Cannes, Venise et Toronto prépareraient un méga-festival gratuit sur Youtube

La Rédaction | 28 avril 2020 - MAJ : 28/04/2020 14:13
La Rédaction | 28 avril 2020 - MAJ : 28/04/2020 14:13

Les Festivals de cinéma sont logiquement parmi les victimes du confinement et de la distanciation sociale. Mais Cannes, Venise et Toronto pourraient s’unir en ligne.

Les organisateurs de grands festivals font face à deux écueils majeurs durant la pandémie de Covid-19. En premier lieu, les mesures de confinement en interdisent logiquement la tenue. Mais une fois ces barrières légales levées, rien n’indique que les équipes de films, les producteurs, distributeurs, acheteurs et autres professionnels indispensables seront instantanément disponibles et volontaires.

Dans ce contexte, ces manifestations culturelles risquent gros, et par extension l’industrie du cinéma aussi. Rythmée par les festivals, une grande partie des sorties se voit ainsi privée de mise en avant et caisse d’écho, quand ces dernières sont vitales, y compris pour les marchés du film, et donc la mise en chantier de nouvelles productions. On se souvient que le Festival de Cannes avait battu en brèche l’hypothèse d’une organisation en ligne, même quand YouPorn lui avait tendu la main.

Depuis, le confinement s'est prolongé, et on sait que l'activité des salles ou les rassemblements sont inenvisageables jusqu'à la mi-juillet (et pourraient ne reprendre que beaucoup plus tard), obligeant la direction cannoise à admettre qu'en l'état, la Croisette risquait fort de ne pas accueillir ses 40 000 accrédités annuels, ni ses dizaines de milliers de curieux, et devait ainsi se tourner vers d'autres dates, d'autres modes d'action, sans toutefois souhaiter se dématérialiser.

 

Photo Adrien BrodyLe casting de Wes Anderson attendant le déconfinement

 

Pourtant, il semblerait que le positionnement de la Croisette ait un peu changé depuis. En effet, le Festival de Tribeca vient d’annoncer la tenue d’un événement unique en son genre, baptisé We Are One : A Global Film Festival (« tous unis : un festival mondial de cinéma »). Sur Youtube, gratuitement, nouveau films et films de patrimoine devraient être temporairement mis à disposition, et les bénéfices iront pour leur part à l’OMS ainsi que plusieurs associations caritatives.

C’est à l’adresse YouTube.com/WeAreOne que la manifestation aura lieu grâce aux efforts conjoints d’une vingtaine de festivals souffrant de la situation actuelle. Attention toutefois, ceux qui fantasment de retrouver les films attendus en 2020 sur la Croisette, comme The French DispatchBenedetta ou Last Night in Soho, pourraient bien déchanter.

Tout d’abord, si le Festival de Cannes apporte sa pierre à l’édifice, ce devrait être via l’organisation de masterclass et autres conférences. La Croisette ne devrait donc pas rompre son engagement de ne pas se délocaliser numériquement, mais au-delà de cet élément, c’est bien le sens de ce Festival virtuel qui questionne.

 

photoLe nouveau Edgar Wright (Last Night in Soho) face à la pandémie

 

En effet, si cette collaboration peut faire plaisir à voir, les festivals de cinéma ne sont en aucune façon les ayants-droits des films qu’ils sélectionnent et n'ont légalement aucun droit de regard sur leur diffusion, hors le contexte festivalier à proprement parler. Et soyons honnêtes, on voit mal quel serait l’intérêt des films de Paul VerhoevenWes Anderson et beaucoup d’autres à prendre le risque du piratage, ou à s’assoir sur une promotion classique en faveur d’une séance virtuelle dont l’écho reste à prouver.

Concrètement, Berlin, Venise, Toronto, Cannes et tous les autres peuvent éventuellement jouer un rôle d’influenceur auprès des producteurs, distributeurs ou ayants-droits de films de patrimoine, mais ne bénéficient d’aucune fenêtre légale pour exploiter des longs-métrages. En l’état, l’initiative We Are One ressemble pour l’instant à un exercice de communication de plusieurs manifestations culturelles qui vont prochainement se trouver en mal de visibilité, et doivent à tout prix éviter d’être balayés par la présente pandémie.

 

Affiche Cannes 2019Le temps béni des projections

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire