Après Midsommar, Ari Aster vous prépare un très, très long cauchemar

La Rédaction | 5 juin 2020 - MAJ : 05/06/2020 10:52
La Rédaction | 5 juin 2020 - MAJ : 05/06/2020 10:52

En deux films, Ari Aster s’est imposé comme une des nouvelles sensations de l’horreur américaine. Et son prochain long-métrage devrait prolonger cette inquiétante hallucination. 

Hérédité et Midsommar ont plongé le public dans un état proche de la transe, à la fois sous influence directe des grandes œuvres horrifiques des seventies, et emblématique d’un certain cinéma de genre volontiers sophistiqué, voire artyDeux propositions fortes, qui n’ont pas encore rencontré le grand public, mais passionné quantité de cinéphiles et engendré diverses réactions élogieuses au sein de la presse spécialisée. 

Par conséquent, on était très curieux de savoir comment évoluerait la carrière d’Ari Aster, dont on sent que le goût pour la précision psychologique et des univers très contrastés pourraient l’emmener au-delà des rivages de la stricte angoisse. C’est d’ailleurs ce qu’il avait annoncé en juillet 2019, expliquant qu’il se dirigeait probablement vers une grande comédie torturée.

 

photo, Ari Aster"Et là, tu passes un sale quart d'heure de trois heures"

 

On vient d’en avoir la confirmation, le metteur en scène ayant été interviewé par les étudiants de l’université de Santa Barbara, qui n’ont pas manqué de lui demander quel serait son prochain projet. L’artiste a évoqué une “comédie cauchemardesque” dont la durée risque en effet de plonger certains spectateurs dans la tourmente. 

“Et tout ce que je sais pour le moment, c’est que ça va durer quatre heures.” 

Aster ayant déjà fait preuve d’une certaine auto-dérision, on pourrait y voir une boutade, mais souvenons-nous que le director’s cut de Midsommar affiche fièrement une durée de trois bonnes heures. Prêts pour une comédie cauchemardesque ? En attendant, retrouvez notre critique de Midsommar.

 

photo, Florence PughOn va encore bien rigoler

Tout savoir sur Ari Aster

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Alexandre B.
06/06/2020 à 23:24

J'ai adoré Midsommar de tout mon âme mais je confesse que j'ai trouvé ça judicieux que les producteurs demandent une version plus courte à Ari Aster. De ce que j'ai vu de la director's cut, c'est juste le même film mais avec toute la subtilité, le subtile, le caché en moins, tant les scènes en + sont inutiles et simplement du gros sur-lignage de ce qu'il y a a comprendre ( notamment sur le couple de Florence Pugh et Jack Reynor ).
Je suis bien content qu'elle soit pas sorti comme ça.

Donc un cauchemar de 4 heures très bien, mais en espérant qu'il arrive à gérer les longueurs et couper ce qui doit être coupé !

Kyle Reese
06/06/2020 à 17:44

J’adoré Héredité et moins Midsomar qui est pourtant objectivement très très bon voir peut être supérieur.
C’est juste que c’est un tel cauchemar, avec une monté progressive du malaise et d’horreur distillé d’une façon assez originale car assez douce et lente. Ce réal est très malin.
Le piège se referme de manière vicieuse tel la fable de la grenouille plongé dans une marmite d’eau tiède qui se rend compte trop tard du traquenard dans laquelle elle est tombé. Putain de malaise, cauchemar en plein jour avec des fleurs, avec de la musique folklo et des grands sourires en plus. Une horreur au quelle on n’est pas trop habitué. C’est rare et fort mais je n’ai pas envie d’y retourner. Je préfère les films d’horreurs ou il y a ne serait ce qu’une toute petite lueur d’espoir de s’en sortir car la le piège est trop fort, et on se retrouve aussi impuissant que ces touristes lambda un peu naïf (mais qui aurait pu imaginer) qui nous ressemblent.
Le film est long certes mais c’est cette lenteur et ce rythme très particulier qui agissent aussi sur la tension. C’est un trip, pas donné à tout le monde d’y entrer mais une fois dedans ça secoue pas mal et pour longtemps car on ne voit pas arriver le truc. Je me rappelle avoir essayé de ne pas trop penser au film les jours suivant après l’avoir vu me rendant compte qu’il avait réussi à me perturber plus que je ne le pensai. Je suis content de ne pas l’avoir vu au ciné d’ailleurs.
Mais j’ai hâte de découvrir son film suivant.

Jayjay
06/06/2020 à 00:13

Les films d'horreur les plus drôles depuis des lustres, je veux bien rire encore 4h oui merci

Hawaii
05/06/2020 à 22:34

@Thomas51
S'il veut faire du public (qui n'est pas synonyme de qualité) faudrais déjà que les spectateurs en salles reste jusqu'à la fin et vu mon expérience pro c'est loin d'être gagné. Mais comme dit plu bas dans mon 1° commentaire faut de tout pour faire un monde.

Thomas51
05/06/2020 à 21:30

Le pied total!
Un Aster de 4h00 je signe tout de suite!
Qu'il ne change rien surtout et qu'il aille toujours plus loin dans le malaise, dès le début ses personnages tombent dans un traquenard sordide et mortifère que tu savoures dans ton coin avec un plaisir presque coupable de les voir s'enfoncer doucement vers un processus de mort irrémédiable, nécessaire pour la chute du film où va planer la folie et l'enfer!
Oui, rien que ça!
Ce réal vaut de l'or,
Il lui manque plus que le succès public

Monsieur Vide
05/06/2020 à 20:31

#mx c'est minable ton commentaire.
Moi j' ai aimé et suis entré dans le trip proposé. Et mon niveau intellectuel ne me pose pas de problème particulier. D'ailleurs, il est assez élevé pour ne pas snober ou juger ceux qui aiment ( ou pas d'ailleurs ) certains films.
L'élite du cinémaaaaaaaa.

Doudou
05/06/2020 à 19:04

Perso j'ai décollé complètement pendant "Midsommar" et je l'ai trouvé beaucoup trop court. Je signe tout de suite pour un trip de 4 heures!
Pitié, laissez lui les coudées franches, qu'on ne soit pas obligé d'attendre un hypothétique "director's cut".

alulu
05/06/2020 à 18:40

C'est vrai que Midsommar aurait pu être plus court mais il est tout de même très bon. Ce n'est pas son histoire le plus important qui est plutôt classique. C'est plus le trip, tu découvres comme les persos, tu es du voyage jusqu'au final. Tout ça à la lumière du jour et dans un cadre idéal bien loin de ce que l'on a l'habitude de mater dans les films du même genre. Ari Ester réussit à créer le malaise et une ambiance malsaine sans artifice, je dis chapeau. Après on peut toujours lui trouver des références mais c'est compliqué de créer une histoire vierge de tout.

bigobou
05/06/2020 à 17:59

au pire si vous avez pas aimé midsommar allez pas voir ses prochains film ? ça vous avance à quoi de mal parler des gens qui ont aimé dans des commentaires d'un article ?

Numberz
05/06/2020 à 16:50

Je propose au studio de cuter à 1h40 et faire un aster cut par la suite.

Plus

votre commentaire