagrid de supérette pour faire du Harry Potter, pas vrai Josh Gad ?

commentaires

Terence
07/09/2020 à 10:53

J'ai lu tous les livres. Et avec grand plaisir !

On aime ou on aime pas ce type de fantastique. Ça, c'est personnel...
Eoin Colfer n'est pas plus mauvais écrivain que d'autres ; lui, au moins, a de l'imagination et sait revenir le lecteur...

Mais le film est nul ! Rien à voir avec les livres !
Le commandant Root est devenu femme (!), Holly est trop grande, Butler a changer de couleur de peau, aucun suspense !
Bref, c'est à chier.

Le réalisateur "justifie" ses choix ? Qu'il change de métier et aille nettoyer les latrines!
Dire que j'attendais ce film avec impatience... Pfff...

Robert
21/06/2020 à 23:07

Il ne faut pas se leurrer non plus. Quand HP a été adapté à l'écran (bien adapté) les romans jouissaient d'une popularité phénoménale que n'a jamais approchée les roman d'Eoin Colfer! HP partait avec 50 millions de spectateurs potentiels et le film est sorti alors que la folie des romans était à son pic. De plus C. Colombus a eu l'intelligence et la modestie de penser que JK Rowling savait de quoi elle parlait! Il a donc suivi le roman et le succès a été au rendez-vous. Rien de tout ça avec AF. Non seulement les livres n'ont jamais été populaires à ce point mais le premier volume date de 2000! En plus, K. Branagh pense qu'en tant qu'acteur Shakespearien il est capable de réaliser des films et connait mieux les romans YA que ceux qui les écrivent... contre cette prétention, on ne peut rien. Tant pis pour Disney.

Hurracan
21/06/2020 à 07:58

Moi j'ai pris du plaisir à le regarder
J dspere que ce n edt pas interdit par les critiques

Murphy
20/06/2020 à 19:05

"les choix qu'il a réaliséS" !!!

lejlp
19/06/2020 à 01:27

Si ce n'était que ça...
Mais il ne faut pas se voiler la face, ce film est l'un des plus mauvais de l'histoire du cinéma ! Je ne connaissais pas les livres, donc pas de déception, mais ça ne m'a pas empêché d'être outré par la médiocrité de ce truc.

HPDyer
19/06/2020 à 00:09

@MrJack

Il fait beau au pays des Bisounours ?
Comme si toutes les sagas étaient de qualitées...
Seul le succès, à coup de $$$, compte

Wassel
18/06/2020 à 22:41

Attention, je spoile certains éléments des livres Artemis Fowl

C'est bien dommage, puisque l'intérêt du personnage était de le voir passer du mafieux sans cœur et manipulateur, faisant peur même à son propre garde du corps (!) à un sauveur du monde, luttant pour le bien de tous même au prix de sa propre vie. On le voyait évoluer lentement, d'abord sous l'influence de sa quête pour retrouver son père, puis par ses différentes relations, notamment Butler et Holly, jusqu'à devenir un exemple de moralité ou presque. Le représenter directement à ce dernier stade n'était pas une très bonne idée, puisqu'il n'a plus d'évolution...

Mickey
18/06/2020 à 22:35

J' ai regarder le film hier et je m attendait a mieux vus comme la bande annonce est super et ben le film moin bien pourtant j' ai adorer voir le monde des fée mais dans le film on le voit que pendant 1, minute et après plus les personnage ne sortent presque pas du manoir pendant la moitié du film en tout c est un film a voir par que Disney a auzer faire un nouveau film il ont fait un effort sinon les effet spéciaux sont bien fait la seule chose que je n' ai pas aimer c est que il s aurait pu faire durer le film plus longtemps

MrJack
18/06/2020 à 15:54

Ils sont tellement concentrés sur l'idée d'en faire une franchise, qu'ils en oublient une chose essentielle... si le premier film est mauvais, personne ne voudra voir les suivants.

Proto
18/06/2020 à 13:07

Rien a voir avec le livre et surtout artemis qui est totalement different. On te pose les personnage là sans vraiment d'explication. Les ennemis deviennent des alliés en un claquement de doigt. Josh Gad sauve ce qu'il peux du film avec son humour et son interprétation. Mais cela reste mauvais. Il y avais tellement de possibilité..

Plus

votre commentaire