La réalisatrice de Wonder Woman a quitté Thor 2 pour se protéger du sexisme

Déborah Lechner | 26 mars 2020 - MAJ : 26/03/2020 08:45
Déborah Lechner | 26 mars 2020 - MAJ : 26/03/2020 08:45

commentaires

Druidune
27/03/2020 à 01:15

bug

De Passage
26/03/2020 à 16:01

Ah, de mon côté, Thor 2 je l'aime plutôt bien.

Les plus difficiles à revoir pour moi sont Ant-Man 2 et les Gardiens De La Galaxie 2 (bien qu'il y ait de bons moments dans ce dernier).

Arnaud (le vrai)
26/03/2020 à 15:22

Elle a raison, si le film s'etait planté avec elle a la barre, le fait qu'elle soit une femme aurait ete mis en avant direct ... Pour le coup si elle ne croyait pas au scenario et pensait que le film biderait, alors c'est sur elle a fait le bon choix (et au final le film sans avoir bidé est clairement un des plus faible du MCU)

Simon Riaux - Rédaction
26/03/2020 à 14:17

@lou

Bonjour lou,

Patty Jenkins traite bien d'un milieu professionnel appliquant des standards différents à une profession en fonction du sexe de ceux qui la pratiquent. Donc d'une pratique sexiste.

Du reste, Patty Jenkins s'est exprimée à plusieurs reprises sur le sexisme à Hollywood et l'enjeu ainsi que les risques que représentaient son embauche au poste de réalisatrice (et nous nous en étions fait l'écho), il n'y a donc rien d'absurde dans le positionnement de l'article.

lou
26/03/2020 à 14:12

l article relate un choix professionnel, d une realisatrice qui donne des explications claires .. en rien elle ne fait allusion au sexisme !!! le sexisme n est relate que par l auteur de l article .. totalement divergent et en porte a faux avec le message de la realisatrice. article nul

saiyuk
26/03/2020 à 14:06

Dans un genre différent je ne voit qu'une femme ayant réussi a s'imposer sur des gros films malgré des échec : Kathryn Bigelow
Donc oui je comprend Jenkins

saisyuk
26/03/2020 à 13:08

Da

Pseudo
26/03/2020 à 12:17

D' accord avec ecranlarge pour une fois

Simon Riaux - Rédaction
26/03/2020 à 11:46

@rocky

Justement non.

Bien sûr, réaliser un bide n'aide pas une carrière. Mais on trouve plein de metteurs en scène qui ont pu continuer à exercer après un énorme échec, des conflits avec un studio... Chez les réalisatrices, c'est beaucoup beaucoup plus rare.

Et la croyance à base de "les femmes ne peuvent pas réaliser de gros budgets ou de films d'action", très répandue dans l'industrie, n'est pas arrivée par hasard. En gros, les mécanismes sont similaires, mais amplifiés quand il s'agit des femmes.

Geoffrey Crété - Rédaction
26/03/2020 à 11:45

@rocky

Pas vraiment. Patty Jenkins parle de la réalité : les femmes à la tête d'une superproduction de ce genre, ça n'est pas du tout courant. Elle aurait été la première chez Marvel, et elle a été la première chez DC, au point que c'était une date - au même titre qu'Ava DuVernay avec Un raccourci dans le temps.

Jenkins pensait que ce poids, pouvait être problématique : si la première réalisatrice d'un film de super-héros moderne se plante avec un film moyen voire nul, c'est un événement, un argument même, ou en tout cas quelque chose qui sera commenté.
Si c'est un homme, c'est alors simplement une question de "tel réalisateur a raté le coche". Alan Taylor s'est plutôt planté avec Thor 2, ce qui est resté du domaine du commentaire sur sa carrière. Patty Jenkins, ça aurait été bien différent a priori.
Un peu comme Karyn Kusama sur Aeon Flux, qui a parlé des années de galère après ce bide, qui pourtant a été un cas classique de film repris et foutu en l'air par le studio.

Plus

votre commentaire